Comment la pandémie a changé la dynamique familiale

Le paysage social a semblé très différent au cours de la dernière année et demie. En raison des quarantaines et des restrictions sociales rendues nécessaires par la pandémie de COVID-19, les interactions sociales en personne ont été considérablement réduites en 2020, car beaucoup se sont retrouvés à passer la majorité de leur temps à la maison avec leur famille, et loin de leurs amis et collègues. Des recherches antérieures ont déjà établi un lien entre la quarantaine et l’augmentation des problèmes de santé mentale qui ont été observés pendant la pandémie (par exemple, Chahal et al., 2020 ; Ghebreyesus et al., 2020).

L’adolescence est une période d’exploration sociale où les pairs commencent à jouer un rôle plus important que les parents à mesure que les adolescents se dirigent vers l’indépendance, de sorte que la perturbation de cette chronologie normative, et en particulier les interactions avec les amis, est préoccupante (Ellis et al., 2020 ; Orben , Tomova, Blakemore, 2020). Des études transversales sur les effets de COVID-19 ont montré que le maintien des amitiés est quelque chose qui dérange les enfants et les adolescents et que si les connexions sociales en ligne peuvent être bénéfiques, les interactions en personne sont plus efficaces (Ellis et al., 2020; Orben et al., 2020).

Photo de Thomas Park sur Unsplash

Source : Photo de Thomas Park sur Unsplash

Une étude récente dirigée par le Dr Reuma Gadassi-Polack dans notre laboratoire a élargi ce que l’on sait sur les effets de la quarantaine COVID-19 en examinant les interactions sociales et les symptômes dépressifs des adolescents avant et pendant la pandémie (Gadassi Polack et al., sous presse ). Les chercheurs ont collecté des données auprès d’enfants à l’aide de courts questionnaires remplis quotidiennement, un an avant COVID et à nouveau au début de la pandémie. Chaque jour, les participants ont signalé des interactions positives et négatives avec les membres de la famille et les pairs et leurs symptômes dépressifs.

L’étude a porté sur 112 participants (âgés de 8 à 15 ans) qui ont rempli des questionnaires quotidiens à la fois lors de la collecte initiale de données pré-COVID (Vague 1) et de la collecte de données pendant COVID (Vague 2). Les chercheurs ont pu saisir des informations sur les relations individuelles et sur la façon dont elles s’affectent les unes les autres via le « débordement », un concept qui sera discuté plus en détail ci-dessous.

COVID a eu des effets négatifs plus importants sur les jeunes adolescents

Dans un développement typique, nous nous attendrions à voir des augmentations uniformes des interactions avec les pairs ainsi que des diminutions des interactions avec les parents (par exemple, Lam et al., 2012; Larson et al., 1991; Larson et al., 1996). Au lieu de cela, les participants plus jeunes (mais pas plus âgés) ont eu beaucoup moins d’interactions positives avec leurs pairs pendant COVID par rapport à pré-COVID. Pour les participants de 13 ans et plus, des interactions significativement plus positives avec les frères et sœurs ont été observées pendant COVID par rapport à avant. Cela a entraîné un impact négatif plus important sur les adolescents plus jeunes, qui ont perdu les interactions positives avec leurs pairs sans obtenir d’interactions positives avec leurs frères et sœurs comme les adolescents plus âgés. En fait, les adolescents plus jeunes avaient plus d’interactions négatives avec leurs frères et sœurs que leurs amis ou leurs parents.

Photo par August de Richelieu de Pexels

Source : Photo d’August de Richelieu de Pexels

Pour les deux groupes d’âge, les interactions négatives avec les amis ont significativement diminué alors qu’il n’y a pas eu d’autres diminutions significatives dans les autres relations. Ce constat présente une autre facette du passage à l’école en ligne : pour certains, c’était l’occasion d’échapper à un environnement négatif.

Dans l’ensemble, l’absence de l’augmentation attendue des interactions avec les amis suggère que la pandémie de COVID-19 a fait dérailler la trajectoire typique du développement social. L’effet le plus important peut potentiellement être attribué à un développement social moindre, car les adolescents plus jeunes subissent les mêmes effets plus tôt dans leur développement, avec moins de compétences sociales en place. Une autre implication de ces résultats est que les interactions en personne ne peuvent pas être parfaitement remplacées par une interaction virtuelle.

