COP 26 : Ambition accrue ou baume aux accros aux combustibles fossiles ?

La convention de l’ONU sur les changements climatiques, connue sous le nom de Conférence des Parties, ou COP, a tenu sa 26e réunion à Glasgow le mois dernier. L’événement a rappelé au monde que nous avons déjà les connaissances nécessaires pour créer le bon mélange de technologie, d’argent et d’idéologie nécessaire pour adopter les réformes politiques nécessaires pour mettre fin à la dépendance économique aux combustibles fossiles et arrêter les émissions de gaz à effet de serre.

La réunion a également été une leçon sur la façon dont les accords collectifs entre les nations dépendent de la capacité des pays individuels à harmoniser leurs politiques avec les objectifs mondiaux et à prioriser la distribution des fonds et du savoir-faire afin d’atteindre ces objectifs – dans ce cas, la fin de changement climatique d’origine humaine.

Raisons d’être prudemment optimiste

Nous pouvons être prudents avec la COP 26, car elle s’est terminée par une série de « contributions déterminées au niveau national », y compris, entre autres objectifs, des réductions des émissions de gaz à effet de serre, un délai d’un an pour les nouveaux engagements de décarbonation et « quatre engagements sectoriels sur le méthane, le charbon, les voitures et les forêts.

Cela peut nous fournir un moyen de combler le fossé complexe entre la structure et l’agence, entre des normes et des formes d’autorité puissantes, et le sentiment des gens ordinaires (y compris les climatologues) que le changement est possible. La recherche indique que les gens ont besoin de croire qu’il y a de l’espoir et que l’adaptation peut les protéger de la dévastation environnementale, à la fois de leur propre part et plus généralement. Les décideurs politiques doivent nous donner à tous de l’espoir ainsi que des guides d’action clairs.

Réactions négatives à la COP 26

Il est compréhensible qu’il y ait des réactions négatives à la COP 26, notamment parce que les engagements sont purement hypothétiques. La réunion de la COP 26 a commencé dans un nuage de doute associé aux échecs passés à tenir des promesses antérieures – par exemple, l’arrêt de la déforestation, en particulier chez les délinquants comme l’Indonésie ; ou surmonter la résistance du Nord global au financement de la décarbonisation de la production d’énergie du Sud global et la perte et les dommages causés à ses écosystèmes.

A lire aussi  Hologrammes, glands et épanouissement personnel

Ce défi a présenté aux délégués une colline escarpée à gravir. La COP 26 a été présentée comme une chance décisive de réduire les émissions et de contenir le réchauffement atmosphérique dans les limites fixées par l’Accord de Paris de 2015. Il n’est donc pas surprenant que tout progrès réalisé soit ignoré, les critiques affirmant que pas assez n’a été accompli , même si la limite de réchauffement de 1,5°C a été maintenue intacte. Cela n’a pas aidé que l’envoyé américain, John Kerry, se soit enthousiasmé par le nombre de pays affichant “une augmentation très agressive de l’ambition”, comme si le discours était tout ce qui comptait.

Néanmoins, comme l’a noté un éminent climatologue, « pas assez » n’est jamais un moyen utile de cadrer ces réunions en particulier, car cela donne aux négationnistes du climat un coup de pouce à leur cause d’in-activisme climatique. La « croyance qu’aucun progrès n’est fait du tout nous conduit au désengagement », qui ne sert personne mieux que les intérêts des combustibles fossiles dont les profits à long terme sont aidés par l’indifférence.

Il y a d’autres raisons pour lesquelles les observateurs pourraient avoir été moins qu’enthousiastes au sujet de l’ensemble final d’accords de la conférence. Considérez l’effet de la plus grande délégation à la COP 26 : les lobbyistes pour les intérêts des combustibles fossiles. Un militant a noté que la présence de représentants du « royaume de l’or noir », comme Fortune les a appelés, a fait de la réunion quelque chose « d’aussi absurde que les Alcooliques anonymes ayant une conférence mondiale, [where] la plus grande délégation est l’industrie de l’alcool.

