4 façons de renforcer votre résilience

Pour beaucoup d’entre nous, individuellement, et pour notre communauté en général, les derniers mois ont apporté plusieurs pertes : des vies perdues à cause de la violence armée et de la maladie ; la confiance dans notre capacité à surmonter le COVID-19 perdue à cause d’un barrage de nouvelles alarmantes ; une perte à l’échelle nationale de notre confiance collective que nous pouvons entendre et respecter les points de vue de chacun, pour n’en nommer que quelques-uns.

Bien que nous sachions qu’il n’est pas sain de bourrer notre anxiété ou notre chagrin, en prétendant qu’il n’est pas présent, nous savons aussi qu’il est préjudiciable de se concentrer uniquement sur ce qui nous effraie et nous bouleverse ou de se plonger exclusivement sur les sentiments d’impuissance et de désespoir.

La vérité est que nous devons équilibrer la colère, le deuil et la déception avec un sentiment d’espoir, de foi et de but.

Graphique par Elaine Shpungin, Ph.D.

Scie à bascule Chagrin-Espoir

Source : Graphique par Elaine Shpungin, Ph.D.

En cette période mouvementée et incertaine, nous devons nous concentrer davantage sur notre résilience collective et individuelle.

Sommes-nous plus résilients que nous ne le pensons ?

Réfléchissez à ce que le concept de résilience signifie pour vous. Comment le définissez-vous ? Quels sont les exemples de votre propre vie où vous avez été témoin ou expérimenté de la résilience ?

Quand je me suis posé cette question, j’ai été étonné de voir à quel point de nombreux exemples de résilience que je pourrais trouver assez rapidement. Des membres de la famille qui avaient vécu la Seconde Guerre mondiale aux personnes que je connais qui ont surmonté des maladies graves à des groupes entiers de personnes qui prospéraient malgré de grandes difficultés, j’ai vu la résilience en action tout autour de moi.

A lire aussi  La triade noire est bien vivante dans le monde entier

Ma définition : Pour moi, la résilience est comme un bouchon qui ressort d’un plan d’eau profond, peu importe à quel point la vie le pousse ou un élastique suffisamment solide et extensible pour rebondir après l’avoir déformé.

Surtout, la résilience consiste à surmonter les obstacles pour prospérer plutôt que survivre.

Définition de fantaisie : L’American Psychological Association définit la résilience comme :

Le processus de bonne adaptation face à l’adversité, aux traumatismes, aux tragédies, aux menaces ou à des sources importantes de stress, telles que des problèmes familiaux et relationnels, de graves problèmes de santé ou des facteurs de stress au travail et financiers. Autant la résilience implique de « rebondir » après ces expériences difficiles, autant elle peut impliquer une profonde croissance personnelle.

Quelles sont les 4 manières dont nous pouvons commencer à renforcer la résilience dès maintenant ?

Les scientifiques ont découvert que la résilience peut être renforcée, comme un muscle, en concentrant notre attention sur quatre domaines principaux :

  • But: Poursuivre un but et un sens dans notre vie quotidienne.
  • Des relations: Cultiver des relations plus profondes et plus enrichissantes.
  • Habitudes: Passer d’habitudes moins saines à des habitudes plus saines (comme la façon dont nous réagissons au stress).
  • Croyances: Faire passer notre état d’esprit du cynisme et du désespoir à la possibilité et à l’exploration.

Au cours des 4 prochains mois, nous explorerons comment nous pouvons remarquer et cultiver la résilience en nous-mêmes et chez les autres (par exemple, nos étudiants, les membres de la famille et les employés).

Commencer petit

Vous pensez peut-être que les quatre domaines décrits ci-dessus semblent être beaucoup de travail à ajouter à une semaine déjà débordante ; que vous êtes trop fatigué pour entreprendre un autre projet d’amélioration personnelle, peu importe sa valeur.

J’ai découvert, cependant, que tout long voyage peut être décomposé en étapes plus petites.

Si la résilience est quelque chose que vous souhaitez explorer ensemble au cours des 4 prochains mois, voici quelques petites façons de commencer dès maintenant :

A lire aussi  La ventilation n'est pas une thérapie

1. Objectif : Le but est le « pourquoi » derrière ce que nous faisons – la raison pour laquelle nous voulons être un éducateur ou un entraîneur bénévole ; nous avons pour nous lever tous les jours. Supposons que vous ayez du mal à vous connecter à votre « pourquoi », pas de soucis. Cela arrive à beaucoup d’entre nous. Un petit pas que vous pouvez faire pour atteindre votre objectif est de commencer une liste de choses que vous aimez, des choses qui semblent vous nourrir (jardiner, jouer avec mon chien, marcher dans les bois, regarder de vieux films en noir et blanc, manger des framboises avec chocolat, travail du bois). Faites attention à ce que vous voulez faire gratuitement, à ce que vous pouvez réellement payer pour le faire. Souvent, ces passe-temps, activités et actions stimulantes sont les premiers indices vers un objectif plus important. La première étape consiste à commencer à faire attention et à les écrire.

Lectures essentielles de résilience

2. Relations : Envoyez un SMS ou un e-mail à quelqu’un à qui vous n’avez pas parlé depuis un moment qui vous remonte le moral, vous fait rire ou vous rappelle que vous êtes meilleur. Dites-leur que vous pensez à eux et que vous aimeriez prendre un café/déjeuner/rendez-vous au téléphone bientôt. S’ils sont réactifs mais vagues sur leur emploi du temps, soyez courageux et n’abandonnez pas jusqu’à ce que vous ayez quelque chose sur le calendrier.

3. Habitudes saines : Proposez quelque chose de sain que vous aimeriez augmenter (ne pas quelque chose de malsain que vous voulez diminuer). Peut-être que vous voulez ajouter un légume vert à votre journée ; peut-être voulez-vous ajouter une marche de 20 minutes ; peut-être une brève pratique quotidienne de gratitude. Maintenant, faites-en un défi. Contactez un ami, un collègue ou un membre de la famille qui apprécierait une petite compétition saine. Créez un fil de discussion ou un autre système de responsabilisation et mettez-vous à jour tous les jours (« une salade verte au déjeuner ; vérifiez » ; « 20 min de marche en soirée après le dîner ; je l’écrase » ; « la liste de gratitude à la première heure le matin et vous nous nous en occupons!”)

A lire aussi  Des résolutions qui collent

4. Croyances : Les croyances sous-tendent la façon dont nous voyons le monde, la façon dont nous agissons avec les autres et si nous pensons réellement que quelque chose peut ou ne peut pas être fait. Une petite étape que vous pouvez franchir dans ce domaine consiste à énumérer au moins trois exemples de résilience dans votre propre vie, dont au moins un est une histoire personnelle de résilience. Par exemple, lorsque j’ai fait cet exercice récemment avec un groupe d’enseignants, l’un d’eux a parlé de son grand-père, qui était revenu de la guerre avec son sens de l’humour, sa chaleur et son amour intacts. Une fois que vous avez amorcé la pompe, commencez à remarquer, tout au long de votre journée, des exemples de résilience autour de vous. Remarquez également quand vous pourriez exclure la possibilité de votre propre résilience ou de celle de quelqu’un d’autre et réécrivez ce script.

Alors que nous retournons à l’école avec enthousiasme et anxiété cet automne, équilibrons la réalité de nos vies avec la croyance en notre capacité à rebondir, à récupérer et même à grandir après les épreuves auxquelles nous sommes confrontés.