Glossaire

A (1) | C (4) | D (2) | G (1) | I (2) | M (7) | N (1) | O (2) | P (8) | S (4) | T (6) | Y (2)

compulsion

Les compulsions sont des comportements (ou parfois des actes mentaux, tels que compter dans sa tête, réciter) que la personne présentant des TOC se sent contrainte de répéter plusieurs fois à la suite. Ces comportements peuvent prendre de nombreuses heures dans la journée et se manifester dans tous les domaines de la vie quotidienne (le travail, la rue, la maison,…). Bien que la personne reconnaisse leur caractère excessif ou ridicule, ces compulsions doivent être obligatoirement effectuées, sous peine de voir surgir une très forte anxiété. Elles sont regroupées par la check list de la Y-BOCS en 7 grandes catégories et  plus d’une trentaine de compulsions. 

Exemples de compulsions : Ces compulsions peuvent s’exprimer de multiples façons, comme se laver les mains durant 20 ou 30 minutes et selon une séquence précise (17 fois le pouce, puis 12 fois la paume, les autres doigts en commençant par le majeur, rincer 7 fois, laver le robinet…), vérifier 19 fois que la porte d’entrée est correctement fermée et que les lumières sont bien éteintes par une procédure systématique, devant être respectée à la lettre avant de partir de chez soi (éteindre l’interrupteur, jusqu’à ce que « le bruit convienne »), repositionner plusieurs fois le verre sur la table jusqu’à ce qu’il ait la place « parfaite », répéter des mots ou compter dans sa tête, etc. Une même personne souffre souvent de plusieurs types / thème de compulsions et elles changent parfois au fur et à mesure du temps.

Clomipramine

La Clomipramine (Anafranil®), qui appartient à une autre classe d’antidépresseurs (les tricycliques), agit aussi sur la sérotonine. C’est le premier traitement qui a montré une efficacité sur le TOC, dans les années 1990. Par la suite, comme les ISRS se sont montrés aussi efficaces et mieux tolérés, la Clomipramine est devenu un traitement de seconde intention.

coping

Les mécanismes de coping sont des processus qu’un individu interpose entre lui et l’évènement perçu comme menaçant, pour maitriser, tolérer ou diminuer l’impact de celui-ci sur son bien-être physique et psychologique ». Ces stratégies inconscientes et conscientes, cognitives et comportementales visent une régulation émotionnelle et la suppression de ce qui peut susciter de l’angoisse. Certains auteurs considèrent que les symptômes obsessionnels-compulsifs pourraient être une stratégie de coping pour faire face aux reviviscences traumatiques et éviter la souffrance psychologique engendrée par les pensées et les images traumatiques

cortex préfrontal

De façon schématique, le cortex est la couche de surface du cerveau (un peu comme l’écorce d’une orange). Le cortex préfrontal est la zone du cerveau qui se situe en avant, derrière le front. Cette zone a majoritairement été décrite comme hyperactive, c’est-à-dire qu’elle fonctionne trop chez les personnes souffrant de TOC, comparées à des personnes sans TOC. Le cortex préfrontal est une zone du cerveau qui est connue pour être impliquée dans les processus d’inhibition et de contrôle du comportement, mais aussi pour traiter des informations de nature émotionnelles.