Ce que font les mères assez bonnes

DW Winnicott (1987) a inventé le terme « mère assez bonne ». Il fait référence à «l’environnement de maintien» pour l’enfant qui garantit que, pendant les premières années de croissance neuropsychologique rapide, l’enfant se sent apprécié, confiant et confiant. Les soignants suffisamment bons savent que les bébés ont besoin de se sentir en sécurité, en sécurité, désirés, connectés tout le temps. Ainsi, des soins suffisamment bons n’imposent aucune douleur ou détresse, ce qui peut être traumatisant pour un bébé.

Dans l’ensemble, une mère ou un soignant suffisamment bon ne nie pas la satisfaction des besoins du bébé, comprenant que les bébés ont une boussole intérieure de ce qui est nécessaire pour une croissance optimale (Schore, 2019). Ils signalent les besoins de développement par ce qui les intéresse (par exemple, ramper pour le développement neurologique) et le soignant assez bon leur permet de pratiquer ces intérêts.

À quoi ressemblent des soins suffisamment bons ? Voici quelques caractéristiques identifiées à partir de l’ethnographie, de la psychothérapie et de la science neurobiologique.

Assurer la sécurité et la stabilité. Des soignants suffisamment bons permettent à un enfant de se sentir en sécurité grâce au contact humain et à une présence positive. Le jeune enfant n’est jamais délibérément laissé seul. (Lorsque l’enfant sera plus âgé, il explorera et laissera le soignant derrière lui, mais cela se fait à la discrétion de l’enfant et avec la possibilité de retourner vers le soignant comme base sûre ; Bowlby, 1988). Ainsi, des soignants suffisamment bons soutiennent le développement d’un attachement sécure (Siegel, 1999 ; Stern, 1985 ; Winnicott, 1957). Winnicott a également souligné à quel point les mères assez bonnes n’introduisent pas plus d’un changement à la fois pour ne pas les associer dans l’esprit de l’enfant (par exemple, un nouvel aliment avec une nouvelle routine).

Favoriser les capacités d’autorégulation. Des soignants suffisamment bons aident les enfants à développer leurs capacités d’autorégulation à travers d’innombrables moments où bébé se calme lorsqu’il commence à se sentir mal à l’aise (reconnu par des grimaces, des grognements, des mouvements des membres), aidant les systèmes neurobiologiques (par exemple, la réponse au stress, le nerf vague) à établir des schémas calmes. L’enfant n’est jamais désespéré (Winnicott, 1957).

A lire aussi  Dépression de la quarantaine chez les femmes

Les bébés doivent apprendre à respirer avec les poumons, ce qui n’était pas nécessaire dans l’utérus. L’autorégulation physiologique, comme la respiration, est facilitée par un contact peau à peau étendu (Bergman et al., 2004). Être porté et tenu facilite cela. En fait, les pleurs peuvent survenir parce qu’il n’y a pas eu suffisamment de contacts corps à corps pour aider à apprendre à respirer.

Répondre aux besoins biochimiques/nutritionnels. Idéalement, les besoins de l’enfant sont satisfaits par l’allaitement à la demande. Il n’y a pas de retard. En raison de leur petit estomac, les jeunes bébés peuvent demander à être nourris toutes les quelques minutes (Hewlett & Lamb, 2005). Pourquoi est-ce important? L’enfant développe des milliers de connexions cérébrales chaque minute et construit le système immunitaire (qui est principalement dans l’intestin). C’est ce qu’on appelle «l’axe intestin-sein» et qui est fondamental pour la santé tout au long de la vie (Rodriguez et al., 2021). Les enfants ont besoin de la stimulation de croissance biochimique fournie par le lait maternel (Power & Schulkin, 2016) contrairement au cortisol inhibiteur de croissance qui est libéré pendant la détresse (Murgatroyd & Spengler, 2011). Les préparations pour nourrissons, un aliment d’urgence, ne contiennent pas tous les ingrédients du lait maternel qui renforcent le cerveau et les intestins.

Assister à l’établissement des rythmes circadiens. Les soignants organisent les rythmes circadiens en suivant les rythmes de la terre et du corps. Le soir, des soignants suffisamment bons fournissent un éclairage naturel de faible intensité (pas d’éclairage bleu) et le matin, une exposition au soleil. Le lait maternel du soir contient des agents qui induisent la relaxation et le sommeil (par exemple, le tryptophane, qui est également présent dans la viande de dinde) tandis que le lait du matin contient des agents énergisants (Italianer et al., 2020).

