Faire face à la créativité en des temps troublés

Ulla Tahmaseb

Images de sentiments pandémiques

Source : Ulla Tahmaseb

La pandémie de COVID-19 nous a contraints à vivre plus de 18 mois de bouleversements et d’isolement, une réalité qui a déclenché peur et anxiété pour notre bien-être et celui des autres. Il est probable que les facteurs de stress associés au stress continu, aux problèmes de sécurité, à l’isolement et à la quarantaine peuvent avoir un impact négatif durable sur notre bien-être physique et psychologique. Une façon de lutter contre les résultats potentiellement négatifs consiste à mettre en place des mécanismes d’adaptation plus efficaces. Au cours de la dernière année, j’ai eu des conversations continues avec des hommes et des femmes plus âgés de divers horizons. Je leur ai demandé comment ils ont fait face à leurs préoccupations personnelles, familiales et sociales pendant cette période difficile. Bien que leurs recettes pour faire face varient, il y avait aussi des similitudes surprenantes dans leurs réponses : Nourrissez votre esprit créatif ; découvrir des activités créatives qui vous intéressent et vous mettent au défi; des activités qui peuvent vous aider à vous comprendre vous-même et votre monde d’une nouvelle manière ; activités qui peuvent vous aider à oublier vos préoccupations pendant un certain temps.

Les activités créatives sont une façon de faire face aux circonstances stressantes. Ils nous permettent de renforcer notre résilience dans les moments difficiles. La créativité peut être un élément central de la vie adulte, elle est associée à l’engagement, à l’originalité, à l’expérimentation et à la résolution de problèmes. La créativité peut être pour tout le monde et peut prendre plusieurs formes. Quand j’interroge les gens sur l’adaptation créative, les réponses sont variées. Les gens encouragent leur esprit créatif à travers la peinture, le jardinage, la photographie, la méditation, la marche, même la préparation des repas quotidiens et la cuisine de manières nouvelles et inédites. Toute activité qui apporte un sentiment de joie, qui nous aide à nous libérer de nos préoccupations et de nos soucis pendant un certain temps, peut être utile. Les activités créatives, quelle que soit leur définition, peuvent nous aider à gérer plus efficacement nos facteurs de stress et nos préoccupations.

A lire aussi  Les souris partagent leurs sentiments de douleur, de peur et de soulagement

L’adaptation créative est particulièrement utile lorsque l’on essaie de faire face aux sentiments de solitude et d’isolement. Des études ont montré que nourrir les impulsions créatives a tendance à conduire à des niveaux plus élevés de satisfaction et de bien-être dans la vie. Des psychologues humanistes tels que Maslow (1962) se sont concentrés sur le sens, la réalisation de soi et l’individuation, des concepts qui jouent un rôle important dans la créativité. La notion de flux, un état psychologique que l’on expérimente lorsqu’on est pleinement engagé dans une activité, est également associée à la créativité (Csikszentmihalyi, 1975). Le Flow est une expérience de satisfaction optimale dans laquelle la créativité peut être nourrie, un état de plaisir dans lequel on est pleinement engagé dans le présent.

La créativité a été associée à des avantages physiques et psychologiques (Schmidt, 2006). Par exemple, l’engagement créatif à l’âge adulte favorise la flexibilité cognitive et se traduit par de nouvelles et nouvelles façons de faire face aux difficultés de la vie, en particulier celles liées aux pertes et aux ajustements de la vie plus tard. Au cours de l’année écoulée, nous avons tous dû faire face à de nouvelles et profondes pertes. Les aînés à qui j’ai parlé craignent de ne plus avoir le temps de renouer avec les gens et les activités qu’ils aimaient auparavant. L’isolement pandémique a réduit nos engagements sociaux et accru notre déconnexion et notre solitude. La peur de la contagion a remodelé nombre de nos relations. Les facteurs de stress associés à la pandémie – distanciation sociale, quarantaine, solitude et peur de la maladie et de la mort prématurée – ont augmenté notre vulnérabilité, notre anxiété et notre dépression (Schnell et Tahmaseb McConatha, 2021).

A lire aussi  Est-ce important si vous n'aimez pas votre médecin ?

Alors que nous continuons à lutter pour maintenir notre bien-être, trouver de nouvelles façons de faire face peut être utile pour gérer les émotions négatives et un sentiment de contrôle sur nos vies. Fredrickson (2001) a proposé la théorie de l’élargissement et de la construction des émotions positives. C’est une théorie qui décrit comment les émotions telles que la peur et l’anxiété peuvent être réduites en s’engageant dans des activités émotionnellement enrichissantes. Nourrir notre créativité est une façon de développer des émotions positives et de faire face aux émotions négatives. C’est une façon d’accroître notre résilience.

Si la créativité est comprise au sens large, chaque personne est capable de s’engager dans des activités créatives qui sont émotionnellement gratifiantes. Les restrictions de la distanciation sociale ont peut-être remis en cause nos stratégies d’adaptation existantes. Les activités telles que les exercices de groupe, les réunions de famille, le recours aux amitiés ont été rendues plus difficiles (Bolwerk et al., 2014). Certains chercheurs (Gonzalez et al., 2020) ont examiné les stratégies d’adaptation utilisées dans un centre médical universitaire et ont découvert que les activités créatives associées à l’art entraînaient la capacité d’exprimer des émotions, de prévenir l’épuisement professionnel et de renforcer la résilience pendant la pandémie.

La créativité est un moyen de développer des stratégies d’adaptation adaptatives et des émotions positives qui peuvent aider à combattre les sentiments de fragilité et de vulnérabilité. Les paroles de sagesse partagées par les aînés avec qui j’ai parlé n’étaient pas nouvelles, c’étaient de simples suggestions mais méritaient quand même d’être prises en considération : Ralentissez, au moins pendant quelques minutes chaque jour ; réfléchir, méditer, marcher, seul et avec d’autres ; concentrez-vous sur ce que vous ressentez et acceptez vos sentiments ; lancez-vous un défi ; rappelez-vous ce qui vous a fait plaisir dans le passé, même dans votre enfance, et misez sur ces activités ; Récompense toi; lisez, écrivez, passez du temps dans la nature et prenez soin de vous.

A lire aussi  effondrements d'enfants et médias