Comment valider vos émotions

Bonjour, je suis Nik/Unsplash

Source : Bonjour, je suis Nik/Unsplash

Les émotions sont au cœur de la plupart, sinon de la totalité, des problèmes de santé mentale, et cela est particulièrement vrai dans le cas des troubles de l’alimentation et des troubles de l’alimentation. Les comportements alimentaires désordonnés servent souvent à gérer ou à éviter les émotions inconfortables, qu’il s’agisse de restriction ou de suralimentation. Ainsi, cultiver la conscience et apprendre à valider les émotions est important pour construire une relation plus saine avec la nourriture et les émotions. Bien qu’elles ne remplacent pas la thérapie et la résolution de ces problèmes avec un professionnel, les cinq étapes ci-dessous constituent un point de départ pour pratiquer la conscience émotionnelle et la validation.

1. Prenez conscience de vos émotions

Afin de valider et de réguler les émotions, il est nécessaire d’être conscient que vous les vivez en premier lieu. Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles les gens apprennent à se déconnecter de leurs émotions, en particulier s’ils ne se sentent pas équipés pour les gérer, donc ramener cette conscience en ligne est un point de départ important. Il y a trois questions que vous pouvez vous poser pour stimuler votre conscience des émotions : Qu’est-ce que je ressens physiquement ? Qu’est-ce que je pense ? Quelle étiquette émotionnelle mettrais-je sur cette expérience ?

Faire attention aux sensations physiques est un point de départ utile car les émotions se présentent généralement dans notre corps pour nous motiver à agir. Par exemple, lorsque nous sommes anxieux ou effrayés, notre cœur commence à battre plus vite pour pomper le sang dans tout notre corps, nous préparant à faire face à la menace que nous avons perçue. La prise de conscience de cette signature de stress physique peut servir d’indice que quelque chose se passe qui mérite votre attention.

A lire aussi  Revisiter la violence dans les jeux vidéo

2. Reconnaissez quelles émotions communiquent

Les pensées sont également utiles car elles fournissent un contexte sur ce que vos émotions vous communiquent au sujet de vos besoins et si oui ou non ils sont satisfaits. Si vous êtes en colère, il y a de fortes chances que vos pensées ressemblent à quelque chose comme “Wow, cette personne est un vrai con” ou “Cette situation semble si injuste”. Habituellement, sous la colère se cache une expérience de tristesse, de honte ou de peur dont nous essayons de nous protéger. Se sentir « en colère » contre quelqu’un parce qu’il ne respecte pas vos souhaits est souvent un moyen de se défendre contre la tristesse qui est présente si vous ne vous sentez pas entendu ou compris. Dans cet exemple, la tristesse communique probablement un sentiment de perte qui donne un aperçu de ce que vous ressentez à propos d’une relation particulière et aide à éclairer la façon dont vous procédez.

3. Permettez-vous d’être présent à l’expérience

Même s’ils ne se sentent pas toujours à l’aise à vivre, les émotions ne sont pas non plus intrinsèquement dangereuses. Il n’y a rien de mal à ce que vous les ressentiez, et rien de mal ne vous arrivera si vous le faites. Vous permettre de ressentir vos sentiments – de vous pencher plutôt que de vous éloigner – peut vous montrer que vous êtes capable de surfer sur les vagues d’émotion. Parce que les émotions sont des expériences temporaires, leur intensité diminuera avec le temps. Ne pas leur permettre de suivre leur cours peut en fait les faire se sentir plus intenses plus longtemps, comme essayer de lutter contre la marée.

A lire aussi  Chagrin d'amour des Fêtes | La psychologie aujourd'hui

4. Validez votre droit de ressentir ce que vous ressentez

Trois mots simples peuvent faire beaucoup pour reconnaître et valider ce que vous ressentez, et ils sont les suivants : “Cela a du sens.” Souvent, lorsque nous ressentons des émotions, notre première réaction est de trouver une faute dans cette expérience ou de trouver une raison pour laquelle nous ne devrions pas ressentir ce que nous ressentons. “Surmontez-vous” ou “vous réagissez de manière excessive” peuvent être des sentiments courants que vous vous dites, mais le fait est que nous ne ressentons jamais d’émotions sans raison. Ils sont une réaction à quelque chose qui se passe dans notre environnement, un système de détection des menaces pour ainsi dire, et ils ne surgissent pas de nulle part.

Si vous avez vécu des événements difficiles ou traumatisants dans votre vie, ce système de détection peut être particulièrement adapté pour détecter une menace, même dans des situations où cette menace peut ne plus être présente comme elle l’était autrefois. Cependant, du point de vue de la survie, il est plus sûr pour nous de penser que le bâton est un serpent, au cas où il s’agirait en fait d’un serpent et que nous devions agir. La prochaine fois que vous remarquerez une émotion, demandez d’où viennent ces sentiments, et une fois que vous en avez une idée, poursuivez avec un simple, “C’est logique que je me sente comme ça.”

5. Planifiez un plan d’action, si nécessaire

Après avoir prêté attention à vos émotions et à ce qu’elles communiquent, vous permettant de ressentir ce que vous ressentez tout en reconnaissant votre droit de le faire, il y a une dernière étape, qui consiste en fait à décider s’il y a autre chose que vous devez faire. Dans certains cas, après avoir été présent à vos sentiments et leur avoir permis de suivre leur cours, vous pouvez réaliser que c’était en soi tout ce dont vous aviez besoin à ce moment-là. D’autres fois, une fois que l’intensité de l’émotion a diminué, vous voudrez peut-être aborder ce qui a provoqué l’émotion en premier lieu. Cela peut prendre un certain nombre de formes différentes, mais peut impliquer l’élaboration d’un plan sur la façon dont vous souhaitez mieux gérer ladite situation si elle devait se reproduire à l’avenir. Ou vous pouvez choisir de résoudre des problèmes pour voir quelle solution peut être trouvée. La clé ici est de Attendez résoudre un problème pour sortir d’une émotion jusqu’à ce que vous l’ayez réellement vécue. Si vous vous lancez directement dans la détermination de ce que vous devez faire pour le faire disparaître, vous vous dites en fait que vous ne devriez pas ressentir ce que vous ressentez, ce qui est un moyen infaillible d’aggraver la situation.

A lire aussi  Nous ne devrions pas avoir à être si résilients