Fournir une communication authentique. Des soignants suffisamment bons sont authentiquement présents, fournissant une «résonance limbique» ou une connexion intersubjective, qui contribue à un développement psychosocial et neurobiologique sain, ainsi qu’à un attachement sécurisant (Lewis, Amini & Lannon, 2000; Stern, 1985; Sorenson, 1998).

Maintenir une excitation optimale. Des soignants suffisamment bons facilitent une personnalité, une intelligence et une santé coopératives en maintenant une excitation optimale pendant la petite enfance (avant l’âge de 3 ans) (Schore, 2019). En revanche, une réponse au stress hyperactif peut être établie (pour la vie) lorsque le bébé est fréquemment laissé en détresse (Lupien et al., 2009). Lorsque la réponse au stress est activée, elle redirige le flux sanguin loin de la pensée d’ordre supérieur, loin de l’ouverture sociale, mobilisant plutôt le corps pour une action d’autoprotection (Sapolsky, 2004). Si cela devient une habitude, cela rend difficile l’apprentissage de l’enfant (Cozolino, 2013).

A lire aussi  Comment la pandémie a changé la dynamique familiale

Encourager la libre circulation. De bons soins encouragent la liberté de mouvement de l’enfant. L’utilisation des porte-bébés et des poussettes est limitée. Au lieu de cela, le jeune enfant est autorisé à ramper puis à marcher à mesure qu’il traverse plusieurs stades de développement de l’apprentissage corps-esprit. Les soignants suffisamment bons évitent d’interférer avec le mouvement de l’enfant à travers le monde. L’enfant est supposé capable de prendre soin de lui-même dans des environnements naturels normaux (Liedloff, 1985). (Bien sûr, cela ne vaut pas dans une rue passante où un enfant pourrait courir dans la rue.) L’enfant est autorisé à être exubérant, honoré pour sa dignité en tant que personne (Cavoukian & Olfman, 2006). Globalement, la motivation à apprendre du monde est encouragée et les efforts d’autonomie ne sont pas sanctionnés (Panksepp, 1998). L’enfant a autant de liberté que le contexte le permet (et les contextes sont sélectionnés pour leur sécurité et leur ouverture (Skenazy, 2010).

Encouragez le jeu autonome. Les soignants suffisamment bons offrent beaucoup de temps et d’opportunités pour le jeu autodirigé quotidien et le jeu social autodirigé. Un tel jeu caractérise nos enfances ancestrales et s’avère être le meilleur moyen pour un enfant d’acquérir des compétences de vie, la maîtrise de soi, la coopération et la créativité (Gray, 2013 ; Panksepp, 1984), en particulier avec des camarades de jeu de tous âges (Hewlett & Lamb, 2005).

Intégrer l’enfant dans une communauté significative. Des communautés suffisamment bonnes offrent non seulement un soutien à la mère ou à la personne qui s’occupe principalement de l’enfant, mais plongent l’enfant dans des expériences avec plusieurs autres personnes différentes qui fournissent des soins stables et chaleureux (Hrdy, 2009). Ils embrassent l’enfant avec des histoires significatives sur la place positive de l’enfant dans la famille et la communauté. Ils accueillent l’enfant dans une communauté active, comprenant que l’enfant apprend à sa manière et développe ses compétences. L’enfant pratique le partage mutuel avec les membres de la communauté (Widlok, 2017).

A lire aussi  5 choses que le triangle du changement peut faire pour vous

Modèle de comportement approprié. L’enfant s’attend à ce que les soignants de la communauté montrent comment se comporter. Ils sont prêts à imiter et à devenir un membre contributeur (Liedloff, 1977). Les adultes bien accompagnés sont capables de modeler la maîtrise de soi, la générosité et toutes les autres vertus recherchées.

Encouragez le dépassement de soi. Le temps pour des sentiments transcendants est intégré à la vie quotidienne, comme passer du temps dans la forêt, regarder les couchers de soleil ou l’herbe pousser. Ceux-ci peuvent être utiles pour rediriger un enfant bouleversé (Doucleff, 2021).

Assez bon maternage ou soins n’est pas une affaire de soliste. Nous savons que les mères ou les principales dispensatrices de soins ne fournissent pas à elles seules une « suffisance ». Ils sont soutenus par les communautés présentes pour leur fournir le même type de soutien qu’ils fournissent à leurs enfants (Hrdy, 2009) – quelqu’un pour les aider à répondre à leurs besoins fondamentaux (par exemple, pour le repos, la nutrition, un soutien sûr et stable, un sentiment de compétence et maîtrise de soi, capacité à être généreux), quelqu’un sur qui s’appuyer en cas de stress. La communauté d’assez bon met en place les pratiques et les politiques qui rendent possible la prestation de soins d’assez bon (par exemple, le congé parental après la naissance d’un enfant).