Ce qui permet aux créatifs de résoudre de manière unique les problèmes sur le lieu de travail

Photo de Diego PH sur Unsplash

Source : Photo de Diego PH sur Unsplash

La créativité vous causera des ennuis. Cela vous emmène sur un chemin sinueux loin des conventions et d’un genre de pensée “nous l’avons toujours fait de cette façon”. Cela vous obligera à perturber la hiérarchie à mesure que vous atteindrez les départements et les disciplines pour forger de nouvelles compréhensions. Votre curiosité vous placera dans une position unique pour proposer des solutions innovantes à des problèmes bien ancrés, mais elle peut aussi vous rendre extrêmement impopulaire. Croyez-moi, je sais. Alors qui sont ces créatifs au travail ?

Les créatifs sont des paradoxes, riches en ambiguïtés, difficiles à classer et cantonnés à un tiroir précis. Dans le bon environnement, les créatifs s’épanouissent et se développent, étendant leur organisation pour explorer de nouveaux projets et adopter un nouvel objectif pour démêler les énigmes institutionnelles. Dans le mauvais environnement, ils en prennent un dans les dents, alors que le gardien du statu quo et le chien en tête du jeu hiérarchique du pouvoir craignent que les idées peu orthodoxes du créateur ne menacent leur règne.

Ces opposants sont faciles à repérer. Ce sont des maîtres de tâches à la pensée linéaire, contrôlant et micro-gérant dont le confort et la confiance découlent du fait de regarder leurs subordonnés travailler tranquillement sur la tâche assignée, de la manière assignée, à l’emplacement assigné et à la date et à l’heure assignées. Dans ces environnements limitatifs, les créatifs deviennent exaspérés et dégonflés car on leur demande de jouer plus petit que ce pour quoi ils sont nés. De plus, ils deviennent souvent des cibles d’intimidation au travail, de fermeture et sont dégradés par les personnes tirant les ficelles de la marionnette. Alors, comment repérer ces créatifs et reconnaître la valeur qu’ils apportent sur le lieu de travail et dans le monde ?

Les créatifs sont des paradoxes

Les créatifs sont ludiques mais disciplinés, intelligents mais naïfs, introvertis et extravertis, prenants des risques mais traditionnels, passionnés mais objectifs, motivés par le succès mais satisfaits de l’échec, et sensibles tout en restant stoïques. C’est la fluidité des créatifs qui les pousse à construire quelque chose de nouveau, car ils ont étudié les règles et mené une introspection en vue de se bousculer entre réalités et attentes sur le chemin de l’innovation (Csikszentmihalyi, 1996).

#1. Joueur mais discipliné

Les créatifs remarquent les brins d’herbe jaunissante dans la cour avant et le chant des oiseaux invités par le printemps. Ils sont joyeux alors qu’ils travaillent dans leurs laboratoires, bureaux et écoles – saluant leurs collègues et les spectateurs avec intérêt et joie, ravis de ce que chacun a à offrir. Vous pouvez trouver une danse créative dans son salon ou recroquevillée dans le coin de sa chambre, riant en lisant.

A lire aussi  Enfants suicidés par surdose intentionnelle

Les créatifs voient la beauté du présent et sont divertis par le quotidien, bien qu’ils maintiennent également un horaire de travail réglementé. Les créatifs se lèvent souvent avant l’aube pour travailler ou réservent volontairement leur énergie pour le crépuscule, sachant qu’ils atteignent leur maximum de productivité après minuit. Quelle que soit leur approche, ils se présentent et font avancer les choses, repoussant l’attrait de la procrastination qui guette leurs pairs moins génératifs. Comme le soutiennent les chercheurs en jeux, Brown et Vaughan (2009), la créativité « allège nos fardeaux. Il renouvelle notre optimisme naturel et nous ouvre à de nouvelles possibilités » (p.4).

2. Intelligent mais naïf

Les créatifs sont des intellectuels, intelligents, mais conservant des recoins de la naïveté de leur enfance, ce qui leur permet d’examiner les problèmes avec un œil neuf, d’envisager des possibilités juste en dehors de ce que les autres pensent être réalisables. Dans cette mentalité de « tirer pour la lune », l’exception se pose alors qu’ils éliminent les obstacles que d’autres prétendent être immobiles. Leur vision enfantine du monde est souvent exposée lorsqu’ils entrent dans des états de flux, jouent à l’intérieur de leur travail, appréciant le processus autant que le produit (Csikszentmihalyi, 1996 ; Kelley & Littman, 2001).

3. Introverti et extraverti

Bien que le mythe de l’artiste solitaire persiste, les créatifs se placent dans l’agitation des conversations et des interactions qui les invitent à tester leurs idées, à remettre en question leurs hypothèses et à saisir de nouvelles idées disponibles uniquement par le discours et l’expérience. Ces moments extérieurs sont souvent pris en sandwich avec une concentration et une solitude profondes, où les pensées sont consolidées, réarrangées et formées en quelque chose d’unique et de nouveau (Csikszentmihalyi, 1996 ; Feist, 1999).

