La montée de la violence anti-asiatique américaine

Photo de l'équipe Icons8 sur Unsplash

Source: Photo de l’équipe Icons8 sur Unsplash

Nos cœurs pleurent en lisant une autre attaque violente et meurtrière «apparemment non provoquée» contre les Américains d’origine asiatique. Fusillade à Atlanta: 8 morts, la plupart des victimes asiatiques. Ces meurtres sont survenus au milieu d’une horrible vague de violence anti-asiatique américaine aux États-Unis depuis le début de la pandémie de COVID-19. Alors que ces chiffres sont en hausse et probablement encore plus haut que ce qui est rapporté, avant ces meurtres horribles très récents à Atlanta, la réponse du public ne semblait pas correspondre adéquatement à la gravité de ce problème.

Une étude récente a révélé que plus de 40% des Américains ont déclaré avoir fait preuve de discrimination à l’égard des personnes d’origine asiatique. Le Pew Research Center a interrogé plus de 9 000 adultes américains et a constaté que depuis le début de la pandémie, environ 3 adultes asiatiques sur 10 avaient subi des insultes ou des blagues anti-asiatiques – un nombre bien plus élevé que les membres d’autres groupes raciaux à l’époque. En plus de ces actes de violence dissimulés, il y a également eu une augmentation des actes de violence manifestes. La récente fusillade dans l’Atlantique est simplement l’une des nombreuses attaques violentes contre les Américains d’origine asiatique. Pourquoi cela arrive-t-il?

Facteurs qui mènent à la violence anti-asiatique

Rappelant les séquelles des attentats terroristes du 11 septembre, où des peuples du Moyen-Orient, arabes, musulmans et sikhs ont été attaqués et victimes de discrimination, les craintes des gens face au virus Corona ont alimenté un bouc émissaire raciste. La prolifération des attaques contre les Américains d’origine asiatique est éclairée par la perception erronée selon laquelle les Asiatiques et les Américains d’origine asiatique sont responsables de la pandémie. La rhétorique raciste et xénophobe normalisée par l’ancien président est l’un des principaux responsables de cette désinformation. Sa constante référence au COVID-19 comme «le virus chinois» et la promotion de la paranoïa à propos de la Chine a alimenté ces flammes. Les Américains d’origine asiatique sont souvent considérés comme des étrangers perpétuels sous une forme de stéréotypes et de discrimination qui les «autres» les considèrent et les présument qu’ils n’ont pas de statut de groupe avec les autres Américains.

D’autres intersections d’identité peuvent également être envisagées. De nombreuses victimes de ces attaques violentes étaient des personnes âgées, et certaines preuves suggèrent que dans la région de Chicago, les Américains chinois plus âgés sont plus susceptibles d’être victimes de discrimination que les Américains d’origine chinoise appartenant à d’autres groupes d’âge. Le sexe semble également jouer un rôle dans nombre de ces attaques racistes, où les femmes asiatiques signalent des incidents de haine plus de 2 fois plus que les hommes. Les femmes asiatiques sont hypersexualisées dans la culture américaine, fétichisées et stéréotypées comme «soumises» – c’est une forme de racisme sexiste, qui est une discrimination fonctionnant à l’intersection du sexe et de la race. Le récent meurtrier d’Atlanta a nié toute motivation raciale et a affirmé que son mobile était d’éliminer la tentation sexuelle, mais le fait que la plupart des victimes étaient des femmes asiatiques semble plus qu’une simple coïncidence.

A lire aussi  Besoin d'un ascenseur d'humeur? Essayez un programme de sommeil régulier.

Comprendre comment la discrimination affecte la santé mentale

La théorie du stress minoritaire est un cadre théorique utilisé par les chercheurs en sciences sociales qui étudient l’impact de l’hétérosexisme et d’autres formes de discrimination sur le bien-être des personnes ayant une identité marginalisée. Cette théorie suggère que des expériences répétées de discrimination et d’oppression créent un environnement social stressant qui se traduit par des taux plus élevés de problèmes de santé mentale chez certaines populations minoritaires. Plus récemment, les chercheurs se réfèrent au stress traumatique fondé sur la race pour décrire la réaction traumatique au racisme et à la discrimination parmi certaines minorités raciales / ethniques. Dans cette ligne de recherche, les cas de discrimination raciale ont été associés à des symptômes psychologiques élevés tels que la dépression, le stress et une faible estime de soi, ainsi qu’à des problèmes de santé physique tels que l’hypertension artérielle et un risque accru de maladie cardiaque.