Les membres de la famille étaient plus influents que les amis pendant les premiers stades de COVID-19

L’examen d’un processus nommé « débordement » a permis aux chercheurs de comprendre les liens au sein de la famille, les sous-systèmes familiaux et les relations avec les pairs. Le concept de débordement est fondé sur l’idée que notre monde social est composé de sous-systèmes, y compris ceux au sein de la famille : la mère et le père sont un sous-système, tout comme le parent et l’enfant, ou les frères et sœurs. Ces sous-systèmes sont bien sûr connectés (par exemple, la relation mère-père est liée à la relation mère-enfant), mais non sans certaines limites. Lorsque ces limites s’affaiblissent, les interactions dans un sous-système peuvent affecter les interactions dans d’autres sous-systèmes par débordement (par exemple, Chung et al., 2011 ; Flook & Fuligni, 2008 ; Kaufman et al., 2020 ; Krishnakumar & Buehler, 2000 ; Mastrotheodoros et al. ., 2020).

Par exemple, une dispute entre parents peut rendre chaque parent plus susceptible de se disputer avec son enfant. Ce qui a commencé comme une interaction négative dans la relation mère-père s’est ensuite propagée dans la relation parent-enfant. Cet exemple serait considéré comme un débordement négatif, où des événements négatifs dans un sous-système entraînent des interactions ou des sentiments négatifs dans un autre. Le débordement positif se produit lorsque la même chose se produit avec des occurrences positives. Par exemple, être félicité par sa mère peut amener un enfant à être plus gentil avec son frère. Ensuite, une interaction positive dans la relation mère-enfant s’est propagée dans la relation fraternelle.

COVID-19 a semblé créer un système familial plus fermé, avec moins d’effets d’entraînement de l’extérieur et plus de l’intérieur. En d’autres termes, les interactions avec les membres de la famille ont eu un impact moindre sur les interactions avec les amis pendant COVID. On s’attend à ce que les interactions séparées avec la famille et les amis s’affectent moins à mesure que les adolescents se développent généralement. Cependant, dans le contexte de la pandémie, cela a été particulièrement préjudiciable pour ceux qui avaient déjà des relations familiales plus négatives avant COVID, car il y avait moins de retombées positives au niveau du jour et une augmentation des retombées négatives au niveau individuel.

Augmentation des symptômes dépressifs liés aux interactions familiales

Des changements ont été observés non seulement dans les interactions, mais aussi dans les niveaux de symptômes dépressifs. Les symptômes dépressifs ont augmenté de manière significative de près de 40% pendant COVID-19, quel que soit l’âge. Cela signifie la gravité de l’impact de COVID-19 sur la santé mentale des adolescents, au-delà de toute augmentation de la dépression généralement observée au cours du développement (par exemple, Salk et al., 2016). L’apparition d’interactions moins positives et plus négatives avec les membres de la famille a prédit de manière significative les symptômes dépressifs pendant COVID-19.

Des interactions plus positives que négatives et un nouveau rôle pour les frères et sœurs

Les effets des changements sociaux provoqués par la pandémie de COVID-19 n’ont cependant pas été entièrement négatifs. Dans l’ensemble, la plupart des enfants ont signalé cinq fois plus d’interactions positives que d’interactions négatives. Il est important de noter que le fait d’avoir des interactions plus positives avec les membres de la famille était associé à une augmentation plus faible des symptômes dépressifs pendant COVID.

L’effet de la pandémie sur les relations fraternelles a également été plus positif. Peu de gens seraient surpris d’entendre que les frères et sœurs ont eu un nombre élevé d’interactions négatives – beaucoup plus élevé par rapport à toute autre relation. Cependant, une augmentation des interactions positives sans augmentation des interactions négatives avec les frères et sœurs a été observée chez les adolescents plus âgés, ce qui suggère que les frères et sœurs peuvent compenser au moins quelque peu la diminution des interactions en personne avec les pairs.

Combinés à des recherches antérieures sur les effets positifs des frères et sœurs sur la santé mentale et la solitude (McHale, Updegraff et Whiteman, 2012 ; Wikle, Ackert et Jenson, 2019), ces résultats suggèrent que la présence de frères et sœurs est bénéfique pendant une période d’isolement social .

En général, cette recherche met en lumière l’importance des interactions entre pairs pour le développement normatif et la nécessité de s’assurer que les enfants et les adolescents ont la possibilité de passer du temps, en particulier en personne, avec leurs pairs.

Points à emporter

  • Les effets sociaux de la quarantaine ont particulièrement touché les jeunes adolescents, faisant dérailler le développement typique.
  • Pendant COVID-19, la famille était plus influente que les amis pendant une période de développement où le contraire serait normalement vrai.
  • La négativité familiale a prédit l’augmentation des symptômes dépressifs pendant COVID-19. Dans les familles avec des interactions plus positives, il y avait moins d’augmentation.
  • Les frères et sœurs ont potentiellement fonctionné comme un tampon pour les effets sociaux de la quarantaine pour les adolescents plus âgés.

Anna Leah Davis, étudiante de premier cycle à Yale, a contribué à la rédaction de cet article de blog.