Anxiété liée à la santé et pathophobie

Avez-vous peur de la mort ? Ou de tomber malade ? Jetons un coup d’œil à l’anxiété liée à la santé, à l’hypocondrie et à la pathophobie.

Les symptômes de l’hypocondrie, ou trouble anxieux lié à la santé, impliquent une préoccupation à l’idée d’être potentiellement malade ou gravement malade. Cette évaluation est également généralement faite par le patient sur la base de sensations corporelles normales (comme un estomac bruyant) ou de signes bénins (comme une éruption cutanée mineure). L’hypocondrie peut devenir un problème obsessionnel débilitant et inhiber les gens de plusieurs façons. Cela peut également consommer presque entièrement leur vie quotidienne et entraîner des amis, des collègues, des professionnels de la santé et de la famille dans leur phobie.

Le trouble anxieux lié à la santé, parfois appelé hypocondrie, implique une inquiétude excessive à l’idée de tomber gravement malade, et il peut ne pas être basé sur des symptômes réels, mais sur des symptômes ou des peurs perçus. Les patients peuvent croire que des sensations corporelles normales ou des symptômes mineurs sont des signes d’une maladie grave, même si un examen médical approfondi peut ne révéler aucune condition médicale. Les patients peuvent ressentir une anxiété extrême en pensant que les sensations corporelles, telles que les contractions musculaires ou la fatigue, sont la confirmation d’une maladie spécifique ou grave. Cette anxiété excessive – plutôt que le symptôme physique lui-même – entraîne une détresse grave qui peut perturber la vie d’un patient. Ce trouble peut devenir une affection à long terme qui fluctue en gravité et en chronicité. Elle peut augmenter avec l’âge ou en période de stress.

Symptômes d’anxiété liée à la santé

  • Être préoccupé par le fait d’avoir ou de contracter une maladie ou un problème de santé grave
  • S’inquiéter que des symptômes mineurs ou des sensations corporelles soient des indications d’une maladie grave
  • Être facilement alarmé par votre état de santé
  • Trouver peu ou pas de réconfort à la suite de visites chez votre médecin ou de résultats de test négatifs
  • Vous inquiéter excessivement d’une condition médicale spécifique ou de votre risque de développer une condition médicale, car elle est présente dans votre famille
  • Des niveaux élevés de détresse face à d’éventuelles maladies vous empêchent de fonctionner
  • Vérifier à plusieurs reprises votre corps pour des signes de maladie ou de maladie
  • Prendre fréquemment des rendez-vous médicaux pour se rassurer – ou éviter les soins médicaux de peur d’être diagnostiqué avec une maladie grave
A lire aussi  Le sommeil est impossible sans ces deux choses

Une maladie moderne

À l’ère moderne des modes de vie sains et de la médicalisation accrue, la société a sans aucun doute amélioré la santé de la plupart des nations. Prendre soin de sa propre santé et assumer la responsabilité de son bien-être physique est admirable et efficace s’il est géré correctement, mais la concentration obsessionnelle sur les examens médicaux continus, l’exercice excessif pour éviter la maladie et l’hypervigilance à tout type de fluctuation physique peuvent ont l’effet direct et inverse et peuvent contribuer à l’installation d’un trouble obsessionnel. La surveillance excessive de notre propre santé et de notre bien-être peut éventuellement provoquer un réel sentiment de perte de contrôle. Cela peut entraîner une peur excessive et des attaques de panique.

La recherche désespérée de l’inévitable

Ce qui semble être la chose la plus surprenante dans le cas de l’hypocondrie, c’est qu’à chaque diagnostic négatif que le patient reçoit à la suite de ses bilans de santé continus, le patient se retrouve piégé dans une spirale continue de pensées et d’obsessions hypocondriaques. Le plus souvent, le patient répond avec incrédulité qu’il ne se passe rien de sinistre en lui. Chez de nombreux patients, on peut aussi les observer passer des contrôles répétés, les uns après les autres, au point qu’ils commencent à douter du consultant très spécialisé qu’ils consultent. Ces patients recherchent souvent un consultant toujours meilleur et des tests encore plus précis encore et encore. Cette recherche continuelle et obsessionnelle de symptômes dangereux ou menaçants, commençant d’abord par l’autosurveillance des symptômes, puis impliquant un cortège de consultations médicales et d’examens diagnostiques au cours de quelques mois, conduit la personne à créer un trouble phobique généralisé basé sur la peur d’être malade ou de souffrir d’une mort longue et douloureuse.

A lire aussi  Les curieux avantages sociaux d'être introverti

Évolution du problème

Les tentatives continuelles du patient pour résoudre son problème en tentant de contrôler sa propre santé se développent d’abord à partir d’une série de doutes obsessionnels liés à sa santé et à son bien-être. À la suite de cela vient une auto-surveillance accrue de leurs symptômes et de l’altération physiologique perçue, et plus tard, grâce à la réitération continuelle des tests de diagnostic, ils construisent une « certitude » véritablement phobique qu’ils ont une maladie. Comme pour beaucoup de doutes, la réitération du doute le fait passer d’un doute à une certitude, une certitude encore plus réelle que la « réalité » (Watzlawick, 1974).

À ce stade, le patient est pris au piège comme la mouche dans la bouteille, tournant encore et encore dans des cercles toujours plus petits. Chaque tentative infructueuse de résoudre le problème augmente le problème à portée de main. De nos jours, les patients chercheront le plus souvent des informations via Internet ou “Dr Google”, chaque vague symptôme décrit sur Internet se traduisant par une véritable certitude qu’ils souffrent de la maladie décrite.

Pathophobie et hypocondrie : la distinction

Ce qui différencie fondamentalement un patient pathophobe d’un hypocondriaque, c’est que le pathophobe est généralement obsédé par une forme spécifique de menace pour sa santé. L’hypocondriaque, en revanche, paniquera à la moindre altération de son corps, transformant la moindre douleur en signe certain d’une maladie organique grave. La véritable ironie est que le combat continuel de l’hypocondriaque avec le moindre sentiment de maladie est qu’il peut en fait affaiblir son système immunitaire, au point où il devient l’architecte de sa propre maladie.

A lire aussi  Syndrome de l'imposteur: lorsque vous vous sentez comme une fraude

Tentatives infructueuses de solution

  • Auto-surveillance continue du corps. L’effet de cette tentative de solution est l’effet paradoxal que « le contrôle des patients sur leurs symptômes et leur peur les amène à perdre le contrôle ». La personne devient la proie d’une fixation obsessionnelle qui la pousse à contrôler quelque chose qui n’est pas contrôlable et ce faisant, son contrôle devient dysfonctionnel et déclenche le cercle vicieux qui construit le trouble.
  • Consultations médicales. Commençant comme une tentative de prévention, cette recherche continuelle d’investigations diagnostiques meilleures et plus complètes avec la technologie la plus sophistiquée, d’abord calme et rassure le patient, mais risque de confirmer son problème même car le fait qu’aucune investigation médicale n’est infaillible ou certaine à 100% introduira un doute qui ne pourra être éteint que par d’autres tests médicaux. Et ainsi de suite dans un cercle vicieux, obsessionnel.
  • Parler aux autres. Il est peut-être bon de parler de nos préoccupations et après tout « un problème partagé est un problème divisé par deux », mais cette sagesse de bon sens ne fonctionne pas de manière positive pour l’anxiété liée à la santé. Il est au contraire résolument contre-productif, car il sert à nourrir le trouble hypocondriaque.