Combattre, fuir, geler et se retirer après un traumatisme

Dans mon dernier billet, j’ai proposé un troisième état qui existe entre les extrêmes de combat, de fuite et de gel: le retrait. Cet état intermédiaire, caractérisé par des épisodes troublants de sevrage, est la réalité à laquelle sont confrontés la plupart des thérapeutes en traumatologie lorsqu’ils travaillent avec les clients. Un tel retrait après un traumatisme est complexe, nécessitant une réponse systémique. Dans cet article, je présente un cadre pour guider une telle réponse.

Feuille de route ETI après un traumatisme

Dans un essai de 2010, j’ai proposé une feuille de route pour décrire ce qui se passe avant, pendant et après le traumatisme, afin de servir de guide pour le processus d’intégration du traumatisme. La feuille de route décrit le sevrage comme une phase à part entière qui survient juste après un épisode traumatisant.

Il est important de reconnaître, cependant, que le retrait n’est pas «une fois et fait». L’intégration des traumatismes est un processus complexe et compliqué et les survivants passent par chaque phase plus d’une fois. Pensez à une spirale, pas à une ligne. La nature en spirale de l’intégration des traumatismes est particulièrement important pour comprendre le retrait.

Adaptation de Porges (2011) Dana (2020) © Dr. Odelya Gertel Kraybill ETI ™

Échelle d’excitation ETI ™

Source: Adaptation de Porges (2011) Dana (2020) © Dr. Odelya Gertel Kraybill ETI ™

Dr Odelya Gertel Kraybill

Feuille de route ETI ™ après un traumatisme

Source: Dr Odelya Gertel Kraybill

Première étape: routine

La ligne de base, avant le traumatisme. La vie est caractérisée par une routine sans excès de hauts et de bas d’aucune sorte.

Deuxième étape: événement

Un événement traumatisant se produit qui déclenche des mécanismes de défense, qui prennent le relais dans le cerveau et le corps. Voir la description ci-dessous appelée réaction «3-2-1».

Dr. Odelya Gertel Kraybill Expressive Trauma Integration ™

Modèle de psychoéducation ETI ™

Source: Dr Odelya Gertel Kraybill Expressive Trauma Integration ™

Troisième étape: cycle de stress autonome secondaire

Dès qu’un événement traumatisant passe, la plupart des survivants éprouvent une envie plus ou moins irrésistible de se retirer dans un endroit sûr et calme. Les survivants traversent des émotions, des sentiments et des sensations intenses tels que le choc, la peur, la colère. Certains sont saisis par la rumination (« shoulda ‘/ coulda’ / woulda ‘ »).

Certains survivants dépassent ce stade sous peu. Beaucoup d’autres connaissent des retours épisodiques et avancent avec difficulté. Certains semblent rester coincés ici.

Dans sa forme la plus simple, le retrait est une réaction instinctive et souvent utile aux menaces de presque toutes sortes. Sans cela, nous resterions en danger. Cela fait tellement partie de la façon dont les humains sont câblés pour faire face au danger et au stress qu’il est essentiel à nos modèles de comportement.

En appliquant la théorie polyvagale au concept de retrait, nous pouvons reconnaître trois types différents de retrait, et de nombreux survivants hésitent entre eux:

  1. Retrait instinctif (sympathique + vagal dorsal). S’éloigner du danger immédiat est une réponse instinctive et vivifiante. Sans cet instinct, nous ne nous écarterions jamais du danger.
  2. Retrait liminal (sympathique). Il s’agit d’une réponse ultérieure, longtemps après que la menace immédiate a disparu, qui se produit parfois lorsque l’anxiété est déclenchée par des rappels spécifiques de traumatisme. Tout ce qui ressemble, sonne, sent ou ressemble à des choses vécues au moment du traumatisme peut faire craindre le retour du danger. Les mécanismes de survie réagissent en prenant le contrôle du cerveau, mettant temporairement de côté la logique et la raison. Les survivants ne réagissent pas aux situations qu’ils rencontrent, ils réagissent dans la panique.

    Les situations de menace perçue peuvent facilement déclencher cette réaction de stress et la vie devient très difficile pour les survivants. Dans cet état, les survivants continuent de se sentir inondés, «à bout de nerfs», incapables de rester assis. Le sentiment que le danger est proche persiste. La colère, la peur, l’anxiété et la panique sont courantes, tout comme les difficultés d’attention et de concentration.

