11 outils pour réduire l’anxiété dans les contextes de traumatologie aiguë

La santé comportementale en cas de catastrophe fait référence à ce qui peut être fait pour aider les gens en cas de crise. Malgré le fait qu’il existe certaines directives et pratiques générales, différentes organisations créent parfois leur propre ensemble d’outils préférés pour faire face au stress et réduire l’anxiété et la dépression.

Dr Kira Mauseth (utilisé avec permission)

Le Dr Kira Mauseth a formé des travailleurs humanitaires polonais à Firlej, en Pologne.

Source : Dr Kira Mauseth (utilisé avec permission)

J’ai interviewé Kira Mauseth après son retour d’un voyage de 2 semaines en Pologne, où elle et son équipe ont formé des travailleurs humanitaires polonais, y compris du personnel de Caritas à Lublin et Firlej, des éducateurs et des bénévoles qui sont eux-mêmes des réfugiés ukrainiens.

Mauseth et Tona McGuire, qui sont à la fois psychologues cliniciens et spécialistes des catastrophes et codirigent l’équipe de grève de la santé comportementale pour le département de la santé de l’État de Washington, ont créé leur propre ensemble d’outils lorsqu’ils sont revenus pour la première fois après avoir aidé les gens en Haïti en 2010. Après huit voyages en Haïti après le tremblement de terre de 2010, Mauseth et McGuire se sont rendus dans le nord de la Jordanie pour aider les réfugiés syriens (en collaboration avec les organisations humanitaires Save The Children et CARE) et dernièrement en Pologne, enseignant leur ensemble d’outils.

Étant donné que les ressources professionnelles en Pologne étaient débordées, comme elles le sont presque toujours lors de catastrophes à grande échelle, le Dr Mauseth s’est concentré sur la formation de bénévoles locaux ainsi que d’agents de santé et de parents au sein de la communauté touchée sur la façon de se soutenir mutuellement, comment surveiller leurs propres symptômes, comment protéger les enfants et comment enseigner aux autres ce qu’ils ont appris.

“En ce qui concerne la santé comportementale, vous pouvez former n’importe qui”, a déclaré Mauseth. “Vous n’avez pas besoin d’une licence pour mettre en œuvre des stratégies cognitivo-comportementales de base que tout le monde peut apprendre, qui sont fondées sur des preuves et indiquées pour le soutien en cas de catastrophe.”

Entre autres outils, la formation de l’équipe de soutien sanitaire de Mauseth propose une combinaison de nombreux modules organisés en quatre étapes que les stagiaires peuvent suivre lorsqu’ils s’engagent dans un soutien aux membres de la communauté touchée.

  1. Écouter et apprendre: Renseignez-vous sur la personne et écoutez le problème en utilisant des techniques de communication de soutien et d’écoute active.
  2. Offrir un soutien: Favoriser la résilience en aidant la personne à identifier ses forces internes et à trouver des ressources externes, ou en la référant à d’autres au besoin.
  3. Mettre l’accent sur l’espoir: Faites savoir à la personne que vous êtes là pour elle et que vous êtes une source d’encouragement et de soutien pour elle en cas de besoin.
  4. Fournir des outils: Fournir un mécanisme d’adaptation actif que la personne peut apprendre et pratiquer.

Voici 11 outils enseignés par le Dr Mauseth :

Parmi ces outils, inclus dans le programme de l’équipe de soutien à la santé, figurent des éléments de premiers secours psychologiques ainsi que d’autres outils de santé comportementale fondés sur des données probantes.

1. Triage psychologique et évaluation des risques.

Tout d’abord, la situation doit être évaluée : les gens ont-ils un abri ? Aliments? Eau?

Alors, quel est le niveau de détresse des gens ? Parfois les gens sont très actifs, parfois paniqués, parfois c’est le contraire, où les gens sont engourdis et même renfermés. Aucune réaction n’est “meilleure” qu’une autre. Différentes personnes réagissent différemment lorsqu’elles traitent leur traumatisme de différentes manières.

2. Écoute active.

Mauseth dit que 50 % de ce qu’elle enseigne sont des concepts et des techniques d’écoute active. Les travailleurs de la santé sont souvent tentés de faire de la thérapie des traumatismes, mais dans un contexte de catastrophe aiguë, la thérapie des traumatismes et la résolution de problèmes pourraient être contre-productives.

Ce qui est le plus nécessaire, c’est l’écoute active : si vous écoutez activement une personne dans le besoin, vous devez être attentif aux messages non verbaux, aux expressions faciales et au ton de la voix de la personne qui parle. Vous devez faire preuve d’empathie et essayer de comprendre véritablement ce que dit l’orateur sans critique ni jugement.

Afin de comprendre profondément ce que la personne dit, vous pouvez utiliser vos propres mots pour décrire ce que vous pensez que la personne dit et vous pouvez poser des questions pour mieux comprendre. Vous pouvez également essayer de résumer ce que vous comprenez que la personne dit.

Des études ont montré que l’écoute active est essentielle pour les personnes souffrant de traumatismes aigus. En effet, Mauseth a reçu beaucoup de commentaires de réfugiés décrivant à quel point ils se sentaient mieux après avoir passé du temps avec un bénévole à leur écoute.

