Comment le traitement ascendant peut traiter les traumatismes

Amanda Ann Gregory, LCPC

Source : Amanda Ann Gregory, LCPC

Imaginez votre cerveau comme un escalier. Chaque marche est une étape du développement physique du cerveau qui commence dans l’utérus et se termine, sur le plan physique, vers l’âge de 25 ans. Chaque marche d’escalier qui monte est une étape avancée de développement.

La thérapie par la parole ne fonctionne pas toujours dans le traitement des traumatismes. Pourquoi? Il s’agit d’une approche de traitement descendante qui cible généralement la plus haute marche de votre cerveau afin d’accéder à vos marches inférieures. La thérapie par la parole, c’est comme descendre l’escalier de votre cerveau. Et si vous montiez cet escalier à la place ?

1er escalier : Le tronc cérébral (le cerveau « reptilien ») est la partie la plus ancienne de votre cerveau. Il est responsable de la plupart de vos fonctions automatiques, telles que votre fréquence cardiaque, votre température corporelle et votre tension artérielle. De plus, votre tronc cérébral coordonne les mouvements, contrôle l’excitation et traite les informations sensorielles. Imaginez un tout-petit assis sur la 1ère marche : c’est votre tronc cérébral.

2e escalier : Le système limbique (le « cerveau émotionnel ») est connu pour son lien avec les expériences et la régulation émotionnelles. Il est également responsable de la motivation et du stockage des souvenirs explicites. Imaginez un adolescent émotif qui essaie désespérément de tout comprendre debout sur le 2e escalier : c’est votre système limbique.

3ème escalier : Le cortex est la partie la plus jeune de votre cerveau et souvent perçue comme la plus intelligente. Il est responsable de l’attention, de la perception, de la conscience, de la pensée, de la mémoire, du langage, du jugement et de la conscience. Imaginez un adulte de 40 ans qui est doué pour « adulte » debout sur la 3e marche : c’est votre cortex.

Un traumatisme a un impact sur vos marches inférieures

Avez-vous vécu des pensées, des comportements ou des émotions que vous ne pouvez pas changer par une pensée logique ou des plans d’action comportementaux ? Cela peut être dû au fait que les traumatismes, en particulier ceux qui se sont produits avant l’âge de 25 ans, ont un impact sur les marches inférieures de votre cerveau. Essayer d’utiliser votre cerveau rationnel (le 3e escalier) pourrait ne pas avoir d’impact sur le traumatisme, qui se situe dans les 1e ou 2e marches de l’escalier. Imaginez un adulte debout sur la 3ème marche qui essaie de convaincre le tout-petit de la 1ère marche de se calmer. Cela ne fonctionne pas toujours.

A lire aussi  Les principes du casino ont été copiés sur votre mobile

Voici quelques cas :

Andre pense qu’il n’est pas assez bon. Il a adopté cette croyance à l’adolescence à la suite d’années de violence psychologique et de négligence. A 36 ans, André s’investit à outrance dans ses relations et son travail pour tenter de prouver qu’il est assez bon. Ça n’a jamais marché car, quoi qu’il fasse, il ne peut pas se prouver qu’il est « assez bon ». André sait logiquement (au niveau de la 3ème étape) qu’il est assez bon, mais il ne peut pas ébranler la croyance ( au niveau de la 1ère ou 2ème marche) qu’il n’est pas assez bien, ce qui le rend anxieux et déprimé.Cette croyance est bloquée sur les 1ère/2ème marches et n’est pas accessible depuis la 3ème marche.

André ne peut pas atteindre ses 1er/2e escaliers où se trouve l’adolescent blessé, croyant qu’il n’est pas assez bien.

Maria accumule de la nourriture pour éviter la famine. Elle cache de la nourriture dans son bureau au travail, dans ses placards et dans son véhicule. Quand elle avait 5 ans, ses soignants ne lui ont pas fourni de repas cohérents et elle a préparé sa propre nourriture jusqu’à l’âge de 7 ans. Maria dispose d’un filet de sécurité financière substantiel et elle sait, au 3e étage, que elle va mourir de faim est quasi inexistante, mais elle continue à accumuler de la nourriture afin de calmer son anxiété, qui prend racine au niveau du 1er escalier.

Maria ne peut pas se convaincre qu’elle ne mourra pas de faim, car l’enfant affamé se tient sur son premier escalier.

