La vérité peut-elle venir de la persuasion et de la croyance ?

  Enrico Mazzanti)

Pinocchio

Source : domaine public (crédit : Enrico Mazzanti)

Prenons une pause de la politique, ainsi que de toutes les nouvelles inconfortables du monde qui nous font nous sentir impuissants. Je pourrais suggérer un concours Wordle. Mais non. Plutôt, pour vous détendre, considérez l’exercice intellectuel consistant à explorer les relations intimement enchevêtrées des mots «vérité», «sens» et «communication» alors que l’on est mentalement transporté et influencé par une croyance, une conviction ou une preuve de quelque chose que nous pourrions appeler la vérité.

Je sais, je sais : la vérité fait partie de la politique, et elle a fait les manchettes ces derniers temps, ou du moins depuis que Rudy Giuliani a prononcé cette phrase contre-tautologique : « La vérité n’est pas la vérité ». Pour l’instant, cependant, concentrons-nous sur la question cérébrale : quel est le déclencheur perceptif de la vérité lorsqu’il s’agit de persuasion et de croyance ?

La vérité est un mot délicat

Il n’est pas nécessaire de croire en une affirmation pour qu’elle soit vraie. Nous avons tendance à utiliser le mot librement sans trop réfléchir à ce qu’il signifie. Il se situe sur un spectre de précision. En mathématiques, il est vérifiable à partir d’une logique presque à toute épreuve ; en droit, là où les preuves sont délicates, elles sont élastiques ; en médecine, cela dépend du soin à affiner la recherche statistique ; et dans l’oratoire politique, il est si souplement déformable qu’il est duplicité.

Les psychologues ont la théorie des croyances, qui considère la persuasion comme une réaction cognitive aux opinions que l’on entend des autres pour donner un sens au monde. En ce sens, le cerveau attend la confirmation que ses expériences passées, issues de la vision, des pensées et des souvenirs, se rejoignent comme les rayons d’une roue. Mais aucune roue n’est parfaite, alors nous vacillons dans un voyage bancal à travers les confiances et les doutes.

A lire aussi  Travail / Vie | La psychologie aujourd'hui

Le sens de la vérité échappe au questionnement dans l’usage courant, mais il est essentiel à toutes les entreprises humaines. Dans toute discipline, la vérité – et donc le sens – doit communiquer un état émotionnel, peut-être un qui se réfère à un archétype contenu dans l’histoire de sa propre expérience. Nos connaissances et expériences collectives façonnent nos attentes, nos opinions, nos surprises, notre acceptation des faits, voire nos doutes, et la façon dont nous absorbons et plaçons nos compréhensions dans la mémoire.

La vérité et son sens, à travers la communication et la façon dont elle impacte nos pensées, ne viennent pas simplement de la sémantique dans le vocabulaire de sa narration ; ce n’est pas strictement une question de définition. Au lieu de cela, nous demandons l’engagement de la confirmation collective des preuves ; nous demandons d’être amenés conceptuellement dans un voyage vers un endroit inaccessible, sauf par le biais de notions communes et de faits concrets. Croire que quelque chose est vrai ou faux vient de références conscientes et inconscientes à des expériences mémorables de confiance et à ses conséquences. Lorsqu’il s’agit de mathématiques, cependant, la vérité prend en compte la question de l’impact – la logique du «si, alors» dans laquelle les mathématiciens sont enfermés par leur instinct et leur formation professionnels.

Dans la plupart des domaines, la vérité est la récompense de preuves souples

En mathématiques, la vérité est plus rigide que dans d’autres domaines. Chaque mathématicien se souvient d’une première preuve, et en son sein, d’un moment magique d’un sentiment que certaines choses ne font aucun doute. Comme pour une première voiture, un premier appartement loué ou un premier baiser, cela ne s’efface jamais de la mémoire. Quelque part au cours de l’entraînement de cette preuve, il y a un moment où l’on se sent persuadé que la proposition est vraie. Cela vient de l’échange de pensées, une activité par laquelle les idées sont échangées entre les individus à travers un langage commun.

A lire aussi  Comment les personnalités sombres réagissent-elles à la pandémie?

En mathématiques, la communication de pensées et d’idées nous vient de notre bon sens, de notre logique et de notre intelligence construites à partir de la culture, de l’éducation, des expériences environnementales et des connaissances innées. La vérité en mathématiques diffère à bien des égards de la signification en musique et en poésie. Et pourtant, il y a des liens entre le questionner en mathématiques et le questionner dans d’autres domaines.

La science a toujours été intimement liée aux mathématiques, encore plus en ce siècle où la recherche interdisciplinaire est fortement soutenue. Cependant, il existe une différence entre l’évaluation de la vérité en mathématiques et en sciences. En science, les pensées transmises menant à la vérité proviennent de l’expérimentation dans le monde réel et d’un sens de connexion mathématique à un monde théorique dans lequel la logique ne correspond pas toujours à l’expérience.

La vérité au XIXe siècle

La causalité est la manière occidentale d’interpréter le sens en science. La causalité occidentale du XIXe siècle avait une vision physique classique stricte selon laquelle les lois de la nature régissent le mouvement et l’interaction de tous les objets observables. Si les variables de l’état présent sont précisément connues, alors l’avenir est prévisible. En d’autres termes, toutes les prédictions s’associent à ce que nous pouvons savoir du passé et du présent. Cependant, au début du XXe siècle, avec l’invention de la mécanique quantique, la philosophie occidentale a radicalement changé de point de vue : les objets observables naissent des événements non observables du monde quantique, régis par des lois simples et merveilleuses. Une de ces lois affirme qu’il n’y a pas de routes non empruntées. Chaque particule doit suivre non seulement un chemin, mais aussi toutes les routes possibles avec une probabilité qui dépend de cette route. La vérité, du point de vue de la mécanique quantique, est limitée à la probabilité qu’un objet se trouve quelque part sur chaque chemin et dans un état particulier. En d’autres termes, une observation attentive de ce qui s’est produit précisément dans le passé ne nous donne que des probabilités incertaines de ce qui pourrait se produire dans le futur, une sorte de vérité très différente de celle que nous avions en physique classique.

A lire aussi  Aider les personnes atteintes de BPD à maintenir leur indépendance acquise pendant le COVID-19

Dans ce nouveau monde

Nous sommes submergés d’informations qui prétendent être factuelles. Désormais, nous avons tendance à faire confiance à des sources qui accumulent des faits issus de l’intelligence collective d’experts voilés derrière des sites de vérification des faits, dont Wikipédia. Notre base de connaissances ne provient plus directement d’un expert authentifié, d’un manuel ou d’une revue à comité de lecture, mais plutôt d’un ensemble de sources invérifiables. Que se passe-t-il si des chaînes de preuves liées sont brisées par un fait non vérifié ? Même les sources fiables peuvent se tromper. Ils ne sont souvent que partiellement corrects lorsqu’ils sont sortis de leur contexte.

Sans attention au contexte, la vérité, quelle qu’elle soit, devient inutile.