Glossaire

A (1) | C (4) | D (2) | G (1) | I (2) | M (7) | N (1) | O (2) | P (8) | S (4) | T (6) | Y (2)

Y-BOCS

La Yale-Brown Obsessive-Compulsive Scale (Goodman, 1989) est un outil catégoriel, c’est-à-dire : on appartient à la catégorie, ou pas, de façon binaire. Elle est composée de deux parties. La première partie présente un ensemble de symptômes (types d’obsessions et de compulsions), permettant de définir la thématique du TOC. La seconde partie est un entretien comportant plusieurs questions dont les réponses vont permettre d’évaluer la sévérité du TOC. Cinq critères sont chacun notés de 0/4 pour définir la sévérité des obsessions (/20) et des compulsions (/20) : 1) le temps moyen consacré aux obsessions ou compulsions par jour, 2) l’intensité de l’angoisse qui y est généralement associée, 3) le niveau de gêne engendré par les symptômes, 4) la résistance : quantité d’effort que la personne fait pour lutter contre les obsessions ou compulsions, et 5) le contrôle : ces effort pour résister sont-ils efficaces ? Les deux parties de la Y-BOCS permettent ainsi de définir le ou les types de TOC présents et quelle est la sévérité du trouble (avec un score sur 40). A noter que le TOC peut être plus ou moins invalidant, allant d’une altération légère du fonctionnement de la personne à une incapacité à effectuer la plupart des actes du quotidien.

 

Yale-Brown Obsessive-Compulsive Scale

La Yale-Brown Obsessive-Compulsive Scale (Goodman, 1989) est un outil catégoriel, c’est-à-dire : on appartient à la catégorie, ou pas, de façon binaire. Elle est composée de deux parties. La première partie présente un ensemble de symptômes (types d’obsessions et de compulsions), permettant de définir la thématique du TOC. La seconde partie est un entretien comportant plusieurs questions dont les réponses vont permettre d’évaluer la sévérité du TOC. Cinq critères sont chacun notés de 0/4 pour définir la sévérité des obsessions (/20) et des compulsions (/20) : 1) le temps moyen consacré aux obsessions ou compulsions par jour, 2) l’intensité de l’angoisse qui y est généralement associée, 3) le niveau de gêne engendré par les symptômes, 4) la résistance : quantité d’effort que la personne fait pour lutter contre les obsessions ou compulsions, et 5) le contrôle : ces effort pour résister sont-ils efficaces ? Les deux parties de la Y-BOCS permettent ainsi de définir le ou les types de TOC présents et quelle est la sévérité du trouble (avec un score sur 40). A noter que le TOC peut être plus ou moins invalidant, allant d’une altération légère du fonctionnement de la personne à une incapacité à effectuer la plupart des actes du quotidien.