La sagesse naturelle des rêves d’enfants

Kelly Bulkeley

Source: Kelly Bulkeley

Le rêve fait partie intégrante de la vie des enfants à mesure qu’ils grandissent et se développent. Des rêves vifs peuvent apparaître chez des enfants aussi jeunes que deux ou trois ans. De nombreux enfants d’âge préscolaire entre quatre et six ans ont de fréquents souvenirs de rêves et parfois des cauchemars terrifiants. Au fur et à mesure que les enfants se développent cognitivement et socialement, leurs rêves deviennent plus longs, plus complexes et plus variés dans le contenu. L’adolescence a tendance à être une période de rêves intensifiés, reflétant les changements dramatiques qui se produisent dans leur esprit et leur corps.

Fonctions possibles

Dans
L’interprétation des rêves
(1900), Sigmund Freud a observé que les rêves d’enfants sont souvent plus simples que les rêves d’adultes – plus courts, moins inhibés, exprimant plus directement nos désirs instinctifs. En raison de cette qualité «non censurée», Freud considérait les rêves des enfants comme particulièrement utiles pour montrer comment le rêve peut conduire à une compréhension plus profonde de l’esprit humain. Dans leurs rêves, nous pouvons entrevoir les forces primaires de la psyché qui influencent tout fonctionnement mental ultérieur.

CG Jung a également souligné la profonde sagesse psychologique des rêves d’enfants. Du point de vue de Jung, les enfants sont capables de mieux comprendre l’inconscient collectif parce que leur esprit n’a pas encore été modelé par la société adulte de manière à limiter, décourager ou même rejeter la possibilité de telles idées. Avant que ces frontières culturelles ne soient imposées, les rêves des enfants sont libres d’exprimer des vérités profondes au moyen de symboles archétypaux – des images extrêmement vives et hautement mémorables qui n’ont que peu ou pas de rapport avec la vie actuelle, mais proviennent plutôt d’un domaine collectif de l’expérience psychologique humaine. Selon Jung, la capacité de «grands rêves» avec un symbolisme archétypal est innée chez chaque enfant.

Plusieurs autres psychologues nous ont aidés à mieux comprendre la nature et les fonctions possibles des rêves des enfants. Par exemple, Jean Piaget et David Foulkes ont tous deux montré comment les rêves des enfants ont plus de structure cognitive et de régularité de développement que les théories de Freud ou de Jung ne le suggèrent. De nombreux psychothérapeutes et éducateurs, tels que Denyse Beaudet, Alan Siegel et Kate Adams, ont découvert que les rêves permettent aux enfants d’exprimer des sentiments et des idées qu’ils ne peuvent pas mettre en langage parlé. Rêver aide les enfants à vivre leurs expériences quotidiennes avec leur corps, leur famille, leurs amis, l’école et la culture au sens large. Peut-être plus important encore, cela leur donne un espace totalement libre et privé dans lequel leur esprit grandissant peut jouer, explorer, réfléchir et exercer leur imagination créative. Pour toute personne impliquée dans les soins et l’éducation des enfants, les rêves peuvent être une ressource puissante et un allié précieux.

Pratiques pour parler aux enfants des rêves

Voici quatre pratiques simples qui peuvent vous aider à parler de leurs rêves avec les enfants.

  1. Écoutez avec respect et posez des questions ouvertes. Montrez de l’intérêt pour chaque détail du rêve. Lorsque l’enfant est prêt à laisser tomber la conversation, laissez-la tomber.
  2. N’interprétez pas le rêve dans le sens d’essayer de le traduire en un message rationnel. Plutôt que de sortir l’enfant du rêve, encouragez-le à vous y conduire.
  3. Jouez avec le rêve, en utilisant tous les matériaux et méthodes disponibles: dessiner ou peindre des images spéciales, jouer des scènes avec des poupées et des figurines d’action, exécuter et danser les mouvements du rêve, créer des poèmes et des chansons. Ne vous inquiétez pas si le processus artistique s’éloigne du rêve original; ce genre de flux créatif ludique est une version de ce que Jung a appelé «rêver le rêve en avant».
  4. Suggérez à l’enfant de penser à d’autres scénarios possibles pour ses futurs rêves. Par exemple, si vous aviez à nouveau le même genre de rêve, feriez-vous quelque chose différemment? Souhaitez-vous essayer d’agir différemment ou regarder de plus près quelque chose? Cela ne veut pas nécessairement dire essayer de devenir lucide, même si c’est possible. À un niveau plus profond, c’est une façon de stimuler un dialogue permanent entre les rêves des enfants et leur esprit éveillé. Avec les encouragements opportuns d’adultes bienveillants, ce dialogue peut devenir une source d’informations et de conseils tout au long de la vie.