Obsessions et compulsions

Le TOC est composé de deux grands groupes de manifestations, classiquement nommées : obsessions et compulsions.

 

Les obsessions : Ce sont des pensées ou des images intrusives et répétées, génératrices d’angoisses qui reviennent sans cesse alors que la personne ne le souhaite pas. La particularité de ces obsessions, et ce qui les distingue des pensées délirantes, est que les personnes les considèrent souvent elles-mêmes comme « absurdes » et non rationnelles. Ces pensées désagréables, non souhaitées, et les difficultés qu’éprouve la personne à s’en débarrasser, conduisent à tort certains patients à se penser comme fous.

Exemples d’obsessions : Les obsessions peuvent être centrées sur des thématiques comme la peur d’être contaminé, de provoquer une catastrophe malgré soi (« l’immeuble pourrait brûler », « ma mère pourrait mourir par ma faute si je ne marche pas sur la ligne »,…), de perdre ou d’oublier des objets importants (« est ce que je n’aurais pas fait tomber quelque chose de ma poche sans m’en rendre compte ? »), peur d’être pédophile, peur d'agir sous une impulsion non voulue (par exemple, de poignarder un ami), peur de laisser échapper des obscénités ou des insultes, peur de blesser d'autres personnes par négligence (par exemple, provoquer ou subir un accident de la voie publique), etc.

Les types d’obsessions sont extrêmement nombreux et variés. L’instrument d’évaluation de référence (check list de la Y-BOCS), en recense 7 grandes catégories regroupant plus de 40 obsessions diverses. Une même personne souffre souvent de plusieurs types / thèmes d’obsessions et elles changent parfois au fur et à mesure du temps.

 

Les compulsions : Ce sont des comportements (ou parfois des actes mentaux, tels que compter dans sa tête, réciter) que la personne présentant des TOC se sent contrainte de répéter plusieurs fois à la suite. Ces comportements peuvent prendre de nombreuses heures dans la journée et se manifester dans tous les domaines de la vie quotidienne (le travail, la rue, la maison,…). Bien que la personne reconnaisse leur caractère excessif ou ridicule, ces compulsions doivent être obligatoirement effectuées, sous peine de voir surgir une très forte anxiété. Elles sont regroupées par la check list de la Y-BOCS en 7 grandes catégories et  plus d’une trentaine de compulsions.  

 

Exemples de compulsions : Ces compulsions peuvent s’exprimer de multiples façons, comme se laver les mains durant 20 ou 30 minutes et selon une séquence précise (17 fois le pouce, puis 12 fois la paume, les autres doigts en commençant par le majeur, rincer 7 fois, laver le robinet…), vérifier 19 fois que la porte d’entrée est correctement fermée et que les lumières sont bien éteintes par une procédure systématique, devant être respectée à la lettre avant de partir de chez soi (éteindre l’interrupteur, jusqu’à ce que « le bruit convienne »), repositionner plusieurs fois le verre sur la table jusqu’à ce qu’il ait la place « parfaite », répéter des mots ou compter dans sa tête, etc. Une même personne souffre souvent de plusieurs types / thème de compulsions et elles changent parfois au fur et à mesure du temps. 

 

 

 

Les relations entre obsession, compulsion et anxiété peuvent être décrites par les personnes atteintes de TOC comme une suite logique : 

1) une obsession arrive subitement (exemple : « il se pourrait que j’attrape le VIH »),

2) elle provoque une anxiété qui peut être plus ou moins importante, et pour réduire cette anxiété et chasser l’idée qui l’a générée…

3) les compulsions arrivent (« je vais me laver plusieurs fois et avec de l’eau de javel pour être sûr qu’il n’y a pas de VIH sur mes mains »). Les personnes expliquent le fait de répéter les compulsions (se laver les mains plus d’une fois) par une sensation que l’action a été « mal faite ». 

 

 

 

Le vécu et les représentations des personnes ne respectent pas nécessairement cette logique souvent invoquée. Les logiques explicatives peuvent être très différentes selon les personnes.

Il faut également noter que certaines personnes ont des obsessions ou des compulsions et non les deux. Ainsi, une personne peut souffrir majoritairement de compulsions (par exemple, passer des heures à ranger les choses correctement), avec des obsessions beaucoup moins gênantes et chronophages (« je suis anxieux, mais je ne sais pas trop dire quelle idée précise me pousse à ranger »). Dans d’autres TOC, les obsessions sont majoritaires (par exemple, avoir des ruminations sur le fait d’être pédophile avec très peu de compulsions). Enfin, certains TOC sont dit « mixtes » (autant d’obsessions que de compulsions).