  3. Sevrage chronique (dorsal vagal). Lorsque la réaction de peur d’un individu est déclenchée encore et encore, le retrait devient profondément ancré dans l’existence. Cela se produit lorsque les personnes sont exposées à un stress continu ou à de multiples expériences traumatiques, ou lorsqu’elles ont des antécédents de traumatisme développemental (début de vie). Dans de telles circonstances, ce qui a commencé comme une réaction temporaire prend une occupation permanente dans le système nerveux et se manifeste par un engourdissement, une dépression ou une dissociation (possible DID), ainsi que des schémas de vie complexes construits autour des dysfonctionnements qui en résultent. Les survivants sont aux prises avec un sentiment chronique d’isolement et des cycles de honte, de culpabilité et de sentiment d’inutilité. Ils présentent un risque élevé de toxicomanie, de maladies auto-immunes et d’autres maladies chroniques.

Pour la plupart, le sevrage est un état mixte dans lequel les survivants luttent contre l’hyper excitation pendant un certain temps, puis, submergés et épuisés, passent à une variante d’excitation de stress. Les états mixtes peuvent être temporaires pour certains survivants et prolongés pour d’autres.

Quatrième étape: la prise de conscience comme sortie du retrait

La conscience engage les parties supérieures du cerveau et permet la reprise d’un état 1-2-3 (voir l’image de psychoéducation ETI ci-dessus). Du point de vue PLV, cette étape engage le Ventral Vagal. Lors de la sélection des activités de sensibilisation lorsque le sevrage est un grand défi, il est utile de reconnaître trois options différentes:

  1. Informations. Psychoéducation sur la façon dont les traumatismes affectent le cerveau. Ces informations fournissent un contexte et aident les survivants à réaliser que nous ne pouvons pas choisir notre réponse au traumatisme – nous réagissons instinctivement. C’est une prise de conscience importante qui aide à atténuer la honte et la culpabilité de nombreux survivants.

  2. Être dans le présent. Prêter attention aux signaux intérieurs et extérieurs. Cela peut être délicat car la conscience peut également déclencher des sentiments, des sensations et des pensées inconfortables qui ramènent le survivant au retrait. Développez cette prise de conscience lentement!
  3. Conscience corporelle. Cela aide à l’autorégulation des émotions. Apprendre à détecter et tracer ce qui se passe dans le corps, quelles sensations sont associées à des déclencheurs particuliers (stimuli sensoriels), alertes, mouvements, postures, etc., jette les bases essentielles de l’autorégulation. Ce type de prise de conscience se mêle à l’étape Action (n ° 4 de la feuille de route ETI ™).

La prise de conscience ne peut pas atteindre son plein impact en sortant du retrait sans action (étape n ° 5), car quitter le retrait nécessite une décision active pour s’engager dans une réflexion sur soi. Un flux de thérapie typique pourrait commencer un travail de sensibilisation avec la psychoéducation sur le traumatisme et son impact, puis continuer avec une capacité accrue d’agir.

Cinquième étape: action

L’action implique un choix conscient d’utiliser les ressources dont dispose le survivant pour agir. Du point de vue de la théorie PLV, les trois types d’action s’engagent généralement avec plus d’une voie vagale, nous devrions donc la considérer comme un état mixte.

Trois types d’actions peuvent être envisagés:

  1. Acte d’auto-réflexion (Ventral Vagal + Dorsal Vagal). Faire un choix conscient pour reconnaître et reconnaître les ressources. Il est difficile de surestimer la mesure dans laquelle le retrait réduit la conscience d’un survivant des ressources, à la fois les leurs et celles qui les entourent, pour survivre pendant et après un traumatisme.

    Souvent, sortir du lit demande beaucoup de courage aux survivants qui savent qu’ils seront accueillis avec des rappels douloureux du passé. Peu de survivants reconnaissent le courage, la persévérance, la détermination et la persévérance dont ils font preuve heure par heure juste pour effectuer les bases de la vie. Peu de survivants se disent créatifs pour essayer une chose après l’autre dans le but de se sentir mieux.

    La reconnaissance de ces ressources que portent les survivants peut être une étape importante dans le processus d’intégration des traumatismes. (Voir cet article sur la redéfinition de la résilience.)

