L’acceptation est la clé

Aujourd’hui, c’est la journée de sensibilisation à l’autisme et c’est bien; Je souhaite. Je pense que c’est globalement un bon événement, positif et bien intentionné, mais si je suis honnête, en tant que personne autiste, je pense que c’est bizarre. Mais alors, c’est ce que c’est pour moi d’être autiste. Une personne autiste trouvant un jour en l’honneur de son «état» étrange est en vertu de la justesse et de l’affirmation de mes informations d’identification TSA. Trouver le monde bizarre, fou et étrange est ma réalité, voir les choses sous un angle différent est ma vie et critiquer les récits sociaux est mon modus operandi. Je suis une personne profondément aimante et je suis aussi un peu une anomalie dans le monde de l’autisme car j’ai beaucoup d’amis (on nous dit souvent que nous avons du mal à nous faire des amis; le contraire est vrai pour moi) mais je ne suis pas d’accord avec presque tout tout le monde dit sur presque tous les sujets. Je vois le monde d’une manière complètement différente. J’aime la façon dont je vois le monde mais je me sens aussi comme un extraterrestre qui a été accidentellement mis sur la mauvaise planète «stupide». Ce n’est pas facile d’être comme ça, mais j’apprécie mon monde, c’est juste dommage je pense que tout le monde est fou. Le sentiment va souvent dans les deux sens, mais j’ai la chance d’avoir beaucoup d’acceptation et d’amour, cela me permet de m’épanouir.

Au bon endroit, mes traits autistiques peuvent être précieux, exceptionnels et démonstratifs d’une réflexion hors du commun. Au mauvais endroit, ils sont épuisants, irritants, exaspérants et potentiellement dangereux pour moi (j’ai été intimidé et harcelé horriblement parce que je suis moi). Le point à considérer est qu’être qui je suis librement et heureusement dépend en grande partie de la façon dont je suis traité par ceux avec qui je suis en contact. C’est ce que je veux que le lecteur de ce blog prenne en compte, c’est ce que je veux sensibiliser autour de cette journée de sensibilisation à l’autisme. Que le principal problème affectant les autistes et nos vies (à mon avis) concerne l’acceptation et le soutien de notre entourage. Nous sommes à la merci des autres et nous sommes vulnérables. Nous avons besoin d’une prise de conscience pour mener à l’acceptation, nous avons besoin d’espaces qui se plient pour nous rencontrer, plutôt que d’essayer de nous casser pour nous adapter: nous ne pouvons pas nous adapter, nous ne sommes pas nés pour nous adapter.

A lire aussi  Abandonner la mentalité de victime pour guérir

«Ne craignez pas les personnes autistes, embrassez-les. Ne vexez pas les personnes autistes, unissez-les. Ne niez pas les personnes autistes, acceptez-les. Car alors leurs capacités brilleront.

Paul Isaacs

Je suis autiste et je trouve que de nombreux articles et articles écrits sur l’autisme ne me concernent tout simplement pas ou ne reflètent pas mes expériences. Une grande partie de l’écriture est centrée sur les expériences masculines et les perspectives masculines et ne sont pas pertinentes pour ma vie et comment ma neurologie m’a impacté. La vérité est que si de nombreuses discussions tournent autour d’un manque d’empathie ou d’un manque d’émotions, mon autisme est directement lié à une abondance d’empathie, une abondance d’émotions et une abondance de soins. On m’a dit que je me soucie «trop», que je suis «trop honnête», «trop gentil» et que je prends les choses «trop littéralement». C’est comme ça que je suis handicapé dans la société, l’abondance de ces qualités, pas leur manque. C’est là que cette condition est souvent mal comprise; il couvre le manque et l’abondance, c’est plus et moins, c’est de plus en moins, le thème commun est qu’il reflète ceux qui sont différents.

«Beaucoup de gens m’accusent de« ne pas avoir l’air autiste ». Je n’ai aucune idée de ce que ça veut dire. Je connais beaucoup d ‘«autistes» et nous avons tous l’air différent. Nous ne sommes pas une race reconnaissable. Nous sommes des êtres humains. Si nous ne sortons pas de l’ordinaire, c’est parce que nous nous battons pour cacher notre vrai moi.

Dara McAnulty

Pouvons-nous tous prendre un moment pour réfléchir à une société qui identifie l’abondance d’honnêteté, de gentillesse et d’attention comme des déficiences et des valeurs qui sont handicapantes parce que c’est mon autisme, c’est mon poids à porter dans un monde généralement indifférent et méchant qui récompense souvent cruauté, malhonnêteté et immoralité. Parce que c’est la réalité de ma vie et de mon handicap, je suis affaiblie par une société qui s’attend à la malhonnêteté, qui exige de l’insensibilité et qui célèbre la prise de décision froide et difficile souvent en échange d’argent liquide et dur. Je prends des décisions en fonction de la façon dont les choses se sentent et de ce qui est important pour moi. Je suis motivé par la moralité, l’intégrité et faire des choses que je pense significatives et importantes. Si je pense que c’est mal, je ne peux pas le faire, je ne peux pas le supporter et souvent je ne peux pas me taire, c’est à la fois mon handicap et mon superpuissance. C’est ce que j’aime être moi, mais ce qui semble terrifier certaines personnes qui ne sont pas comme moi.

A lire aussi  Comment honorez-vous au mieux la mémoire d'un être cher disparu?

Dans un monde qui est déroutant, compliqué et terrifiant pour beaucoup d’autistes, ce que j’ai remarqué est la seule caractéristique qui nous relie tous, c’est la non-conformité – l’écart par rapport à la «norme». Je suis devenu thérapeute pour aider les gens, je suis allé en thérapie et je le fais encore, pour m’aider et quand je pense à la thérapie et à la neurodiversité et à ceux qui s’engagent avec moi ou des services comme le mien, je pense que la motivation peut souvent être liée à l’acceptation. Être accepté par les autres, s’accepter soi-même, accepter les cartes que la vie nous a données. Ces processus peuvent être des voyages très individuels et personnels, mais nous ne vivons pas dans le vide, nous vivons dans des communautés, des sociétés et des réseaux sociaux. L’acceptation en nous-mêmes sans l’acceptation des autres est limitée et donc ma motivation à écrire ce blog ce jour-là. Ce post est une thérapeute et une femme autiste et une mère qui demande l’acceptation et si cette journée mène à l’acceptation par la sensibilisation, je la soutiens, sinon elle ne m’aide pas et mon monde. Acceptez-nous tels que nous sommes si vous voulez être un allié tout le reste est gentil mais pas assez, passez une bonne journée.

«Personne n’est votre ami qui exige votre silence ou nie votre droit de grandir.»

Alice Walker

Louise Taylor

L’avenir est radieux, l’avenir est neurodivers. Ma Lucie.

Source: Louise Taylor

A lire aussi  Une autre façon de penser la toxicomanie