4. Prise de risque mais traditionnelle

Les créatifs sont des preneurs de risques et des secoueurs de racailles qui se tiennent jusqu’aux genoux dans la tradition, car pour modifier les règles, ils ont besoin d’une riche compréhension de ce qui les a précédés. Les créatifs, par nécessité, possèdent une connaissance fondamentale de la littérature qui encadre leurs énigmes actuelles, et ils ont souvent gravi les échelons établis de l’organisation, leur offrant un aperçu du manuel de l’institution. Cette familiarité avec hier leur permet de voir les trous et les contraintes trébucher et retenir les gens. Ensuite, ils lancent des idées qui peuvent ébouriffer les plumes de la vieille garde, mais voient des possibilités uniquement disponibles lorsque la hiérarchie lance ses œillères et relâche les freins de sécurité (Westwood & Low, 2003).

A lire aussi  Pourquoi est-il si difficile (et vital) d'être humble?

5. Passionné mais objectif

Les créatifs entrent dans le travail avec lequel ils sont obligés de s’asseoir. Souvent, ils vous diront qu’ils n’ont pas le choix : ils doivent écrire, jouer, cuisiner ou construire. Les créatifs sont motivés par la passion, émus par l’engagement dans leur métier. Cependant, les créatifs apprennent à être les meilleurs premiers et derniers lecteurs de leurs brouillons, en écoutant les bosses, en remarquant les incohérences et en reconnaissant les opportunités perdues.

L’écrivain et professeur d’écriture acclamé, Don Murray (2004), l’a exprimé ainsi : « Les auteurs de tels brouillons doivent être leur propre meilleur ennemi. Ils doivent accepter la critique des autres et s’en méfier ; ils doivent accepter les éloges des autres et s’en méfier encore plus. Ils ne peuvent pas dépendre des autres. Ils doivent se détacher de leur propre page afin de pouvoir appliquer à la fois leur attention et leur métier à leur propre travail » (p. 421).

6. Axé sur le succès mais satisfait de l’échec

Pour les créatifs, l’échec est toujours une option, et c’est très bien parce que les bleus et les faux pas révèlent ce qui ne fonctionne pas et font place à de nouvelles possibilités. La gratification du processus n’est pas liée au résultat. L’acte d’écrire ce livre, même s’il échoue, est joyeux et transformateur.

Comme le partage Csikszentmihalyi (1996), « Quand tout va bien, la corvée est rachetée par le succès. Ce dont on se souvient, ce sont les moments forts : la curiosité ardente, l’émerveillement devant un mystère sur le point de se révéler, le plaisir de tomber sur une solution qui rend visible un ordre insoupçonné. Les nombreuses années de calculs fastidieux sont justifiées par l’éclatement de nouvelles connaissances. Mais même sans succès, les créatifs trouvent de la joie dans un travail bien fait. Apprendre pour lui-même est gratifiant même s’il n’aboutit pas à une découverte publique » (p. 4-5).

A lire aussi  SSPT : du combat au flux

7. Sensible tout en restant stoïque

Les créatifs, selon Sternberg (2012), achètent bas et vendent haut, ce qui signifie qu’ils construisent et lancent des idées qui rebondissent contre les tendances de l’époque, provoquant souvent de l’inconfort et des troubles dans leurs communautés professionnelles. La plupart des gens se détendent dans le statu quo, car il n’offre aucune surprise car il reconstruit les idées, les structures et les hiérarchies année après année avec peu d’émerveillement ou d’innovation. La volonté des créatifs de laisser tomber le nouveau au milieu des attendus en fait parfois des cibles d’opposition et même de campagnes de dénigrement.

Comme Csikszentmihalyi (1996) l’a partagé, «Être seul à la pointe d’une discipline vous rend également exposé et vulnérable. Eminence invite à la critique et aux attaques souvent vicieuses. Quand un artiste a investi des années dans la réalisation d’une sculpture, ou un scientifique dans l’élaboration d’une théorie, c’est dévastateur si personne ne s’en soucie » (p.73).

Le refoulement au mieux et l’exil au pire sont bouleversants émotionnellement pour la créatrice, mais elle est tellement dévouée à la cause, donnant la parole aux idées et aux personnes qui ont été réduites au silence depuis si longtemps, qu’elle se porte volontaire pour jouer à la cible, debout dans ses idéaux , convictions et stoïcisme. Les communautés qui sont prêtes à s’asseoir avec l’inconfort de la création récolteront souvent les fruits de la partie « vente élevée » de l’équation à mesure que les nouvelles idées du créatif prennent racine et électrisent la stagnation organisationnelle (Epstein, 2019 ; Sternberg & Lubart, 1992).

Être créatif, c’est être un métamorphe, un paradoxe, une boîte non ouverte à découvrir bientôt. Pour s’engager dans une innovation profonde, les créatifs doivent transcender le monde des dualités et flotter parmi diverses manières d’être, parfois le tout en une seule journée.