Comment surmonter la peur de manquer (FoMO)?

Gracinistudios / Pixabay

Source: Gracinistudios / Pixabay

Craignez-vous de manquer les activités amusantes, les événements et les expériences agréables que vivent les autres? Êtes-vous anxieusement préoccupé par ce que font vos amis ou craignez-vous que les autres ne vous aient pas inclus dans leurs activités agréables ou s’amusent plus que vous?

Si tel est le cas, vous connaissez le phénomène de la peur de manquer (FoMO). Bien que la peur de rater quelque chose n’ait rien de nouveau, elle a changé au fil des ans: le FoMO n’était autrefois déclenché que par «des pages de la société de journaux, des photos de fête et des lettres de vacances annuelles». De nos jours, dans ce monde de médias sociaux, «au lieu de recevoir des mises à jour occasionnelles, nous recevons des rappels 24 heures sur 24».

Une question importante est de savoir s’il existe des différences individuelles dans FoMO, ou si FoMO est un phénomène purement générationnel (par exemple, les personnes âgées en sont moins affectées). Un article publié dans le numéro de décembre 2020 de Journal des relations sociales et personnelles, et écrit par Barry et Wong de l’Université de l’État de Washington, fournit quelques réponses à ces questions.

Méthodes et résultats

L’échantillon était composé de 419 individus (98 hommes) âgés de 14 à 47 ans. La majorité (73%) était blanche.

Les mesures comprenaient les éléments suivants (les exemples d’éléments sont entre parenthèses):

  • Échelle d’auto-compassion: mesure de la bonté de soi, de la pleine conscience, du jugement de soi, etc.
  • Indicateur d’état de sommeil: mesure de la qualité du sommeil et des problèmes de sommeil.
  • Engagement sur les réseaux sociaux: déterminé par la fréquence d’utilisation, le nombre de comptes, etc.
  • UCLA Loneliness Scale-3: (“À quelle fréquence vous sentez-vous exclu?”)
  • Échelle d’estime de soi de Rosenberg: («Parfois, je pense que je ne suis pas bon du tout.»)
  • Satisfaction avec Life Scale: («Je suis satisfait de ma vie.»)
A lire aussi  Ce que cela signifie d'être un fournisseur de soins de santé dans toutes les tailles (HAES)

L’enquête sur la peur de passer à côté (FoMOS) – la version standard, plus deux versions modifiées pour souligner la peur de passer à côté des relations avec les amis ou avec la famille était également incluse.

Les données ont montré que la peur de passer à côté était associée à la solitude, à une moindre estime de soi et à une moindre compassion envers soi-même. La peur de passer à côté n’était pas liée à l’âge.

Ainsi, par rapport aux gens moyens, ceux qui craignaient le plus de passer à côté étaient souvent plus seuls et isolés, avaient une vision plus négative d’eux-mêmes et montraient moins d’acceptation de soi et de gentillesse.

Comment surmonter la peur de passer à côté?

Alors, comment faire face à la peur de rater quelque chose? Une approche consiste à cultiver l’auto-compassion. Cultiver l’auto-compassion signifie apprendre à se relier à nous-mêmes avec une attitude de soin, de gentillesse et d’acceptation.

L’autocompassion peut nous aider à contrer notre préoccupation à l’égard de ce que font les autres, comme des comparaisons sociales ascendantes constantes avec ceux qui ont une forte présence sur les médias sociaux.

Une autre approche consiste à nous assurer que nous avons des interactions régulières avec les autres (au-delà des activités en ligne). Les rencontres en face à face permettent des interactions plus réelles, riches, complexes et conséquentes, et donc plus susceptibles de réduire les sentiments d’isolement et de solitude.

Enfin, il peut être judicieux de cesser d’utiliser les réseaux sociaux, autant que possible, pendant les activités quotidiennes. En effet, dans la présente étude, la peur de passer à côté était assez élevée chez les participants solitaires ou ayant une faible estime de soi qui utilisaient régulièrement les médias sociaux au milieu des activités quotidiennes (par exemple, en mangeant ou en se préparant à aller au lit). FoMO était également lié à des troubles du sommeil, et des analyses post hoc suggéraient que cela pouvait être dû à l’utilisation des médias sociaux avant d’aller au lit.

Emporter

Pour surmonter la peur de passer à côté, considérez les suggestions suivantes:

  1. Notez le type de médias sociaux que vous utilisez régulièrement (par exemple, Twitter, Instagram, Facebook, WhatsApp, Snapchat, Reddit, Pinterest, YouTube), ainsi que la durée et la fréquence d’utilisation. Peut-tu discerner une structure logique?
  2. Soyez conscient de vos objectifs. Demandez-vous: «Pourquoi suis-je actuellement sur les réseaux sociaux?»
  3. Soyez conscient de la façon dont les médias sociaux vous affectent émotionnellement. Vous sentez-vous mieux ou pire après avoir utilisé les réseaux sociaux?
  4. Limitez votre temps sur les réseaux sociaux, en particulier pendant les activités quotidiennes (par exemple, en mangeant, en vous préparant à dormir).
  5. Essayez de rencontrer régulièrement des gens en face à face et travaillez à bâtir des relations plus riches dans la vie réelle. Cela réduira probablement vos sentiments de solitude et d’isolement.
  6. Pratiquez régulièrement l’autocompassion. Pour en savoir plus sur l’auto-compassion, consultez cette interview avec Kristin Neff, ci-dessous.