L’arc de l’humanité se plie à la bienveillance ou à la belligérance?

La vie peut parfois être assez déroutante, n’est-ce pas?

Ce n’est pas un hasard si nous, humains, cherchons souvent un sens à nos vies compliquées. Nous essayons de donner un sens aux complexités et aux contradictions de notre vie personnelle, ainsi que du monde chaotique dans lequel nous vivons.

J’écris ces articles pour explorer divers problèmes dans mon esprit, tout en contribuant, espérons-le, au vôtre. Mais l’écriture m’aide aussi dans mon propre cheminement de vie et dans ma propre «Recherche de sens» (livre remarquable de Viktor Frankl portant ce nom, écrit après son emprisonnement dans un camp de concentration nazi).

En cherchant des explications à nos dilemmes et en soulageant les angoisses existentielles, nous trouvons souvent du réconfort dans les croyances en Dieu (s), dans d’autres activités spirituelles ou dans les principes et croyances laïques.

«Croire» est l’un des «Quatre B» que nous utilisons pour évaluer le sens et la valeur de nos vies (les autres sont l’être, l’appartenance et la bienveillance). Notre recherche de sens est une part majeure de la condition humaine, ce «diagnostic» (énoncé sérieusement, ou avec humour, ou regret), se référant aux incohérences et aux mystères de la vie.

Il ne fait aucun doute que les Homo sapiens sont les espèces les plus évoluées de la planète. Je ne dis pas «plus digne», car j’ai été impressionné par les démonstrations «d’animaux inférieurs» d’intelligence, d’amour, de protection et d’autres traits que nous appelons «humanoïdes», d’une manière anthropomorphique.

Mais nous, les humains, sommes suprêmes en termes de compétences cognitives et verbales, de communication, de conscience et de créativité, de raisonnement et de recherche existentielle de sens.

Dans mes propres réflexions, je me demande si nous continuerons à faire évoluer nos espèces intellectuellement avancées dans des directions progressives et bienveillantes au cours des prochains siècles ou, au contraire, poursuivrons-nous des chemins autodestructeurs vers notre annihilation ou notre extinction (guerres et réchauffement climatique, n’importe qui? ).

Ces résultats opposés sont actuellement suggérés comme de réelles possibilités par les futuristes. Cette contradiction simultanée correspond au concept du yin et du yang, issu de la philosophie chinoise ancienne, où les forces sont opposées mais contrebalancées et connectées.

A lire aussi  Votre père est-il gay - ou êtes-vous un père gay?

Je reçois des messages de lecteurs de mes messages avec des compliments vantant, ou avec des critiques trolling, mes opinions. Les mêmes mots provoquent des réponses très différentes et contradictoires.

J’ai récemment écrit que notre monde est effrayant de nos jours, alors que nous sommes en proie à des incertitudes stressantes, comme la pandémie et le réchauffement climatique, le racisme, les haines et la xénophobie, la pauvreté écrasante au milieu d’une richesse extrême, tout cela contribue à la frustration et à la peur.

Certains lecteurs m’ont reproché d’être indûment «pessimiste», «alarmiste» et pourvoyeur de malheur et de tristesse.

Mais quand j’ai exprimé des pensées optimistes sur la créativité, les progrès et la résilience remarquables de l’humanité, les lecteurs ont dit que j’étais indûment «optimiste», «naïf» ou un clone «What Me Worry?!» D’Alfred E. Neumann de (le regretté) Magazine fou.

Nous pouvons avoir des mentalités simultanées et contradictoires, des dualités yin et yang. Je suis optimiste et optimiste quant à l’avenir de l’humanité, mais je suis méfiant et j’ai parfois peur du pire.

Des dualités opposées se retrouvent dans de nombreuses expériences humaines.

Les usines à charbon et les automobiles, les avions et les fusées alimentés au carbone ont permis des réalisations humaines incroyables, mais ces progrès sont à l’origine de terribles empreintes de carbone et du réchauffement climatique qui menacent notre existence même.

Les nouvelles techniques d’édition et de transfert de gènes (CrispR) nous aident à guérir ou à prévenir des maladies graves (anémie falciforme, par exemple), mais peuvent également être utilisées pour présélectionner des traits humains (taille, musculature, intelligence) pour les «bébés de conception» ou pour les infâmes buts («soldats parfaits»).

