Qui sommes-nous ?

Laura Perier
étudiante master
Centre de Recherche Médecine, Sciences, Santé, Santé Mentale et Société
Université Paris Descartes, 45 rue des Saints-Pères, 75006 Paris
Biographie

J’ai travaillé durant 5 ans, pendant les vacances scolaires, en tant qu’animatrice au sein d’une école maternelle avec des enfants typiques et atypiques.

En parallèle j’ai réalisé un BTS Services et Prestations des Secteurs sanitaire et social dans lequel j’ai pu faire un stage chez GENERALI dans le service du « case management » (ou accompagnement de retour à l’emploi). Cette discipline vise à offrir un accompagnement de qualité aux assurés victimes de séquelles suite à un accident.

J’ai ensuite réalisé une licence en alternance sur les nouvelles technologies de l’accessibilité et de la mobilité pour les personnes en situation de handicap. J’ai ainsi réalisé un mémoire sur mes différentes actions au sein du CEREMH (Centre de ressources et d’innovation pour la mobilité et l’autonomie des personnes en situations de handicap) dont notamment la création d’un Service d’accompagnement à l’insertion et au maintien dans l’emploi des personnes handicapées.

Je suis depuis 2 ans en Master handicap et autonomie. L’année passée j’ai réalisé un mémoire sur le tourisme et le handicap en tant qu’assistante de projet au sein de SHERP’ACCES (Société d'Assistance Technique dans la Mise en Accessibilité Handicapés) sur le thème de la dynamique du marché des personnes en situation de handicap dans le secteur du tourisme : Comment révoquer le mythe qu’une chambre accessible ressemble à une chambre d’hôpital ?

Rôle dans le projet

J’ai choisi de poursuivre mon M2 avec comme thème : Les handicaps sensoriels et cognitifs. Je réalise donc mon stage au sein du projet universitaire AHATOC (Analyse du Handicap psychique Associé aux Troubles Obsessionnels Compulsifs) mené en partenariat par le centre de recherche, médecine, sciences, santé, santé mentale, société (CERMES3-CNRS) et l’Institut du Cerveau et de la Moelle épinière (ICM). Mon rôle dans ce projet : Je vais travailler sur la diminution des TOC grâce aux dispositifs personnalisés conçus de manière participative. La participation des personnes présentant des TOC à la conception, à la mise en œuvre et à l’évaluation des programmes fait partie des critères de qualité d’une meilleure santé mentale. Deux hypothèses découlent de cette problématique : les situations ont des caractéristiques « tocogènes » sur lesquelles il est possible d'agir dynamiquement et le processus de conception participative est en lui-même un vecteur de santé mentale. Pour cela je vais m’attarder sur l’étude de cas de 4 à 5 participants impliqués dans le processus de conception participative de dispositifs personnalisés de compensation du handicap psychique et je vais réaliser des entretiens semi-structurés avec des membres de l’association française de personnes présentant des troubles obsessionnels compulsifs et leurs proches (AFTOC).