Confessions dans la salle de consultation

Mais je ne suis pas encore un saint. Je suis alcoolique. Je suis toxicomane. Je suis homosexuel. Je suis un génie.
– Truman Capote, Musique pour caméléons.

J’ai peur des aveux prématurés dans la salle de consultation: cela peut sembler étrange étant donné que la salle de consultation deviendra, espérons-le, un espace sûr où presque rien n’est retenu par peur de la censure, et les aveux les plus secrets sont partagés et ventilés, mais je le fais et Je vais expliquer pourquoi. Le rassemblement sur le lit de mort est un autre cadre unique où les secrets, dissimulés toute une vie, explosent soudainement en confession. Le plus souvent, les secrets de lit de mort concernent des récits sexuels illicites ou des vies illégitimes insoupçonnées que leur propriétaire a réprimées. Soudain, il y a une contrainte, presque comme les derniers rites, à avouer avec le dernier souffle.

La thérapie créative ouvre l’individu à de nouvelles possibilités d’intimité émotionnelle – des possibilités de trouver un auditeur sympathique et entraîné – donnant à l’individu le courage de déconstruire ses peurs secrètes et parfois culpabilisées, qui cultivent et engendrent des secrets par honte, culpabilité et peur développementales de rejet. Cela contraste avec ces aveux non sollicités sur le lit de mort, dont l’accouchement compulsif peut conduire leurs destinataires involontaires à une thérapie par incrédulité et par choc.

Lorsqu’on me demande d’essayer de fournir une définition de la thérapie et qu’il y en a beaucoup, je cite souvent Adam Phillips:

La thérapie offre une opportunité à quelqu’un qui a jusqu’ici organisé sa vie d’éviter la catastrophe imaginée de certaines conversations; et ils entrent dans l’analyse, aussi fluides soient-ils, parce qu’ils sont incapables de parler.

(Phillips 1990)

Sans surprise, le canapé de mon cabinet de consultation a entendu ou partagé autant de secrets que n’importe quel confessionnal catholique romain et pourtant je me méfie des confessions prématurées: des confessions qui se répandent comme du linge sale avant qu’il n’y ait eu le temps d’une authentique relation thérapeutique, basée sur sur la confiance mutuelle, à négocier. Je me méfie des individus qui arrivent pour leur évaluation initiale et en quelques minutes je me retrouve le destinataire de leur vie secrète et handicapée. La vitesse de la confession est inconfortable et même inappropriée: je regarde leur personnalité sociale s’effondrer tandis que je deviens l’otage prématuré de toutes les verrues et des toxines de leur culpabilité infectée.

J’avais l’habitude de me sentir flatté que certaines personnes semblaient me trouver si sympathique et accessible qu’elles voulaient se confier à moi sans m’avoir «  sondé  » ou découvert ma crédibilité auprès de la sage-femme de leur «  moi  » caché, ou de leur ombre personnelle dans la lumière sans jugement. . C’est sans aucun doute un avantage pour un thérapeute d’avoir une présentation de soi qui projette de la gentillesse et une qualité d’écoute sans jugement, mais il est impossible pour l’individu d’en savoir plus lors d’une première évaluation au-delà d’un sens intuitif que ce vaisseau thérapeutique est un endroit sûr où retourner. Ces confesseurs instantanés – qui m’utilisent comme si j’étais simplement le tissu fragile qui dissimule le prêtre aux aveux – sont ceux qui réservent rarement une deuxième consultation.

J’ai appris que les aveux prématurés, même dans le cabinet de consultation, où ils peuvent conduire à une exaltation temporaire ou à un soulagement excessif et immédiat, ne doivent pas être encouragés. Du moins pas la variété qui équivaut à la diarrhée psychique. Ces effusions compulsives sont mieux découragées avec tact, ce qui est une intervention délicate car on ne veut pas risquer de provoquer une couche supplémentaire de rejet.

Parfois, quand je vois que la personne que j’évalue veut m’utiliser comme confesseur, je dis quelque chose comme: «Aujourd’hui, nous apprenons à nous connaître, et il vous faudra quelques séances avant que vous sachiez vraiment si la pointure vous convient et que vous souhaitez m’employer comme partenaire thérapeutique. Si quelqu’un répond, ‘Eh bien, la seule façon que je puisse savoir c’est en te testant’, Je saurai qu’ils agissent de manière réfléchie et qu’ils ne se sont pas désinhibés de manière inappropriée avec le soulagement de trouver quelqu’un qu’ils emploient pour devenir leur décharge temporaire.

La confession prématurée en thérapie peut faciliter un soulagement instantané, mais fallacieux, quand il est délivré avant qu’une fondation de confiance et d’intimité authentique ne soit accomplie, ce qui n’est pas une tâche rapide ou sans effort. J’encourage les gens à aller lentement lors de leurs premières séances car une confession n’est qu’un début. Dans un contexte séculier, il nécessite une déconstruction et un traitement minutieux avant de pouvoir déclencher un changement significatif. Je ne suis pas dans l’affaire de l’absolution.

Lorsqu’il existe une disjonction sérieuse entre la personnalité publique idéalisée d’un individu et le désordre de sa vie privée, il est probable qu’il ne reviendra pas à la thérapie après une confession incontinente lors de la première évaluation. À deux reprises, je me suis retrouvé avec une corbeille à linge pleine des sous-vêtements les plus sales et je n’ai jamais revu les propriétaires publiquement identifiables.

Dans un cas, j’ai écouté quelqu’un avec une identité publique responsable, décrire de multiples distorsions infantiles dans sa psyché et des pannes systémiques dans sa famille. Heureusement, c’étaient des activités en solo et ne remettaient pas en question mes responsabilités éthiques de sauvegarde, mais comme nous l’avons dit ‘Au revoir’, Je savais qu’il ne reviendrait pas pour faire face à son ombre. Par la suite, il a appelé le référent pour lui dire qu’il quittait Londres de manière inattendue et leur a demandé de me le faire savoir et de me complimenter sur mes compétences professionnelles, ce qui n’était pas sans ironie. J’ai constaté que plus la dissonance entre le masque privé et public est grande, plus il sera difficile pour la personne de tolérer sa confession.

Le cabinet de consultation n’a pas la communication privilégiée du péché et l’anonymat de la boîte confessionnelle du prêtre. Pour certaines personnes, l’anonymat est attrayant, d’autres nécessitent les reflets réfléchis et compatissants d’un visage humain. En particulier les yeux et leur reconnaissance de la douleur.

J’ai appris, par l’expérience, la compétence technique pour empêcher quelqu’un de vomir prématurément une culpabilité remplie de honte. Une relation authentique doit d’abord être créée, dans laquelle contenir, comprendre, consoler et réparer les actes de confession volcaniques ou compulsifs.

John Haynes

Michael Pennington dans Mesure pour Mesure 1974

Source: John Haynes