Andre et Maria subissent un traumatisme qui affecte leurs marches inférieures. Ils ont chacun participé à une thérapie par la parole au cours de laquelle ils ont abordé leur troisième marche d’escalier et en ont retiré certains avantages, tels qu’une prise de conscience de leurs schémas de pensée et de comportement. La thérapie par la parole est une approche descendante du traitement des traumatismes qui cible les 3e et parfois 2e marches du cerveau afin d’accéder aux marches inférieures. De telles approches se concentrent sur le changement de vos pensées, perceptions et expériences cognitives (3e escalier) afin d’avoir un impact positif sur vos expériences émotionnelles et corporelles (1er et 2e marches). De telles approches descendantes—la thérapie cognitivo-comportementale (TCC), la thérapie comportementale émotive rationnelle (REBT) et la thérapie psychodynamique, par exemple—peuvent être bénéfiques dans le traitement des traumatismes, mais de nombreux clients bénéficient à la fois d’un traitement descendant et ascendant.

A lire aussi  Relations 101 : Comment avoir des relations solides avec le collège

Les approches ascendantes se concentrent sur vos marches inférieures

Les approches ascendantes cherchent à accéder et à guérir les traumatismes sur les marches inférieures, où ils vivent et prospèrent. En termes simples, monter les escaliers du cerveau au lieu de les descendre vous permet de traiter les impacts des traumatismes à leur source. Pour mieux comprendre les approches ascendantes, considérons le traitement de Maria et Andre.

Maria a participé à une thérapie par la parole de haut en bas pendant des années. Imaginez un adulte debout sur un 3e escalier essayant de convaincre un tout-petit assis sur le premier qu’il ne va pas mourir de faim. L’adulte plaide, argumente et débat avec un tout-petit qui est pratiquement inaccessible et même incapable de participer cognitivement au processus. C’est une thérapie descendante, et pour Maria, cela ne l’a pas aidée à arrêter d’accumuler de la nourriture. Maria a ensuite participé à des approches de traitement ascendantes. Le bambin, qui avait été ignoré pendant des années, était vu, compris, accepté et pourvu de ses besoins fondamentaux. Imaginez que le tout-petit est capable de se développer et de monter les escaliers jusqu’à l’adulte Maria, qui attend de lui apporter confort, nutrition et parentalité. Voilà à quoi ressemblait la thérapie pour Maria et pendant plusieurs mois, elle n’accumulait plus de nourriture.

André n’arrivait pas à se convaincre qu’il était assez bon, alors il arrêta d’essayer. Au lieu de cela, il a participé à des interventions ascendantes afin de remédier à son traumatisme. Il accéda à l’adolescent assis sur sa deuxième marche. Cet adolescent n’avait pas besoin qu’on lui dise qu’il était assez bon parce qu’il ne le croirait jamais ; il avait plutôt besoin d’être montré. André a pu rencontrer cet adolescent au 2e escalier et lui montrer qu’il est assez bon. Cet adolescent a décidé de monter un escalier pour rester avec l’adulte Andre, qui a assumé le rôle d’un grand frère et a fourni à l’adolescent protection, acceptation et réconfort. André a lentement commencé à croire qu’il était assez bon, sans travailler à mort ni tout sacrifier pour les autres.

A lire aussi  À quoi ressemble un parent en tant que personne très sensible

Méthodes de traitement ascendantes

Intéressé par la thérapie ascendante ? Voici quelques approches courantes :

Vous n’avez pas à choisir

Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles vous ne souhaitez peut-être pas participer à des approches de traitement ascendantes. Voici quelques-uns:

  • Vous participez à une thérapie par la parole et vous ne souhaitez pas vous arrêter.
  • Vous aimez votre thérapeute et vous ne voulez pas arrêter de le voir.
  • Vous avez besoin du soutien de votre thérapeute établi lorsque vous abordez votre traumatisme avec des approches ascendantes.

Vous pouvez participer aux deux approches ; vous n’avez pas à choisir. Il y a des thérapeutes qui proposent les deux approches, et vous pouvez voir deux thérapeutes. J’ai de nombreux clients qui consultent un thérapeute par la parole et qui me voient également pour des approches ascendantes pour traiter leur traumatisme. Ils m’ont dit qu’ils avaient l’impression d’avoir le meilleur des deux mondes.