La douleur peut-elle être définie ?

Nous connaissons tous la douleur. Certains d’entre nous, malheureusement, le connaissent beaucoup mieux que d’autres. Pourtant, une définition de la douleur s’est longtemps avérée insaisissable.

Andrea Piacquadio/Pexels

Source : Andrea Piacquadio/Pexels

Pourquoi la douleur est-elle si difficile à définir ? Peut-être parce que la douleur a deux aspects, l’un physique et objectif et l’autre entièrement subjectif.

Considérez l’aspect physique de la douleur. Si je me brûle la main, je ressentirai généralement de la douleur, et cette douleur sera ressentie dans la main que j’ai brûlée. Le traitement de la brûlure traitera généralement la douleur. En ce sens, la douleur est une condition locale et physique, pas si différente de la brûlure elle-même.

Considérez l’aspect subjectif de la douleur. Alors qu’un médecin peut voir qu’elle a traité ma brûlure, elle ne peut pas voir si elle a traité ma douleur. Que je souffre ou non est quelque chose sur lequel je suis particulièrement bien placé pour donner mon avis. En ce sens, la douleur semble être en dehors du domaine de la médecine. On a l’impression que cela réside, en fin de compte, dans la perspective subjective et incorrigible de l’individu.

Pourquoi la définition de la douleur est importante

Doit-on définir la douleur comme un phénomène physique et local ou comme un phénomène subjectif et personnel ? Ce problème philosophique est devenu, au cours des dernières décennies, également un problème médical.

La communauté médicale considère de plus en plus la douleur comme une affection traitable à part entière, et pas simplement comme un symptôme d’autres affections sous-jacentes. Dans sa forme la plus audacieuse, cette attitude s’exprime dans l’affirmation selon laquelle la douleur est le « cinquième signe vital » (avec la température, le pouls, la fréquence respiratoire et la tension artérielle). Sur le plan institutionnel, ce mouvement a vu l’émergence de la médecine de la douleur en tant que spécialité médicale à part entière, avec ses propres bourses, revues et associations professionnelles.

A lire aussi  9 signes que votre partenaire a besoin d'aide pour rester concentré

En 1979, l’Association internationale pour l’étude de la douleur (IASP) a proposé la définition suivante de la douleur :

Une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée à des lésions tissulaires réelles ou potentielles, ou décrite en termes de telles lésions.

Cette définition intègre astucieusement l’aspect physique de la douleur (“dommage tissulaire réel ou potentiel”) ainsi que son aspect subjectif (“expérience sensorielle et émotionnelle désagréable”), les liant ensemble et évitant des siècles de conflit philosophique avec le mot méfiant “associé”. “

L’année dernière, cependant, l’IASP a annoncé que cette définition était inadéquate. Ils l’ont remplacé par la définition suivante de la douleur :

Une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée à, ou ressemblant à celle associée à des lésions tissulaires réelles ou potentielles.

Qu’est-ce qui a changé et pourquoi ?

Un changement notable est l’omission du terme « décrit ». Le comité de l’IASP a estimé que l’inclusion de ce critère privilégiait à tort les personnes ayant la capacité de descriptions verbales, au détriment des nourrissons, des adultes non verbaux et des animaux non humains.

Un autre changement notable est que la douleur n’a plus besoin d’être associée (ou décrite en termes de) lésions tissulaires. Au lieu de cela, il suffit de ressembler au genre d’expérience associée aux lésions tissulaires. Notamment, la fibromyalgie est une cause majeure de douleur chronique, mais ne semble pas impliquer réellement de lésions tissulaires. L’appel à la ressemblance est crucial pour s’adapter à un diagnostic répandu en tant que cause de douleur chronique. C’est aussi philosophiquement parlant.

Voici un secret commercial de la philosophie. Les philosophes sont censés donner des définitions, mais les philosophes passent le plus clair de leur temps à montrer que les définitions ne fonctionnent pas. La justice ne donne pas ce qui est dû. Le bien n’est pas ce que nous désirons désirer. La connaissance n’est pas une croyance vraie justifiée.

A lire aussi  Que signifie la recherche sur la «pré-impression»?

Certains ont préconisé une sorte de capitulation conditionnelle dans la lutte pour les définitions. Peut-être ne pouvons-nous jamais, ou presque jamais, donner des définitions ou des analyses réductrices des choses qui nous importent le plus. Mais nous pouvons faire quelque chose d’assez proche. Nous pouvons définir nos termes en pointant (avec des gestes ou avec des mots) vers certains cas paradigmatiques, puis en définissant nos termes en référence à ces paradigmes.

La nouvelle définition de l’IASP doit être comprise comme une définition de ce type. Nous définissons un cas paradigmatique de douleur : un certain type d’expérience désagréable associée à des lésions tissulaires. La douleur doit être définie comme cette expérience, ou toute expérience qui ressemble à cette expérience. Ainsi, l’expérience produite par la fibromyalgie compte comme une douleur car elle ressemble à l’expérience produite par une brûlure ou un mal de dents.

Mais cette définition soulève aussi des questions. D’abord : quelle ressemblance faut-il ? Après tout, tout ressemble à tout le reste à certains égards, alors combien de ressemblance est nécessaire pour qu’une sensation compte comme de la douleur, et comment cette ressemblance est-elle mesurée ? Et qui dit si cette sensation ressemble à la douleur ? Si c’est le sujet individuel qui décide, comment y a-t-il une quelconque contrainte objective sur la notion de douleur ?

Cette dernière question était peut-être celle que le philosophe Ludwig Wittgenstein avait à l’esprit dans son « argument du langage privé ». Ainsi écrit-il, à l’article 293 de la Enquêtes philosophiques:

Si je dis de moi-même que ce n’est que par mon propre cas que je sais ce que signifie le mot « douleur », ne dois-je pas dire la même chose des autres aussi ? Et comment puis-je généraliser un cas de manière aussi irresponsable ?

Supposons que tout le monde ait une boîte avec quelque chose dedans : nous l’appelons un « scarabée ». Personne ne peut regarder dans la boîte de quelqu’un d’autre, et tout le monde dit qu’il sait ce qu’est un scarabée seulement en regardant son scarabée. Ici, il serait tout à fait possible pour chacun d’avoir quelque chose de différent dans sa boîte… Mais supposons que le mot « scarabée » ait un usage dans la langue de ces gens ? Si c’est le cas, il ne serait pas utilisé comme nom d’une chose.

Qu’est-ce que cela signifierait que la douleur ne soit pas une chose ? Et, pour revenir à notre question, quelle serait une définition de la douleur qui capte la perspective subjective de l’individu tout en étant suffisamment objective pour fonder la pratique clinique ? Aujourd’hui, les médecins comme les philosophes ressentent le besoin d’apporter des réponses adéquates à de telles questions. Compte tenu de leur profondeur et de leur difficulté, l’entreprise est la bienvenue.

A lire aussi  Comment le désir mimétique influence la prise de décision commerciale