Comment faire face aux intimidateurs adultes

Photo de Pixabay provenant de Pexels

Source : Photo par Pixabay de Pexels

Pour beaucoup d’entre nous, le travail n’est pas simplement un endroit où nous allons pour obtenir une assurance et percevoir un chèque de paie ; c’est une communauté dans laquelle nous recherchons l’appartenance et le but. Malheureusement, pour les cibles d’abus au travail, cet employeur qui nourrissait autrefois notre esprit se transforme en la principale source de nos angoisses.

En fait, pendant cette période surnommée à juste titre La grande démission, les cultures toxiques sont la principale raison invoquée par les employés pour abandonner leur emploi, une construction dépassant de loin les préoccupations concernant les écarts salariaux, les horaires de travail flexibles et les possibilités d’avancement (Sull, Sull et Zweig, 2022).

Conseils pour les cibles d’abus en milieu de travail

En tant que chercheur qui étudie l’intimidation au travail, on me demande souvent quelles stratégies les cibles peuvent utiliser pour échapper à l’abus. Ma première réponse n’est pas particulièrement populaire, bien que je la maintienne toujours. Quitter! Car si vous étudiez les chiffres, près de 70 % des victimes de harcèlement au travail finissent par perdre leur emploi par licenciement, congédiement déguisé, transfert ou séparation volontaire ; tandis que moins de 25% des intimidateurs subissent des répercussions négatives pour leur mauvais comportement (WBI, 2021). De plus, l’intimidation, à la base, est un problème culturel, plus qu’un problème individuel, et les cultures de travail qui saignent la toxicité sont très peu susceptibles de changer.

Cependant, pour une myriade de raisons, de nombreux employés n’ont pas la possibilité de se présenter ; par conséquent, je propose ci-dessous six stratégies axées sur la recherche pour naviguer dans la zone de guerre de la violence au travail.

1. Permettez-vous de pleurer

Dans une société capitaliste, nos identités en tant qu’êtres humains sont souvent liées à nos titres de poste. Ce que nous faisons, c’est comment nous définissons qui nous sommes. Quand un patron ou un pair intimidateur vole cette identité, c’est assez choquant. À ce moment-là, nos hypothèses sur la gentillesse et le fair-play sont brisées, nous obligeant à reconstruire notre vision du monde au travail (Janoff-Bulman, 1992).

Cette reconfiguration forcée crée un grand sentiment de perte. Pour faire le deuil de ce qui a été, il faut repousser les murs pour faire place au deuil. Écrire dans un journal, s’engager dans une pratique méditative et demander la consultation d’un thérapeute sont autant de moyens de surmonter la perte (Lutgen-Sandvik, 2008).

A lire aussi  Quel est le secret pour atteindre vos objectifs personnels?

2. Créer une distance temporelle

Les intimidateurs sont un groupe bruyant, difficile à contenir ou à diriger. Les victimes d’abus au travail, cependant, peuvent récupérer leur pouvoir en réentraînant leurs pensées et en réduisant leur réactivité.

Pour créer une « distance temporelle », nous nous demandons : le comportement flagrant de cet intimidateur sera-t-il important pour moi et ma carrière demain, la semaine prochaine ou l’année prochaine ? Sinon, peut-être plaçons-nous la douleur qu’elle cause sur une étagère et refusons de mordre à l’hameçon.

En nous désengageant et en mettant en place des barrières émotionnelles entre nous et l’intimidateur, nous nous accordons un répit face à la blessure, nous permettant de quitter le travail et de profiter du match de football de notre fils ou d’une promenade l’après-midi avec un ami qui nous soutient vraiment (Bruehlman-Senecal & Ayduk, 2015 ; Foulk, Woolum, & Erez, 2016 ; Moreno-Jiménez, Rodríguez-Muñoz, Pastor, Sanz-Vergel, & Garrosa, 2009).

3. Créer une distance physique

Comme un virus, le harcèlement se propage. En fait, des études montrent que l’impolitesse est en réalité contagieuse. Lorsqu’un collègue parle avec dédain, ceux qui l’entourent sont plus susceptibles d’adopter son comportement agressif. Lorsque vous êtes à proximité d’un patron ou d’un collègue toxique, le préjudice émotionnel causé est intensifié.

En créant une distance physique entre vous et l’agresseur, vous créez une barrière à la blessure potentielle. Les stratégies possibles pour prendre de la distance incluent le déplacement de votre bureau, la recherche d’une pièce calme où vous pourrez vous évader ou partir chaque jour pour une promenade sur le campus pour vous ressourcer. Au fur et à mesure que vous apprenez à connaître l’horaire de votre intimidateur, vous pouvez également commencer à faire un effort concerté pour être absent lorsqu’il est présent, évitant ainsi d’être blessé par les éclats d’obus de ses explosions intermittentes (Foulk, Woolum, & Erez, 2016; White, 2004 ).

