Ce que l’abandon des médias sociaux m’a appris

En tant qu’enfant des années 90, j’ai grandi à une époque avant les smartphones et les réseaux sociaux. Je suis reconnaissant pour cela pour une raison simple : je me souviens d’une époque avant que la vie ne devienne performative. Je me souviens avoir vécu chaque moment dont je voulais me souvenir, plutôt que de le perdre au profit d’enregistrer le moment pour la postérité. Je suis également très reconnaissant d’avoir traversé les années turbulentes de l’adolescence sans l’obstacle supplémentaire des médias sociaux et de toutes les pressions qui en découlent. Je suis également, pour cette même raison, préoccupée par le fait que ma fille et les autres enfants grandissent à cette époque où les apparences comptent tellement, et les gens sont mis sur un piédestal simplement en fonction du nombre de leurs abonnés sur les réseaux sociaux.

Photo par cottonbro de Pexels

Source : Photo par cottonbro de Pexels

Cela fait presque un an maintenant depuis ma dernière publication sur Instagram ou Facebook, et presque aussi longtemps que je les ai même ouverts pour vérifier les publications (j’ai récemment commencé à les vérifier de temps en temps, mais pas plus de 5 minutes à la fois, et pas compulsivement). J’ai quitté les deux sites pour une raison simple : je passais trop de temps dessus et je ne gagnais presque rien dans le processus (sauf une dose malsaine de FOMO, mais nous en reparlerons plus tard).

Juste une petite mise en garde avant de commencer. Je ne prétends pas que les médias sociaux n’ont aucune utilité. Il a rapproché le monde et aide les gens à rester en contact. Cela a juste cessé de fonctionner pour moi. Je commençais de plus en plus à avoir l’impression que les gens sur mes réseaux sociaux étaient moins des amis et plus des connaissances. En fait, je ne me souviens pas de la dernière fois où j’ai eu une conversation avec la plupart d’entre eux. Et connaître la vie de chacun simplement à travers les mises à jour de statut de chacun ne semblait pas vraiment être un moyen significatif de rester en contact. J’ai quelques amis dont je suis proche et j’ai commencé à sentir que je n’avais pas vraiment besoin d’Instagram ou de Facebook pour rester en contact avec eux.

Je prévois d’écrire sur les neurosciences derrière la dépendance aux médias sociaux dans de futurs articles, mais pour l’instant, voici ce que m’a appris le fait d’être en dehors des médias sociaux :

1. Il est terriblement difficile de quitter les réseaux sociaux pendant une période prolongée, mais cela peut en valoir la peine

J’avais déjà essayé, à plusieurs reprises, de quitter les réseaux sociaux, mais j’avais toujours échoué en un jour ou deux. Je regarderais mon écran d’ordinateur et ma résolution s’effondrerait. Cette fois-ci, cependant, quelque chose en moi s’est durci. J’ai d’abord décidé de supprimer les applications de mon téléphone et de m’en déconnecter sur mon ordinateur portable. Chaque fois que je ressentais la tentation d’ouvrir Instagram et que les heures de bombe défilaient sans but, j’ouvrais plutôt Twitter (ce qui n’a jamais été aussi une dépendance pour moi, et un forum qui m’a énormément aidé, étant donné que je suis des personnes ayant des intérêts similaires et dans le même domaine que moi).

J’ai réalisé avec le temps qu’il devenait de plus en plus facile de ne pas ouvrir les sites Web sur lesquels je ne voulais pas passer mon temps. Le meilleur de tous, je ne l’ai pas manqué le moins du monde! Et après quelques mois sans ouvrir Instagram, j’ai senti mon intérêt pour la vie d’inconnus au hasard s’estomper. C’était bon pour plusieurs raisons, dont la moindre n’était pas que :

2. Le fait d’être en dehors des médias sociaux m’a fait ressentir des quantités inférieures de FOMO et un niveau global de satisfaction et de bonheur plus élevé dans ma propre vie

En tant que parent d’un tout-petit non vacciné au milieu d’une pandémie, j’ai découvert que nous voyagions moins que les personnes sur mon flux de médias sociaux ne semblaient le faire. Je comparais constamment ma propre vie avec celle d’autres personnes qui semblaient avoir tellement plus d’expériences de voyage et, bien sûr, finissaient par être moins qu’heureuses de la mienne. Après tout, la recherche suggère que la comparaison sociale est l’une des principales causes d’insatisfaction dans la vie des gens.

