La perspicacité en thérapie ne suffit pas

Bleuets/CanvaPro

Source : myrtilles/CanvaPro

En ma qualité de consultante sur l’éloignement parent-enfant, je discute avec de nombreuses personnes qui ont suivi une thérapie et qui ont beaucoup appris sur elles-mêmes.

Mes clients – pour la plupart des parents éloignés contre leur gré – mentionnent souvent les privations de leur enfance et à quel point ils ont essayé d’épargner leurs enfants en adoptant une parentalité différente.

Ces parents savent qu’ils n’ont pas obtenu eux-mêmes ce dont ils avaient besoin lorsqu’ils étaient enfants. Dans certains cas, ils peuvent même énumérer les besoins émotionnels qui n’ont jamais été satisfaits pour eux.

Mais malgré toutes les connaissances et la compréhension de soi glanées en thérapie, l’éloignement indésirable de leurs enfants maintenant adultes déclenche toujours les mêmes vieux sentiments de rejet, d’insuffisance et de honte sans fondement chez ces parents.

Comprendre ne suffit pas.

La perspicacité est précieuse. La perspicacité peut nous aider à nous sentir mieux dans notre peau. Mais ce n’est pas la même chose que la guérison.

Une plaie fermée peut sembler cicatrisée, mais pendant un certain temps, tout nouveau traumatisme peut facilement la rouvrir. De même, de nouvelles blessures telles que l’éloignement de ses enfants adultes peuvent exposer des blessures émotionnelles non guéries.

Ce n’est pas un manque de compréhension qui invite à la douleur. C’est plus le besoin de guérison.

Lorsque vous comprenez votre douleur mais que vous ne vous sentez pas mieux grâce à cette compréhension, cela peut être déroutant. Une fois que vous avez rendu conscients les déclencheurs inconscients – une fois que vous avez compris les racines de votre douleur – ces déclencheurs ne devraient-ils pas disparaître ?

A lire aussi  Le critique intérieur est un grand tyran

La réponse est non.

Une fois que vous vous comprenez et que vous comprenez votre histoire intellectuellement, la meilleure façon de faire des progrès en thérapie est de revisiter consciemment et de ressentir des émotions non guéries dans un environnement favorable et stimulant.

Sentez-le pour le guérir

La première fois que vous avez été blessé, et les cent fois après cela, qui a remarqué votre douleur et vous a offert inquiétude et gentillesse ?

Nous apprenons l’auto-compassion et la compassion pour les autres en la recevant. Lorsque les autres expriment de l’empathie pour nous, nous pouvons mieux tolérer la douleur émotionnelle, lui donner un sens et commencer à en guérir.

Lorsque notre douleur n’est pas remarquée ou traitée de manière appropriée par nos soignants, nous apprenons à la repousser. La douleur émotionnelle qui est ignorée ou activement supprimée a tendance à s’envenimer.

Nous pouvons revenir à nos débuts et trouver de la compassion pour nos jeunes, qui ont dû mettre leur douleur de côté et continuer.

Mais la seule façon de guérir une vieille douleur est de l’inviter dans la lumière et de lui accorder notre aimable attention. Pas seulement avec nos esprits mais avec nos cœurs.

Le témoin compatissant

L’un des outils les plus puissants d’un thérapeute compétent est la volonté de s’asseoir avec la douleur de ses clients. Sans le repousser. Sans se précipiter pour l’intellectualiser. Juste être avec et prendre soin de la personne qui le ressent.

Lorsque votre thérapeute est un témoin compatissant de vos émotions, vous apprenez à être là pour vous-même. Leur approche douce et tolérante crée un modèle mental que vous pouvez utiliser avec vous-même et avec les autres en dehors de la salle de thérapie.

A lire aussi  Quelles décisions de grande vie mènent au bonheur à long terme?

L’émotion, pas la perspicacité, est le moteur ultime de la guérison. Demandez à votre thérapeute de vous aider à ressentir vos sentiments en toute sécurité. C’est potentiellement l’un des plus grands avantages de la thérapie.

Pour trouver un thérapeute, visitez le Annuaire des thérapies de Psychology Today.