5 façons dont notre défilement constant dérange nos esprits

Cette semaine, j’ai relu cinq fois un seul e-mail. Pour ceux d’entre vous qui sont consciencieux, cela peut ne pas sembler trop bizarre… jusqu’à ce que je vous dise que c’était un e-mail que j’avais déjà expédié. J’ai mijoté mes mots – étaient-ils assez bons ? Ont-ils vraiment capturé mon sentiment? Et puis j’ai pensé au temps que je perdais et j’ai pris la décision de laisser tomber.

Karolina Grabowska/Pexels

Femme défilant au téléphone

Source : Karolina Grabowska/Pexels

Ensuite, je me suis demandé combien de personnes faisaient exactement la même chose : relire les e-mails, les publications sur les réseaux sociaux, les SMS. Combien de temps perdons-nous tous collectivement à trop réfléchir à nos étapes en ligne ?

Et puis je me suis souvenu du panoptique.

Les Prisonniers ou les Gardiens ?

Le panoptique est à la fois un concept théorique de surveillance et une véritable structure architecturale proposée par le philosophe Jeremy Bentham au XVIIIe siècle. Il s’agit essentiellement d’une tour au centre d’une rotonde, remplie de pièces faisant toutes face au centre. Une caractéristique clé de la conception est sa nébulosité : tous les habitants des pièces sauraient qu’il est possible qu’ils soient surveillés, mais ils ne sauraient jamais vraiment s’ils sont surveillés. Bien qu’initialement conçu pour les prisonniers, il n’a pas fallu longtemps aux théoriciens pour comparer le panoptique au fonctionnement d’Internet.

Mais contrairement à sa conception traditionnelle, dans le panoptique Internet, nous ne sommes pas confinés au rôle de prisonnier ou de gardien. Nous sommes à la fois les observateurs et les observés, et cette réalité a un effet substantiel sur la façon dont nous nous déplaçons dans nos mondes.

Les effets sont nombreux, mais voici les cinq manières les plus évidentes par lesquelles notre défilement constant perturbe notre façon de penser, notre façon de voir le monde et la façon dont nous décidons d’y agir :