A lire aussi  Le docteur Watson d'IBM : 10 ans plus tard

3. J’ai réalisé qu’une grande partie de ce que les gens publient sur les réseaux sociaux est performatif et n’a rien à voir avec la réalité de leur vie.

Ce n’est pas juste de ma part de me plaindre que les gens se tournent vers les médias sociaux pour se faire belle la vie parce que c’est la nature du média. Nous ne publions que les bonnes parties et pas les mauvaises. Ce que je trouve vraiment regrettable, cependant, c’est à quel point il nous semble facile d’oublier ce fait lorsque nous regardons les publications d’autres personnes en ligne. “Ooh, ils viennent d’avoir un bébé et ont acheté une nouvelle maison il y a un an, et regardez leurs sourires dans ce post, ils ont l’air si heureux!” nous avons tendance à penser. Cela nous déconcerte lorsque nous réalisons que la vie des gens n’est pas aussi parfaite qu’ils le prétendent sur Instagram ou Facebook. Comment peut-il y avoir une si grande déconnexion entre ce que nous voyons et ce qui est réellement, nous sommes amenés à nous demander.

4. J’ai appris l’importance de l’ennui.

Pendant que j’étais sur les plateformes de médias sociaux, elles sont devenues ma référence par défaut chaque fois que je me sentais m’ennuyer ou que j’avais plus de temps libre. Cela me guérirait inévitablement de mon ennui. Dès que j’ai arrêté de faire défiler par défaut sur ceux-ci, cependant, j’ai réalisé que savoir quand je m’ennuie (et me permettre de me vautrer dans l’ennui, si vous voulez) est inestimable. Cela m’a aidé à réaliser que je dois faire des choses plus significatives avec mon temps.

5. Moins je passais de temps sur les réseaux sociaux, plus je devais faire des choses qui comptaient vraiment pour moi.

J’ai lu plus de livres en 2021 qu’au cours de n’importe quelle autre année de ma vie jusqu’à présent, et c’est au moins en partie parce que je ne fais pas par défaut défiler les réseaux sociaux quand j’ai le temps.

A lire aussi  Faire un geste: attentes romantiques et intimité physique

6. Je me fais moins de souvenirs en enregistrant chaque instant, et plus en le vivant.

Je me souviens quand j’étais sur les réseaux sociaux de la tentation de prendre une photo parfaite où que nous allions (même s’il ne s’agissait que d’un voyage au parc). “Ce pourrait être ma prochaine image de couverture d’affichage sur Facebook”, je pense. Ou, “Cela aurait l’air si bien sur Insta!” Je dirais, en tendant le téléphone à mon mari pour prendre la photo parfaite. Quand je chantais (quelque chose que j’apprécie), je serais toujours tenté d’en faire un enregistrement pour le partager sur les réseaux sociaux. Cela viderait inévitablement une grande partie de la joie de l’expérience et me ferait remettre en question mes propres motivations. Est-ce que je fais cela pour gagner l’appréciation de personnes qui me sont pratiquement inconnues, ou pour mon propre plaisir ?

Tout cela ne veut pas dire que je ne prends plus de photos ou de vidéos, ou que je n’aime pas m’enregistrer en chantant. Je fais toujours toutes ces choses, mais j’ai l’impression de le faire plus pour moi-même et moins pour les autres. Les autres ne se soucient que trop de l’endroit où je vais, de ce que je fais ou de mes talents. Je prends encore beaucoup de photos et de vidéos de mon tout-petit à partager avec la famille, et pour que mon mari et moi puissions regarder en arrière et revivre les souvenirs. La suppression des médias sociaux de l’équation rend les choses beaucoup plus simples et plus significatives.

En tant que personne qui regarde tous nos vieux albums photo chaque fois que je visite la maison de mes parents, créer et enregistrer des souvenirs compte beaucoup pour moi. Je suis juste heureux de créer et de stocker maintenant tous ces souvenirs pour moi et ma famille plutôt que pour mon public imaginaire en ligne.