    Alors que la survivante est toujours immobilisée par le retrait, elle se sent suffisamment en sécurité pour agir et avancer dans le processus d’intégration du traumatisme. En termes PLV, cet état est appelé immobilité.

  2. Expérimenter l’intimité (Ventral Vagal + Dorsal Vagal). Cet état engage le système nerveux social avec le vagal dorsal. La stratégie idéale consiste à s’engager dans une relation harmonieuse, de préférence avec un thérapeute, afin de renouer avec (ou de découvrir pour la première fois) l’expérience de se sentir en sécurité dans une relation. L’expérience d’être à l’écoute d’une manière prévisible, répétitive, sûre et aimante est un puissant antidote au sevrage. (Voir cet article sur l’harmonisation et l’amour dans la thérapie de traumatologie.)
  3. Expérimenter la spontanéité (Ventral Vagal + Sympathetic). Activités qui améliorent l’autorégulation par la spontanéité, le mouvement et l’intégration sensorielle. De telles activités engagent le système nerveux sympathique de manière à faciliter l’autorégulation en élargissant la fenêtre de tolérance au stress. Nous continuons cette pratique jusqu’à ce que le moment semble opportun pour un engagement «sûr» avec la détresse fondamentale du traumatisme, en utilisant des méthodes de l’Espace Imaginal (état d’être spontané) dans un environnement confiné. Dans cet état, nous pratiquons également l’engagement avec ludique pour renforcer la spontanéité, ce que Porges appelait la mobilisation sans peur.

Sixième étape: intégration

L’intégration du traumatisme est réalisée lorsque le traumatisme est reconnu comme faisant partie de la réalité continue, mais n’est plus au centre de l’expérience car il est maintenant entouré par la conscience des ressources pour faire face aux expériences défavorables, passées et présentes. (Gertel Kraybill, 2010)

Pour les survivants dont le traumatisme n’est pas traité, cette étape est probablement la plus difficile, car le travail ici consiste à accepter que la vie a évolué.

Les sentiments de «normalité» commencent à revenir. Celles-ci peuvent conduire à une déception lorsque la réalité de la douleur / perte refait surface, comme elle le doit inévitablement. Le défi pour le survivant est de construire une vie significative autour d’un nouveau récit qui comprend: ce qui existait avant le traumatisme, l’événement traumatisant lui-même et par la suite. L’intégration implique un traitement narratif des étapes antérieures d’une manière qui met en évidence le sentiment émergent de soi, les aspirations personnelles et une définition du but, du sens et de la joie de vivre après un traumatisme.

Retour à la première étape: retour aux routines

Le stress vient avec la vie. Les déclencheurs ne peuvent pas tous être évités. Les survivants continueront à entrer et sortir du retrait, même après avoir intégré l’événement traumatisant.

L’antidote le plus important à cela est de vivre dans le présent. Les survivants doivent être proactifs dans la planification et le maintien d’une vie qui favorise l’intégration des traumatismes. Pour la plupart, cela signifie qu’ils doivent concevoir et mettre en œuvre un plan de durabilité qui cible tous les aspects du bien-être (émotionnel, cognitif, physique, spirituel et social) pour atteindre la durabilité une fois la thérapie de traumatologie terminée (Voir cet article sur l’approche All-Wellness) .

Le voyage après un traumatisme n’est pas linéaire, et l’ETI n’est pas non plus une feuille de route linéaire. Les participants semblent souvent se déplacer entre les étapes au hasard. N’importe quel nombre de déclencheurs, y compris même le stress de la vie quotidienne ou la stimulation de l’excitation parfois, peut ramener un survivant au sevrage.

L’intégration comprend toutes les étapes de la feuille de route: le ou les événements traumatisants, le retrait, tous les types de prise de conscience et l’action. Il n’apporte pas de récupération ou de renversement de tout ce qui a été perdu. Un sentiment de bien-être va et vient. Cependant, avec le bon type d’intervention systémique, les survivants augmentent avec le temps et la qualité de vie augmente.

* En période de stress, nous vivons en fait une situation 2-3-2-1 puisque le système limbique est d’abord déclenché puis active la partie inférieure du cerveau, tandis que les parties supérieures du cerveau se coupent.