Ai-je un accès ouvert à la science ouverte?

Le mouvement Open Science (OS) diffuse l’accessibilité, la transparence et l’ouverture à la recherche. Son utilisation généralisée a familiarisé les chercheurs avec ses atouts ainsi que ses limites. Un défaut majeur du système d’exploitation réside dans son utilisation et son classement dans les pays. Un article publié dans le Malaysian Journal of Library & Information Science décrit la représentation mondiale et le classement des résultats de recherche des pays asiatiques utilisant le système d’exploitation et les résultats révèlent un déficit dans les deux domaines pour le système d’exploitation en Asie. Les contraintes financières dans les pays à revenu faible et intermédiaire (PRFI) ont largement contribué à ce déficit. En outre, les défis bureaucratiques existants dans la publication des recherches des PRFI compliquent la situation. La publication de la recherche LMIC dépend donc de la collaboration avec un scientifique occidental. Cette collaboration augmente souvent les chances de publier des recherches généralisables aux PRFI. Cette dépendance découle de la méfiance à l’égard de la qualité de la recherche des PRFI et de son inapplicabilité aux occidentaux. De plus, les coûts de publication de la recherche ajoutent au problème vicieux. L’écart entre le ratio de scientifiques et les subventions disponibles rend ces coûts insupportables pour les chercheurs des PRFI. Ces défis sont inévitables pour les chercheurs car ils ne disposent pas d’un système d’exploitation efficace qui soit équipé financièrement, politiquement et technologiquement pour diffuser une science transparente.

L’identification des défis susmentionnés a conduit au lancement du rapport Open Science India. Le rapport met en lumière les défis de l’OS en Inde ainsi que les attitudes des scientifiques à son égard. Il vise à fournir des informations et à combler les lacunes pour rendre la science collaborative possible. Les auteurs du rapport ont analysé l’OS à toutes ses étapes pour rendre possible la science démocratique. Les auteurs estiment que le système d’exploitation améliorera la qualité et la représentation de la science en Inde. Il surveillera les comportements des scientifiques et éradiquera les pratiques de recherche douteuses. OS a également créé le besoin de politiques de gestion des données standard en Inde. Ces politiques augmenteront la qualité de la recherche publiée par les PRFI. Cela réduira également l’anxiété des chercheurs en garantissant une réduction du vol ou de l’utilisation abusive de données.

OS ouvrira des voies pour une collaboration interdisciplinaire entre chercheurs. Cela rendra la science plus démocratique et jettera les bases de la science citoyenne. OS fournira également des plates-formes crédibles pour publier des recherches à de nombreux scientifiques, l’authenticité de la recherche des PRFI. Des projets tels que la plate-forme de politique d’innovation sont des tremplins pour réussir l’OS dans les PRFI. Cette plateforme encourage le gouvernement à appliquer des politiques de protection des données pour la recherche scientifique. Ce projet aide à la fois les PRFI, comme l’Inde, ainsi que les pays riches en ressources comme l’Allemagne.

L’éducation et la formation sont d’autres aspects importants requis pour prendre en charge le système d’exploitation. Le moyen le plus efficace d’enseigner l’OS est de l’introduire dès le début aux chercheurs. Les universités peuvent enseigner l’OS dans le cadre de cours de premier cycle et de deuxième cycle. Cela rendra les chercheurs efficaces et les encouragera à faire de meilleures recherches. Les universités sont donc les principaux centres d’hébergement des systèmes d’exploitation dans le monde entier. Les organismes gouvernementaux devraient fournir des subventions, une formation et des incitations aux chercheurs pour qu’ils maintiennent le système d’exploitation. Ils peuvent envisager de remodeler les politiques permettant aux universités de prendre en charge le système d’exploitation, car elles sont d’une importance capitale pour les PRFI.

Les universités des PRFI ont besoin de changements systématiques, qui leur permettront de maintenir le système d’exploitation. Une intervention systématique essentielle serait la modification des politiques de l’emploi. L’octroi d’incitatifs ou de subventions aux universitaires pour qu’ils pratiquent la SE motivera les chercheurs à produire une plus grande production de recherche. En outre, une exécution réussie du système d’exploitation est également possible en l’utilisant dans le cadre de la description de poste de la faculté. La refonte du programme pour inclure des cours de formation et des ateliers sur la SE serait également bénéfique. L’utilisation de l’OS pour les projets de premier cycle et des cycles supérieurs aidera les chercheurs des PRFI à publier des recherches crédibles. Ce réoutillage est essentiel compte tenu des résultats d’une étude qui révèle que les articles de recherche sur l’OS contiennent plus de citations que les articles de revues payantes.

A lire aussi  Plus de preuves que l'ocytocine n'est pas une «hormone d'amour» universelle

En conclusion, pour que les PRFI exécutent des systèmes d’exploitation, il est important de ne pas les comparer avec les systèmes d’exploitation des pays occidentaux. Cette comparaison est futile car le taux de croissance de l’OS diffère entre ces pays. De plus, évaluer la recherche sur les PRFM en utilisant les normes de la recherche occidentale la rend inepte. La clé pour résoudre ce problème réside dans la collaboration, y compris les partenariats internationaux et nationaux. Les pays multiculturels comme l’Inde ont également besoin de communautés interétatiques pour réglementer le système d’exploitation. Ces communautés aideront à naviguer dans les différences culturelles et à maintenir un système d’exploitation standard. En outre, cela permettra également le troc de ressources et de compétences entre les chercheurs nationaux.

Cet article a été rédigé par Urvi Mange, assistante de recherche junior chez Monk Prayogshala, en Inde et étudiante de troisième cycle poursuivant sa maîtrise en psychologie neurocognitive. Ses intérêts résident dans la psychologie sociale, développementale et comportementale.