La même cognition et la créativité remarquables qui ont produit des œuvres impressionnantes de la science, de la médecine et des arts, ont également développé des armes mortelles qui peuvent anéantir toute notre espèce.

A lire aussi  Faux soi-même: les dangers de vivre un mensonge pour s'intégrer

L’intelligence artificielle (IA) est présentée comme une avancée majeure pour l’humanité, mais certains scientifiques préviennent que cette technologie de pointe pourrait s’avérer être notre perte.

Les génies polis et respectueux qui contribuent largement à la société peuvent être capables de crimes odieux, et les personnes cruelles et malveillantes peuvent faire preuve de générosité.

Lorsque les gens lisent à propos de ces dualités, elles peuvent présenter un intérêt passager, mais lorsque ces questions sont personnalisées en termes de vie de nos propres enfants, petits-enfants et progéniture ultérieure, elles deviennent bien plus qu’un «simple» intérêt: elles deviennent « de près et de façon personnelle, »profondément important pour nous.

J’aurais besoin d’un esprit encyclopédique pour être en mesure de transmettre toutes les découvertes et créations merveilleuses, l’art, la musique et la littérature, les progrès scientifiques et médicaux, les édifices et les modes de voyage qui ont surgi à la suite des esprits, des cœurs et des efforts humains.

Les humains sont dotés d’émotions et de comportements remarquablement altruistes, comme la générosité, la bienveillance, l’empathie, le respect, la sympathie, la bienveillance, la sagesse et l’amour, pour n’en nommer que quelques-uns.

Pour contrebalancer ces réalisations positives, il y a le large éventail d’actes humains destructeurs, tels que la brutalité, la torture, les guerres, l’esclavage, le racisme et les armes pour se nuire gravement.

Aider et encourager ces actions négatives sont des caractéristiques de personnalité correspondantes, comme la colère et la haine, la manipulation, le mensonge, la tromperie, l’exploitation, la mutilation et le meurtre, pour ne citer que quelques traits particulièrement destructeurs.

Malgré nos difficultés, l’observation pénétrante du révérend Martin Luther King en 1963 selon laquelle «l’arc de l’histoire humaine se penche vers la justice» s’est confirmée au cours des millénaires. Deux livres récents importants et d’actualité, Steven Pinker Les meilleurs anges de notre nature et Dr. Perri Klass’s Un bon moment pour naître citent des preuves que les humains ont considérablement progressé au cours des siècles dans des domaines tels que la santé, l’éducation, la nutrition, les arts et les sciences, l’égalitarisme et les droits des femmes, voire la réduction de la violence.

A lire aussi  Honnêteté académique: pourquoi c'est important en psychologie

En ces temps de pandémie et de troubles sociaux, nous pourrions être craintifs et pessimistes, de sorte que des déclarations optimistes pourraient être difficiles à croire. Mais le Dr King a fait son commentaire pendant une période particulièrement chaotique de lutte contre le racisme aux États-Unis. Les faits historiques et la science montrent que «l’arc» progressif de l’humanité du Dr King est bien documenté et convaincant.

À tel point que l’on peut même dire qu’avec le temps, l’arc de l’humanité s’incline aussi vers le progrès et la bienveillance.

Temps: voilà le hic!

Le problème est que les principaux mouvements et idées sociales mettent des années à évoluer, à se fusionner et à prendre leur envol, et pendant ces années de changement naissant, il y a souvent des «dommages collatéraux» comme la douleur, les revers et la destruction.

Un défi majeur pour la survie de l’humanité est pour nous de souligner et de récompenser ces traits et actes bienveillants qui ont porté nos réalisations et notre élan progressif, et de diminuer et même «d’éteindre» nos propensions aux pensées, sentiments et actions haineux.

Pour revenir à mon optimisme et à ma naïveté (voir ci-dessus), je crois que nous pouvons effectivement avoir de l’espoir quant à l’avenir de l’humanité, mais il faudra un engagement international considérable: soit nous vivrons, étudierons, travaillerons et jouerons ensemble en harmonie, et ainsi réaliser nos capacités et nos rêves bienveillants… ou nous ne le ferons pas (frissonner).