Derrière l’indécision chronique : le perfectionnisme | La psychologie aujourd’hui

Nous définissons le perfectionnisme comme le besoin ou le désir intense d’être – ou de paraître – sans défaut. Cela implique de se fixer des normes extrêmement élevées pour soi-même, puis de s’efforcer d’atteindre ces normes. Le perfectionnisme est basé sur une pensée inflexible du tout ou rien.

Le perfectionnisme n’a pas de place pour les continuums. Dans sa forme la plus extrême, vous ne tirez aucun plaisir ou satisfaction de vos réalisations à moins que vos jugements internes et externes ne vous considèrent comme parfait.

La plupart des perfectionnistes sont trop sophistiqués pour croire que vous pourriez être totalement irréprochable. Après tout, l’erreur est humaine, et le perfectionnisme absolu ne laisse aucune place à ce trait humain. Ainsi, vous pourriez vous dire que vous voulez juste être « aussi bon que possible ». Mais cela ne vous isole pas du désir d’être aussi parfait que possible et de la même façon de penser du tout ou rien (« votre meilleur » ou « pas votre meilleur »).

Vous pouvez apprécier cette façon de penser car elle porte l’illusion que c’est la principale raison pour laquelle vous réussissez. Vous pensez peut-être qu’abandonner les tendances perfectionnistes vous rendra démotivé, négligent ou médiocre.

Cependant, le perfectionnisme vous piège dans un système d’évaluation qui se concentre sur les défauts et les erreurs. Les perfectionnistes ne s’évaluent pas en fonction de leurs performances. Ils se concentrent sur combien ils tombent en dessous de la norme souhaitée.

Imaginez que vous passez un test où vous n’obtenez aucun crédit pour les bonnes réponses, mais vous êtes pénalisé pour chaque mauvaise réponse. Vous vous inquiétez de chaque réponse, craignant qu’une seule erreur ne détruise vos chances de réussir. C’est le monde que les perfectionnistes habitent. Pas étonnant que les décisions deviennent atrocement difficiles ! Ne laisser aucune place aux erreurs est une formule terrible pour apprendre, devenir plus confiant dans vos décisions et ajouter à votre répertoire de compétences.

Nous commençons chaque nouvelle expérience en tant que débutant. Presque toujours, les débutants se sentent mal à l’aise, anxieux et mal à l’aise et continuent faire des choix avec ou malgré ces émotions. Et, si vous attendez pour continuer jusqu’à ce que votre maladresse ou votre anxiété se dissipe, vous pourriez bien attendre une éternité ! Là encore, votre pensée du tout ou rien vous paralyse dans la non-action et le non-choix. Le perfectionnisme conduit naturellement à la paralysie.

La plupart des perfectionnistes apprécient l’effort d’être parfait parce qu’ils y attribuent faussement leurs succès. Lorsque des personnes travailleuses et bien intentionnées abandonnent le perfectionnisme, ce qui se passe n’est pas la médiocrité mais l’excellence. Et une expérience beaucoup plus joyeuse de tout effort. Le méchant maître du perfectionnisme rend intolérables les incertitudes nécessaires, prend le plaisir d’apprendre et vous paralyse face aux choix et aux décisions.

Le perfectionnisme est l’ennemi de la créativité. Lorsque vous devenez trop soucieux de faire les choses correctement, vous devenez averse au risque et incapable de faire des actes de foi créatifs. Vous êtes limité à choix sûrs.

Le perfectionnisme est aussi le terreau d’attentes irréalistes. Si vous vous attendez à être proche de la perfection, vous serez toujours vous-même décevant. Faire le bon choix est chargé de la tâche de protéger votre estime de soi et votre estime de soi. Ainsi, vous perdez invariablement confiance en vous et vous vous mettez encore plus de pression pour être parfait la prochaine fois. Le perfectionnisme ne laisse aucune place à l’auto-compassion ou à la valorisation de qui vous êtes plutôt que de ce que vous accomplissez.

Certains perfectionnistes pensent qu’ils perdraient le respect sans cela ou que des erreurs auraient des conséquences désastreuses pour vous percevoir. Mais de nombreuses études découvrent que les personnes perfectionnistes ont tendance à être jugées par les autres comme plus critiques, plus hostiles et moins sympathiques que celles considérées comme non perfectionnistes. C’est exactement le contraire de la (fausse) croyance selon laquelle les erreurs diminuent votre respect et votre sympathie. Ainsi, viser la perfection est à la fois impossible et malavisé. D’autres apprécient la gentillesse, l’humilité et l’humour face aux erreurs.

Puisque le perfectionnisme est intrinsèquement lié à la pensée tout ou rien, c’est un partenaire commun à la pensée catastrophique. Les enfants perfectionnistes (et leurs parents) peuvent considérer un test raté comme le début d’une cascade de choix forcés qui entraîneront un échec scolaire, l’incapacité d’entrer dans la «bonne» université et l’abandon de leurs objectifs de carrière.

Chaque décision devient incroyablement importante, car un mauvais choix peut entraîner l’effondrement d’une série de résultats « justes » requis pour obtenir ce résultat parfait. Un patient croyait qu’il ne supporterait pas de décevoir un ami, ce qui l’a conduit à éviter d’avoir des amis, car le fardeau qu’il s’imposait d’être un ami parfait était trop grand.

Dans les cas extrêmes, de petites décisions qui devraient être simples deviennent angoissantes et ressemblent à des risques dangereux. Une patiente, qui se demandait s’il fallait dresser son chien avec une clôture invisible, imaginait qu’un mauvais choix pourrait entraîner l’écrasement du chien, sa fille la blâmant pour la mort et la nécessité de se suicider pour expier son erreur.

Mais imaginez si vous n’étiez pas si exigeant envers vous-même. Et si vous vous sentiez suffisamment libre pour considérer chaque choix que vous faites comme une expérience d’apprentissage ? Et si vous pouviez croire que chaque erreur que vous faites vous permet d’apprendre à faire mieux la prochaine fois ? Et si se sentir gêné par quelque chose était une expérience temporaire qui conduisait à un changement positif ? Et si vous pouviez vous concentrer sur les aspects positifs de l’imperfection, par opposition aux aspects catastrophiques ?