Covid-19 et la promotion 2020

Par: Danna Ramirez et Christopher Shepard

GoodIdeas / Shutterstock

Source: GoodIdeas / Shutterstock

La promotion de 2020 entre dans le «jeune adulte» alors qu’elle traite la conclusion non traditionnelle de sa carrière universitaire. De nombreux lycéens ont dû terminer leurs études virtuellement et à distance. Les personnes âgées d’université qui avaient anticipé leur cérémonie de remise des diplômes depuis des années ont estimé qu’elles avaient perdu un jalon de leur vie alors que les diplômes virtuels balayaient le pays. Beaucoup de ces personnes âgées ont vécu de la tristesse, de la frustration et de l’isolement. De plus, la classe de 2020 se sentait sous-préparée pour la prochaine étape de leur vie.

La pandémie a entravé la productivité de ces récents diplômés et mis en péril une transition en douceur vers le jeune âge adulte, ce qui a eu un impact sur leur santé mentale, leur situation d’emploi, la stabilité économique et les ressources globales pour y faire face.

Qu’est-ce que le «jeune adulte»?

L’âge adulte émergent (appelé dans ce blog «jeune âge adulte») est une période de développement distincte de l’adolescence, englobant les âges de développement de 18 à 20 ans. Une caractéristique importante de cette étape de développement est sa variabilité démographique (p. Ex. Mariage, éducation, statut de résidence), reflet de la qualité exploratoire de ce groupe d’âge. Par exemple, la diversité au sein de ce groupe se traduit par la fréquentation scolaire et la poursuite de carrière. De nombreux jeunes adultes décident de suivre des parcours académiques et professionnels différents, avec des options qui incluent quatre ans à l’université, un collège communautaire, une école de métiers ou l’entrée directe sur le marché du travail.

Récemment, il a été démontré que les jeunes adultes reportaient les jalons qui signifiaient autrefois l’âge adulte, comme le mariage, la stabilité financière et la propriété du logement, jusqu’à ce qu’ils aient atteint leurs objectifs académiques et / ou qu’ils poursuivent leurs objectifs de carrière. Ces jeunes adultes cherchent à définir leur rôle dans la société, à développer des relations et à devenir émotionnellement et pragmatiquement indépendants de leurs parents (ou réseaux de soutien). La liberté et l’opportunité qui caractérisent cette étape de la vie peuvent infliger une grande anxiété en raison des attentes personnelles qu’elle peut contenir. Les jeunes adultes courent donc un risque de détresse psychologique en raison de ces pressions perçues.

A lire aussi  La recherche sur le cerveau gauche et le cerveau droit n'est plus ce qu'elle était

La santé mentale et la santé financière des jeunes adultes ont été affectées par le COVID-19

Avant la pandémie, un étudiant sur cinq souffrait d’un ou de plusieurs troubles mentaux pouvant être diagnostiqués dans le monde. La fermeture préventive des campus et l’ouverture de l’enseignement virtuel ont eu un impact négatif sur les aînés des collèges, provoquant ou exacerbant potentiellement les problèmes de santé mentale existants. Des symptômes accrus d’anxiété, de dépression et de stress ont été observés chez les étudiants en raison de cette brusque perte de normalité et de connectivité quotidienne. Les verrouillages qui ont suivi ont conduit à l’isolement, à la solitude, au chagrin et à l’incertitude. Ces émotions négatives étaient pires chez les personnes dont la principale source de services de santé mentale était le counseling scolaire, car bon nombre de ces services n’étaient plus disponibles pour les étudiants.