  1. Ça nous pousse vers l’inauthenticité: C’est bien connu qu’internet n’est pas une copie conforme de la réalité. Peut-être en raison de l’asynchronicité ou de l’anonymat du média, la plupart des gens admettent qu’ils mentent en ligne, et seulement 2 % des gens s’attendent à ce que les autres soient honnêtes. Certes, nos mensonges ne sont pas souvent malveillants. Au lieu de cela, nous avons tendance à mentir de manière prévisible et intéressée, pour nous rendre plus attirants ou intéressants. Ce voile de tromperie peut être l’une des raisons pour lesquelles les gens commencent à suivre les influenceurs des médias sociaux qui poussent la réalité, comme Danae Mercer, qui exposent leur vrai corps et appellent les filtres, éditent des applications et posent qui nous donnent des attentes irréalistes sur la façon dont les gens regarde vraiment. Malheureusement, ces aperçus rares et rafraîchissants de la réalité ne suffisent pas à vaincre l’extrême pression sociale que nous ressentons pour nous conformer aux normes de beauté et de style de vie qui nous entourent.
  2. Cela peut augmenter notre paranoïa: En tant que population, même ceux d’entre nous sans diagnostic clinique sont assez paranoïaques. En fait, une étude de 2007 a montré qu’environ 15 à 20 % d’entre nous ont des pensées paranoïaques. Comme la paranoïa comprend des facettes telles que la méfiance et la peur des autres, il n’est pas surprenant que les interactions en ligne puissent augmenter notre paranoïa. Depuis la dénonciation d’Edward Snowden en 2013 sur la surveillance mondiale de l’US National Security Association, nous sommes tous très conscients du fait que nous sommes surveillés en ligne. Mais parfois, cela se transforme en véritable cyber-paranoïa, et les chercheurs ont même développé une échelle pour la mesurer. Selon eux, la cyber-paranoïa est assez courante et est relativement distincte de la paranoïa générale pour la plupart d’entre nous. La recherche a également révélé que le temps passé en ligne peut l’intensifier, dans la mesure où une utilisation accrue des médias sociaux prédit une plus grande paranoïa. Ainsi, bien que certaines de nos peurs soient rationnelles, comme celles liées au suivi, le temps passé en ligne peut également augmenter nos pensées irrationnelles, comme la peur de la persécution et des évaluations négatives.
  3. Cela nous fait trop nous soucier de ce que les autres pensent: Il est tout à fait normal de penser (et de se soucier) de ce que les autres pensent. C’est un signe que vous êtes à l’écoute de votre environnement social. Et selon l’hypothèse du cerveau social de Dunbar, nos interactions sociales complexes avec les autres humains sont la raison pour laquelle les primates ont un cerveau plus gros que les autres vertébrés. Cependant, la permanence d’Internet ajoute une couche de préoccupation pour beaucoup qui se manifeste dans une variété de comportements différents, de l’édition d’un e-mail ou d’un message texte plusieurs fois avant l’envoi (ou la relecture après son envoi) à l’utilisation de détruire après avoir lu des applications pour effacer nos empreintes numériques afin que nous ne soyons pas victimes d’annuler la culture. Les commentaires en ligne des autres sont également de puissants influenceurs de nos perceptions. Par exemple, les commentaires positifs ou négatifs sur les réseaux sociaux influencent nos attitudes envers les idéaux corporels. Ainsi, bien qu’il soit probablement adapté à notre existence en tant qu’êtres sociaux de se soucier de ce que les autres pensent, Internet peut exacerber nos tendances naturelles.
  4. Cela nous pousse à créer des moments dignes d’une scène: Il y a des camps de philosophes et de psychologues qui soutiendraient que les humains sont assez égoïstes – que nous sommes motivés par le plaisir et la satisfaction de nos propres besoins. Internet intensifie cet égoïsme, en renforçant (par les likes et les commentaires) la documentation de notre quotidien. C’est presque irrésistible. Bien que l’idée d’un public imaginaire ait été autrefois limitée à l’adolescence – une époque où l’on suggère que nous sommes égocentriques – l’existence d’un public réel attentif à chacun de nos mouvements signifie que les gens peuvent avoir ce sentiment d'”avoir un public”. » jusqu’à l’âge adulte. Et cette attention constante du public peut colorer notre représentation des événements. Qu’il s’agisse de prendre des photos de nourriture ou d’essayer de s’assurer que son événement ou son expérience soit beau sur les photos, cette pression peut changer la façon dont nous organisons et vivons les moments spéciaux de notre vie.
  5. Ça nous donne envie de l’impossible: L’autre jour, j’ai testé un filtre “tatouages ​​mignons” sur Instagram et j’ai envisagé pendant quelques secondes de me faire tatouer le mot “esprit” au-dessus de mon sourcil. Mon ami m’a rappelé la réalité en me rappelant qu’aucun tatouage ne changerait réellement mon visage. Soudain, j’ai ressenti la dysmorphie de Snapchat dont je lisais. Témoignage de leur popularité, de nouveaux filtres et applications d’édition apparaissent chaque jour sur presque tous les réseaux sociaux. Bien sûr, ils sont amusants, mais ils nous montrent aussi une version de nous-mêmes que la réalité ne peut pas imiter, à tel point que les patients demandent une chirurgie plastique pour mieux paraître dans les selfies. Mais ce ne sont pas seulement des visages impossibles que nous voulons; nous voulons aussi des modes de vie impossibles (jets privés et voyages sans escale) et des emplois impossibles (une enquête récente a montré que 75 % des jeunes veulent être des stars de YouTube). Rendre l’impossible facile est l’une des plus grandes astuces d’Internet, et cela façonne nos désirs et nos préférences.
A lire aussi  Qu'est-ce qui fait un bon flirt?