Des chercheurs de l’Université de Californie du Sud ont récemment mené une enquête représentative à l’échelle nationale auprès d’environ 8 500 adultes américains pour évaluer les attitudes et les comportements liés à la pandémie de COVID-19. En utilisant les données de cette enquête, une étude a examiné les résultats chez les Américains blancs auto-identifiés, les Américains d’origine asiatique et les immigrants asiatiques. Il a été constaté que les Américains d’origine asiatique ont signalé les niveaux les plus élevés de dépression et d’anxiété par rapport aux autres groupes, et que les Américains d’origine asiatique et les immigrants asiatiques ont signalé plus de deux fois plus d’expériences de discrimination liée au COVID-19 que les Américains blancs.

A lire aussi  La prochaine étape pour l'intelligence artificielle : l'auto-tromperie

Une autre étude a révélé que les Américains d’origine asiatique à faible revenu ou immigrants étaient plus à risque de souffrir d’une détresse mentale accrue en raison de la discrimination associée au COVID-19. Cela peut être dû au fait d’avoir plusieurs identités marginalisées qui sont touchées par des systèmes d’oppression imbriqués tels que le racisme, le classisme et la xénophobie. D’autres recherches récentes ont révélé que parmi un échantillon de plus de 400 adultes asiatiques américains, la discrimination anti-asiatique américaine était associée à une augmentation de l’anxiété, des symptômes dépressifs et des troubles du sommeil.

Photo de Jason Leung sur Unsplash

Source: Photo de Jason Leung sur Unsplash

Mesures pour lutter contre la violence

Des efforts collectifs ont déjà été déployés pour lutter contre cette violence. Premièrement, un problème ne peut être résolu tant qu’il n’a pas été suffisamment identifié. Début 2020, plusieurs organisations de défense des droits civiques des îles du Pacifique (AAPI) asiatiques ont lancé le projet STOP AAPI HATE pour suivre les incidents de violence et de discrimination contre les Américains d’origine asiatique et les insulaires du Pacifique aux États-Unis. Le président Biden a publié un mémorandum condamnant l’intolérance contre les Américains d’origine asiatique, et les dirigeants de la communauté asiatique-américaine exigent une réponse plus concrète de l’administration, notamment un financement accru du ministère de la Justice pour l’engagement communautaire, des réformes de la législation sur les crimes de haine et une assistance culturellement compétente pour les victimes. des crimes haineux pour signaler ces incidents.

Les Asiatiques ont tendance à sous-utiliser les services de santé mentale, et il est donc nécessaire que les psychologues et autres professionnels de la santé mentale investissent davantage dans les services de santé mentale qui ciblent spécifiquement les populations d’origine asiatique. Il y a un besoin de soins plus compétents sur le plan culturel pour les Américains d’origine asiatique qui tiennent compte de la variation intergroupe et de la riche diversité parmi les personnes d’origine asiatique et des îles du Pacifique.

A lire aussi  La gestion de la frustration est la clé pour des habitudes numériques saines

Individuellement, nous pouvons également donner la priorité à la sensibilisation à cette crise de santé publique et apporter un soutien communautaire et un allié aux Américains d’origine asiatique qui souffrent actuellement. Le mythe de la minorité modèle est la fausse présomption selon laquelle les Américains d’origine asiatique sont en quelque sorte «mieux lotis» que les autres minorités ethniques raciales et ne sont pas victimes de racisme ou de discrimination. Je me suis demandé si cette idée fausse a éclairé la réaction décevante du public face à cette flambée de violence. En tant qu’alliés de nos frères et sœurs d’origine asiatique, nous devons examiner de manière critique et désapprendre nos propres préjugés qui peuvent inclure cette croyance néfaste.

Les Asiatiques font face à la pandémie de COVID-19 comme le reste d’entre nous, mais ils sont également obligés de lutter contre la stigmatisation, la violence et la discrimination associées en raison du racisme anti-asiatique et de la suprématie blanche qui a empoisonné notre société. Soyez solidaires de notre communauté américano-asiatique et condamnez la violence sous toutes ses formes.

Ressources

En tant que femme noire, je ne peux écrire que du point de vue d’un allié. Veuillez lire le contenu des nombreux dirigeants de la communauté américano-asiatique qui sont en première ligne face à cette violence et soutiennent les organisations au service des communautés américano-asiatique et des îles du Pacifique.

Voici d’autres ressources que j’ai recueillies auprès de mes collègues universitaires:

Boîte à outils pour lutter contre le racisme anti-asiatique américain

https://www1.nyc.gov/site/cchr/community/stop-asian-hate.page

Campagne d’éducation du public

https: //division45.org/public-service-announcements-for-aapi-families-fa …

Stratégies de désarmement des microagressions raciales

https: //engineering.purdue.edu/Engr/People/faculty-retention-success/Fil …

Ressources pour soutenir les personnes AAPI

https: //docs.google.com/document/d/10VXrOUmwyeDArVsWN3koEEXCLUgo5KFFadbN …

Formation à l’intervention des témoins

https://advancingjustice-aajc.org/events

Groupe de soutien virtuel gratuit pour les Américains d’origine asiatique dans la zone DMV

https://www.alignedpsych.com/support-group