Les aînés des collèges ont également été confrontés à la dure réalité selon laquelle la main-d’œuvre serait particulièrement difficile à naviguer après l’obtention de son diplôme. Ils s’attendaient à un bon travail et à un salaire convenable qui pourraient ne pas être réalisés. La pandémie de coronavirus a conduit à une augmentation du taux de chômage des récents diplômés universitaires – un taux de chômage de 13,3% comparé à une moyenne de 4% les années précédentes. De nombreux jeunes adultes qui tentent de naviguer dans cette situation ont été contraints de choisir un emploi simplement pour avoir un revenu plutôt que de se concentrer sur la recherche d’emplois correspondant à leur diplôme et à leur expertise. Le taux de sous-emploi des récents diplômés collégiaux est de 41%, ce qui signifie qu’ils occupent des emplois qui ne nécessitent pas leur diplôme universitaire durement gagné.

A lire aussi  Trois choses que les gens disent qui agacent les psychologues

Les personnes aux prises avec le chômage ou le sous-emploi peuvent s’attribuer leurs lacunes, ce qui peut conduire à un jugement de soi et à une diminution de la perception de soi. Alors que le jeune âge adulte peut être défini par l’exploration de soi, la réflexion et la découverte, il peut aussi s’accompagner d’une peur de l’échec et de l’incertitude, surtout maintenant.

Comment les jeunes adultes peuvent-ils trouver la résilience dès maintenant?

L’impact négatif de la pandémie continue d’influencer la vie quotidienne des jeunes diplômés et il n’y a pas de fin annoncée en vue. Il est essentiel que les jeunes adultes se connectent pour aider les professionnels, les ressources communautaires et / ou les ressources internes pour améliorer l’adaptation et le bien-être compte tenu de leurs nouvelles difficultés. Voici quelques stratégies qui pourraient s’avérer utiles:

  • Connectez-vous aux services de santé mentale. Qu’il s’agisse de thérapie par la parole, de gestion des médicaments ou de groupes de soutien, les services de santé mentale sont utiles pour faire face au stress, à l’anxiété et à la dépression.
  • Écoutez des podcasts. Recherchez un sujet qui pourrait valider ou expliquer ce que vous vivez (par exemple, chômage, conflit familial, trouver le bonheur, gestion de la honte)
  • Plongez dans la technologie dont tout le monde parle. Bien que Zoom, TikTok, Reels ou Teams puissent sembler épuisants, ils peuvent en fin de compte connecter les gens et aider sur le tas.
  • Passez du temps à faire des activités personnelles. Essayez le yoga, la méditation ou la journalisation.
  • Prenez le temps de faire ce que vous aimez. Faites une pause pour courir, danser, cuisiner ou Netflix.
  • Lis. Quelque chose de nouveau ou de vieux.
  • Discutez des expériences partagées avec vos pairs, camarades de classe et nouveaux collègues. L’humanité commune est cruciale en ce moment.
  • Créez une routine. Savoir à quoi s’attendre dans un monde d’incertitude peut atténuer la détresse.
A lire aussi  Des indices secrets de langage corporel qui rendent les gens plus sympathiques

Enfin, pour obtenir de l’aide avec l’un des principaux signifiants de l’âge adulte – une vocation – les jeunes adultes devraient être actifs dans le réseautage et les groupes professionnels qui correspondent à leur projet de carrière souhaité. Beaucoup de ces groupes sont toujours en communication et très actifs. Certains jeunes adultes choisissent de poursuivre leurs études avec des programmes de certificat en ligne ou une formation continue pour les différencier dans un domaine d’emploi encombré. Certains trouvent utile de travailler avec un conseiller en carrière pour mettre à jour ou réorganiser un CV ou fournir des conseils et des astuces pour les candidatures.

à propos des auteurs

Danna Ramirez est l’ingénieur en informatique de recherche clinique à la clinique Menninger. Elle est diplômée de l’Université Baylor avec un baccalauréat ès sciences en neurosciences et sciences judiciaires. Ses intérêts de recherche incluent la neurobiologie des troubles psychiatriques, en particulier les troubles de la personnalité et les troubles de l’humeur.

Christopher Shepard est coordonnateur principal de la recherche à la clinique Menninger. Ses intérêts de recherche comprennent les troubles du sommeil, les comportements suicidaires et l’émergence de l’âge adulte.