Dix mécanismes du fonctionnement de la pleine conscience

Parallèlement à la croissance de la popularité de la pleine conscience parmi le grand public, les scientifiques tentent de plus en plus de comprendre le fonctionnement de la pleine conscience. Cependant, il peut être difficile de parvenir à une conclusion définitive concernant les mécanismes d’action qui sous-tendent la pleine conscience, car non seulement il existe différentes formes de pratique de la pleine conscience, mais les mécanismes qui s’appliquent à un groupe de personnes peuvent ne pas s’appliquer aux autres. Par exemple, il semble que certains des processus qui sous-tendent les changements biologiques, psychologiques et spirituels provoqués par la pleine conscience chez les méditants expérimentés ne sont pas les mêmes que pour les individus novices dans la pratique.

Néanmoins, un certain nombre de propositions fondées sur des données probantes sur le fonctionnement de la pleine conscience ont été avancées et elles continuent d’être mises à jour à mesure que de nouvelles perspectives de recherche émergent. Sur la base d’un éventail de théories fondées sur des preuves établies et émergentes, ce qui suit décrit dix mécanismes d’action qui sont censés jouer un rôle dans l’amélioration de la santé, du bien-être et du fonctionnement humain attribués à la pleine conscience:

1. Changement de perception: On pense que la pratique de la pleine conscience crée un «changement de perception» dans la façon dont les individus réagissent et se rapportent aux pensées, aux sentiments et aux stimuli sensoriels (p. Ex., Sons, images, odeurs, douleur, etc.). Cette plus grande distance perceptuelle est censée aider les gens à formuler une vision moins statique d’eux-mêmes et du monde qui les entoure, leur permettant de se rapporter à toute expérience corporelle psychologique ou douloureuse pénible simplement comme un phénomène observable.

A lire aussi  Le mythe du masque narcissique

2. Conscience corporelle et situationnelle: La pleine conscience peut aider les gens à se sentir plus en contact avec leur corps ainsi qu’avec l’environnement physique qui les entoure. Être plus conscient du corps peut aider à favoriser une meilleure posture corporelle, un meilleur équilibre, une meilleure maîtrise du mouvement et des soins personnels orientés vers le corps. De même, une meilleure connaissance de la situation peut également entraîner une gamme d’avantages, tels que des améliorations de la compétence décisionnelle, de l’évaluation des risques et de l’exécution des tâches.

3. Non-attachement: La pleine conscience est censée augmenter la capacité d’une personne à ne pas s’attacher aux idées, concepts, objets, possessions, circonstances, situations et expériences. L’attachement à de telles choses est censé nuire à la flexibilité psychologique, y compris limiter la capacité d’une personne à faire face à l’incertitude ou à de nouvelles situations. Inversement, utiliser la pleine conscience pour devenir moins attaché ou fixé à cet égard peut améliorer la satisfaction dans la vie ainsi que l’efficacité de la vie en général.

4. Modifications du fonctionnement cérébral: Les études d’imagerie cérébrale indiquent que la pratique de la pleine conscience entraîne des changements neurologiques dans diverses zones du cerveau, telles que le cortex cingulaire antérieur, l’insula et les structures de réseau en mode par défaut. Ces changements dans le fonctionnement du cerveau ont un impact sur un certain nombre de fonctions physiologiques et psychologiques, allant de la façon dont nous traitons les nouvelles informations au maintien de l’équilibre de nos émotions.

5. Acceptation: L’acceptation est une partie importante de la pleine conscience et est censée améliorer la capacité d’un individu à se contenter des circonstances dans lesquelles il se trouve. Cependant, il est important de noter que bien que l’acceptation de sa situation fasse partie intégrante d’une pratique efficace de la pleine conscience, cela ne signifie certainement pas qu’une personne ne devrait pas prendre de mesures pour améliorer consciemment sa situation au besoin.

A lire aussi  Quand l'amour est un mensonge

6. Augmentation de la spiritualité: On affirme que la pleine conscience augmente les niveaux de conscience spirituelle d’un individu qui, à son tour, peut amortir les sentiments de solitude et favoriser la résilience. Cette croissance de la spiritualité peut également aider à élargir la perspective d’un individu sur la vie et conduire à une réévaluation des priorités de la vie.

7. Régulation des émotions: La pleine conscience peut améliorer la régulation des émotions, y compris la capacité d’un individu à identifier avec précision et à étiqueter les émotions négatives ou les schémas de pensée qu’ils pourraient ressentir. Cette capacité accrue de surveiller ses émotions et ses pensées permet non seulement aux individus d’assister plus facilement aux processus émotionnels ou cognitifs inutiles, mais peut également améliorer leurs compétences interpersonnelles et relationnelles.

8. Réduction de l’excitation biologique et psychologique: La respiration consciente ou la conscience de la respiration est une partie importante de la pratique de la pleine conscience et il a été démontré qu’elle augmente la production dans un nerf crânien primaire connu sous le nom de nerf vague (qui s’étend du tronc cérébral à l’abdomen). Cela entraîne une réduction du rythme cardiaque et respiratoire, ce qui contribue à favoriser le calme et la relaxation ainsi qu’à améliorer la capacité d’une personne à faire face à des situations stressantes.

9. Règlement Attention: La pleine conscience peut aider à perfectionner les capacités d’attention afin que l’attention reste concentrée sur un aspect particulier de l’expérience actuelle. Pendant la pratique de la pleine conscience, l’idée n’est pas de concentrer toute son attention sur un objet ou un événement particulier, mais de reposer environ 40 à 50% de l’attention sur un point focal donné (tel que la respiration, la posture du corps, les sons de la nature, mouvements du corps) tout en restant conscient et ouvert à ce qui pourrait se passer d’autre. Une plus grande régulation de l’attention dans ce contexte peut favoriser des avantages allant d’une meilleure exécution des tâches à l’arrêt des schémas de pensée ruminatifs dans le cadre de la résolution des problèmes de santé mentale.

A lire aussi  Recâblage—Pas de retraite | La psychologie aujourd'hui

10. Lâcher prise: En appliquant consciemment la conscience au va-et-vient des événements psychologiques et sensoriels, la pleine conscience peut aider à cultiver une meilleure compréhension de la nature transitoire ou impermanente des phénomènes. Ceci, à son tour, peut aider une personne à abandonner les situations et à mieux comprendre la mort et l’agonie.