3. Évaluer le risque de suicide.

Certaines personnes hésitent à poser des questions sur les idées suicidaires parce qu’elles pensent qu’elles pourraient planter l’idée du suicide dans la tête d’une personne. En réalité, selon Mauseth, ainsi que la littérature de recherche, poser gentiment et directement des questions sur le désir de s’automutiler n’augmente pas le risque de suicide. Au lieu de cela, cela diminue ce risque.

A lire aussi  Une allergie secrète | La psychologie aujourd'hui

Si la question sur l’automutilation est posée avec douceur et compassion et si le risque de suicide est élevé, il est important de prendre immédiatement les mesures appropriées.

Dans le cas d’une catastrophe à grande échelle comme la guerre en Ukraine où il y a des millions de réfugiés, les ressources sont rares et les références aux thérapeutes ne seront pas disponibles. Au lieu de cela, la clé est d’impliquer d’autres personnes dans la communauté pour aider la personne à risque de suicide et de s’assurer qu’elle ne soit pas laissée seule à tout moment. Il s’agit d’apprendre aux gens à s’entraider.

4. Établissez des routines, de la confiance et de la sécurité pour les adultes et les enfants.

Parce que la structure familiale n’est souvent plus intacte, il est important d’établir une structure avec des routines, comme quand aller au lit, se réveiller et prendre les repas. Le faire à la même heure chaque jour contribue à assurer un sentiment de confiance et de sécurité pour les enfants et les adultes.

5. Pleine conscience et méditation.

Mauseth enseigne aux gens à être conscients du moment présent, à se concentrer calmement sur les sensations corporelles et sur la respiration pour diminuer leur réaction de combat ou de fuite et pour contrôler les réponses physiologiques. Concentrer l’esprit sur un objet, une pensée ou une activité en particulier aide à réguler la réponse émotionnelle et réduit le stress et l’anxiété.

Il est important de noter que tous les outils ne fonctionnent pas pour toutes les personnes. Il y a des gens pour qui la pleine conscience est un déclencheur et ce n’est pas une bonne idée. Les bénévoles de l’équipe de soutien sanitaire sont formés pour ne pas “forcer” quiconque à participer à quoi que ce soit qui le rend mal à l’aise.

6. Rétroaction biologique.

Mauseth enseigne aux gens comment diminuer leur fréquence cardiaque dans le but de diminuer la douleur émotionnelle ou physique : vérifiez d’abord votre pouls, puis respirez profondément, puis vérifiez à nouveau votre pouls. Chaque fois que vous respirez profondément, votre fréquence cardiaque diminue, tout comme la réponse de votre corps au stress.

7. Respiration profonde des bulles pour les enfants.

Pour les enfants, une façon amusante de se déstresser consiste à faire des bulles, en se concentrant sur le fait d’essayer de faire de grosses bulles en respirant profondément, lentement et calmement.

A lire aussi  Notre peur d'attraper Covid-19 est-elle un problème de santé publique?

8. Relaxation musculaire progressive.

Tout en respirant profondément, contractez fermement les muscles de votre main en serrant le poing, comptez jusqu’à 10, puis détendez-vous. Faites la même chose avec tous les autres muscles de votre corps, groupe par groupe.

9. Techniques de thérapie cognitivo-comportementale (TCC).

L’une des puissantes techniques de TCC enseignées par Mauseth est le remplacement de la pensée. Un exemple de remplacement de pensée consiste à remplacer la pensée « Je ne peux pas faire ça » par la pensée « C’est nouveau et j’apprends » ou à remplacer la pensée « Je ne peux pas y arriver » par la pensée « J’ai déjà survécu une bonne affaire.”

10. Étiquetez et louez le comportement des enfants.

Des exemples de comportements d’étiquetage et de félicitations pour les enfants sont de dire aux enfants « merci d’avoir levé la main » ou « merci d’avoir gardé vos fesses sur la chaise » ou « J’apprécie que vous ayez de bonnes manières », étiquetant les comportements positifs qui vous voulez encourager.

11. Technique de libération émotionnelle (EFT).

L’EFT utilise le tapotement sur les points d’acupuncture, ce qui aide les gens à rester ancrés dans le moment présent lorsqu’ils subissent des traumatismes et des pensées pénibles. Les points de tapotement sont sur le front, sur le bas du menton, sur la partie inférieure du sternum et sur le côté de la main, tout en répétant un mantra dans la tête lors de tapotements doux.

Mauseth raconte l’histoire d’un enfant dans un orphelinat qui faisait des cauchemars au milieu de la nuit. Ses amis sont allés vers lui et ont doucement utilisé la méthode du tapotement pour le faire revenir à une réalité sûre et le sortir de son cauchemar effrayant.

Comment ces outils peuvent être utiles à tout le monde :

Lorsqu’une catastrophe à grande échelle ou un autre incident critique pouvant causer un traumatisme se produit, il n’y a souvent ni temps ni ressources pour une aide psychologique et comportementale. il serait bon que tout le monde sache utiliser les outils mentionnés ci-dessus qui pourraient être utiles à la famille, aux amis et aux autres pour faire face au stress.