A lire aussi  Retour au bureau

L’idée que les intérêts des combustibles fossiles pourraient pousser à l’utilisation (et à l’abus) de substances combustibles fossiles est intéressante. Il permet de contextualiser un problème récurrent avec les engagements politiques de la COP. On dit souvent que les toxicomanes manquent de volonté de changement, mais ce qui aggrave les choses, c’est d’avoir des fournisseurs de substances addictives à la table où briser la dépendance est une aspiration clé.

Lectures essentielles de motivation

Alors, qu’obtenons-nous lorsque les industries à l’origine du réchauffement climatique s’assoient à la table pour faire, comme on dit, « une partie de la solution ? » Quelques-unes des lacunes offertes au royaume de l’or noir incluent la poursuite de subventions aux industries polluantes, aucune interdiction des projets d’extraction de combustibles fossiles en cours et prévus, laisser l’industrie s’en tirer avec des marques commerciales de greenwashing sans réduction appréciable de la production de combustibles fossiles, implication ridicule des lobbyistes de l’industrie dans les négociations sur le climat, qui ne servent qu’à prolonger la vie d’une industrie dédiée au réchauffement de l’atmosphère et à la destruction des écosystèmes qui l’accompagne.

Ces concessions font partie d’un schéma plus large de comportements anti-environnementaux qui contrecarrent les efforts nationaux pour s’aligner sur les objectifs de l’action climatique. Ici, la liste est longue, mais commençons par les plastiques, les achats de voitures neuves, le développement immobilier non durable, les systèmes énergétiques non durables, le racisme environnemental, la mise en danger des espèces, la dépendance au charbon et la guerre. Et n’oublions pas l’économie politique plus large qui sanctionne l’accumulation irrationnelle de richesses qui retire de l’argent des trésors publics et des économies nécessaires de toute urgence pour la décarbonisation, la réparation et l’atténuation dans le monde.

On nous dit que nous avons tout ce dont nous avons besoin pour sauver la planète, y compris des énergies renouvelables avancées et d’autres technologies qui peuvent être étendues pour aider les projets de restauration et d’atténuation. Il ne nous manque qu’une chose, c’est la volonté politique d’adopter et de faire respecter les engagements.

A lire aussi  Atténuer la pensée absolutiste

La volonté politique est un concept flou. Il s’agit d’un lieu de rétention ou d’une « boîte noire » pour l’espoir que les gouvernements interviendront lorsque toutes les preuves indiquent la nécessité d’une action urgente. Mais il est devenu évident que les nations riches préfèrent le gradualisme, une sorte d’agence politique (ou de volonté politique, si vous préférez) moins urgente.

L’hégémonie du gradualisme était pleinement affichée lorsque l’Inde a décidé de remplacer l’expression « élimination progressive » du charbon par une « élimination progressive » dans l’accord final de la COP 26. Il s’agissait d’une réaction au refus de Global North dirigé par les États-Unis de augmenter le financement pour les nations pauvres qui, en effet, leur aurait permis de sauter l’industrialisation basée sur le charbon dans un système énergétique basé sur les énergies renouvelables.

Le gradualisme du Nord global est indéfendable du point de vue d’une seule Terre, qui reconnaît et respecte les personnes qui subissent quotidiennement les menaces mortelles du changement climatique. Aucune dose de paternalisme et de réalisme politique n’éliminera les perturbations climatiques dans les pays en développement, qui ont un besoin urgent de financement pour décarboniser, réparer les dommages et atténuer les destructions supplémentaires.

La nécessité clé pour des événements tels que la COP 26 est qu’ils incarnent et engendrent des aspects essentiels requis pour l’acceptation du besoin de changement et la possibilité de le permettre. Sur le plan psychologique, la recette mêle confiance, engagement et responsabilité.

Avons-nous ceux des principaux acteurs—la Chine, les États-Unis, l’Union européenne et le Japon ? Ce dilemme fondamental demeure.