4. Utilisez l’amitié comme tampon

Rester seul face aux séquelles d’abus en milieu de travail est démoralisant et nocif. Des études montrent qu’un ami au travail peut agir comme un gilet pare-balles, vous protégeant de l’assaut des attaques.

En fait, l’ami n’a même pas besoin d’être un collègue. Le simple fait d’avoir des personnes dans votre cercle social élargi à qui vous pouvez vous confier et en qui vous avez confiance diminue considérablement les niveaux de traumatisme, les degrés de dépression et les maladies physiques généralement associées à la violence au travail (Cuadros et Berger, 2016).

A lire aussi  Matières premières précieuses

5. S’engager dans la répétition cognitive

Les victimes de violence au travail ont tendance à être généreuses de leur temps et à pardonner les mauvais comportements. Cette courtoisie, cependant, peut avoir un coût lorsqu’il s’agit d’intimidateurs au travail.

Afin de parer aux attaques inattendues, la répétition cognitive ou la pratique de réponses à des questions, demandes et commentaires secondaires inappropriés aide à doter les victimes d’un cadre pour faire face à des interactions intenses. Pratiquer ces conversations devant un miroir ou avec un confident de confiance permet aux victimes de se préparer à l’avance aux confrontations.

Certaines de mes réponses préférées aux questions et commentaires cruels, inexacts ou manipulateurs incluent :

  • “Je vais devoir y réfléchir avant de répondre.”
  • “Merci pour cette perspicacité, mais ce n’est pas mon expérience.”
  • « Je ne suis pas en mesure de répondre aux commérages ou aux plaintes anonymes. Si vous souhaitez parler avec moi des préoccupations que les gens vous expriment, veuillez partager qui l’a dit, dans quel contexte et à quelle date. Ensuite, je reviendrai directement avec ces personnes. Sans cette information, ce ne sont que des commérages ou des ouï-dire, et je ne réponds pas aux commérages ou aux ouï-dire. »

Ces réfutations créent une pause et un espace pour les victimes d’abus au travail pour reprendre leur pouvoir, car elles refusent d’engager le mauvais comportement de l’intimidateur (Cuadros & Berger, 2016 ; Lutgen-Sandvik, 2006).

6. Adopter des formes de résistance

Lorsqu’une personne est victime d’abus au travail, des conseillers bien intentionnés suggèrent souvent de riposter plus durement. Un tel comportement et une telle réponse, cependant, ne sont pas conformes à la nature douce, gentille et hautement éthique des cibles.

Heureusement, il existe d’autres moyens de résister. D’abord, trouvez un endroit où raconter votre histoire (Lutgen-Sandvik, 2006). En tant que chercheur sur l’intimidation au travail, j’ai recueilli les histoires de plus de 200 victimes à travers les États et les pays. À l’intérieur de ces partages anonymes, les victimes confient qu’elles se sont senties responsabilisées en disant la vérité sur ce qui leur est arrivé.

A lire aussi  Familles toxiques: comment l'enfant bouc émissaire est choisi

Deuxièmement, adoptez les étiquettes péjoratives. Lorsque les victimes d’intimidation au travail sont appelées perturbateurs, lanceurs d’alerte ou employés à problèmes, il peut y avoir un grand pouvoir à revendiquer le titre avec honneur. Lorsque cette étiquette vous est lancée, pensez à vous :

  • “Mon esprit novateur me charge de perturber les circonstances qui contribuent à des problèmes institutionnels de longue date.”
  • “J’ai dénoncé les mauvais comportements parce que ma boussole morale exige que je dénonce les injustices faites à mes étudiants, patients ou clients.”
  • “Les agents de changement sont par nature problématiques car la transformation positive de la communauté ne se produit pas en opérant dans les limites du statu quo.”

Troisièmement, documentez tout. Tenez un journal des commentaires, du travail saboté et des interactions manipulatrices visant à faire dérailler votre carrière. Une telle documentation vous permet de parler en détail lorsque vous signalez l’abus. Par conséquent, au lieu de dire au patron ou aux ressources humaines de l’agresseur que vous êtes victime d’intimidation, vous dites : « Laissez-moi partager avec vous les 10 choses suivantes qui se sont produites au cours du dernier mois. Je suis intéressé d’entendre votre interprétation et votre réponse à ce que je partage » (Lutgen-Sandvik, 2006).

En terminant, puisqu’à la base, l’intimidation est un problème culturel de travail plus qu’un problème individuel, lorsque c’est possible, quittez l’environnement toxique. Vous méritez de travailler dans une communauté qui nourrit votre esprit et vous invite à faire le bon travail auquel vous avez été appelé.

Cependant, lorsqu’un tel départ n’est pas possible, donnez-vous le temps de pleurer l’abus, créez une distance temporelle et physique entre vous et l’intimidateur, permettez à vos amis proches de servir de tampon, prenez le temps de répéter les réponses aux rencontres toxiques et adoptez formes de résistance afin de récupérer votre pouvoir personnel.

Pour trouver un thérapeute, veuillez consulter le Répertoire des thérapies de Psychology Today.