Le cancer et le sophisme du « monde juste »

« Pourquoi ai-je eu un cancer ? » Ceux qui ont reçu un diagnostic de cancer se débattent souvent avec cette question douloureuse. Bien que nous sachions que certains comportements liés à la santé sont associés à une probabilité accrue de diagnostic de cancer (tabagisme, forte consommation d’alcool), de nombreuses personnes sont confrontées à un diagnostic de cancer sans « raison » définitive. Pour ceux qui n’ont pas de comportement de santé ou d’antécédents familiaux évidents qui expliquent le «pourquoi», il peut être difficile de donner un sens à leur diagnostic.

Pour tenter de traiter et d’interpréter les nombreuses informations dans lesquelles nous naviguons chaque jour, notre cerveau s’appuie souvent sur l’heuristique, un raccourci mental qui nous permet de porter des jugements rapidement et efficacement. Les heuristiques sont souvent activées dans des situations complexes, inconnues et chargées d’émotion1. L’efficacité fournie par l’heuristique a malheureusement quelques inconvénients. Bien que les heuristiques puissent être utiles, elles peuvent également entraîner des biais cognitifs. Les biais cognitifs sont des erreurs dans notre façon de penser qui nous amènent à tirer des conclusions inexactes sur le monde qui nous entoure. Cette façon de penser biaisée nous amène à traiter l’information d’une manière qui correspond à la façon dont nous voyons déjà le monde. Cela augmente la probabilité que nous portions des jugements sur des situations qui ignorent des éléments d’information clés qui nous permettent de tirer des conclusions plus logiques.

L’un des types de biais cognitifs les plus courants que j’entends dans les soins contre le cancer est le biais du «monde juste». Identifié pour la première fois par Melvin Lerner dans les années 19602ce biais cognitif est basé sur l’hypothèse que le monde est un endroit juste et que les gens obtiennent ce qu’ils méritent.

“Les individus ont besoin de croire qu’ils vivent dans un monde où les gens obtiennent généralement ce qu’ils méritent. La croyance que le monde est juste permet à l’individu d’affronter son environnement physique et social comme s’il était stable et ordonné. Sans une telle croyance, il serait difficile pour l’individu de s’engager dans la poursuite d’objectifs à long terme ou même dans le comportement socialement réglementé de la vie quotidienne. Étant donné que la croyance que le monde sert simplement une fonction adaptative si importante pour l’individu, les gens sont très réticents à abandonner cette croyance, et ils peuvent être très troublés s’ils rencontrent des preuves qui suggèrent que le monde n’est pas vraiment juste ou ordonné après. tout.3

Cette façon de penser nous aide à donner un sens à certaines des questions les plus difficiles que nous rencontrons dans notre monde. Pourquoi certaines personnes sont-elles maltraitées, tandis que d’autres ne le sont pas ? Pourquoi certaines personnes vivent-elles dans la pauvreté et d’autres pas ? Le sophisme du « monde juste » nous fournit un moyen de donner un sens à ces situations en l’absence d’une explication définitive de la raison pour laquelle elles se produisent. Cependant, il s’agit d’une manière simpliste et inexacte de comprendre les situations qui aboutit finalement à blâmer les autres pour leurs circonstances, même en l’absence de preuves à l’appui de cette conclusion.

A lire aussi  Une rose sous un autre nom… peut n'avoir aucune odeur dans la démence

Avec le cancer, le sophisme du “monde juste” se traduit souvent par la croyance que “j’ai dû faire quelque chose pour causer mon cancer”. Cela peut être une croyance que ceux qui font face au cancer se tiennent, ou ils peuvent l’entendre des autres, même si ce n’est pas dit aussi explicitement. Par exemple, j’ai entendu de la part de nombreuses personnes avec lesquelles je travaille que l’une des premières choses qu’elles entendent des autres au sujet de leur diagnostic est une tentative de comprendre le « pourquoi ». “Eh bien, êtes-vous un fumeur?”; “Quel genre de régime mangez-vous?” Ceci, pas si subtilement, implique qu’il doit y avoir quelque chose que l’individu aurait pu faire pour prévenir son cancer. Dans un monde juste, après tout, “tout arrive pour une raison” et “on récolte ce que l’on sème”. C’est une façon d’organiser des situations effrayantes et incontrôlables afin qu’elles se sentent plus prévisibles. « Si seulement je [don’t drink, don’t smoke, eat well, stay out of trouble]alors cela ne m’arrivera pas.

La réalité est que le cancer ne fait pas de discrimination. Le cancer ne se soucie pas de savoir si vous êtes une bonne ou une mauvaise personne, riche ou pauvre, dévotement religieux ou non. Bien que nous sachions qu’il existe certains facteurs que nous pouvons contrôler pour réduire notre risque de cancer, il existe d’autres facteurs hors de notre contrôle, tels que les facteurs génétiques et environnementaux, qui influencent également le risque de cancer. Bien que cela puisse être effrayant à considérer, il s’agit en fin de compte d’une compréhension plus précise, équilibrée et compatissante du cancer que le sophisme du « monde juste ».

A lire aussi  Quatre conseils pour vous aider à réaliser vos rêves

Comment éviter le sophisme du « monde juste » ? Voici quelques suggestions pour commencer à reconnaître et à changer ce biais cognitif courant.

Considérez tous les angles

Nous sommes plus susceptibles de nous engager dans une réflexion biaisée lorsque nous ne ralentissons pas et ne considérons pas toutes les informations dont nous disposons. Aborder les biais cognitifs nécessite de s’arrêter et de se demander : « Quelles preuves ai-je pour étayer ma façon de voir cette situation ? » ; “Ai-je des preuves qui ne le soutiennent pas?” Nous pouvons ensuite utiliser ces informations pour arriver à un point de vue plus équilibré et plus précis.

Faire preuve d’empathie

L’empathie est un excellent antidote au sophisme du « monde juste ». Lorsque nous pouvons générer de l’empathie pour les autres en nous mettant à leur place, il peut être plus facile d’abandonner une façon d’expliquer les circonstances qui se concentre sur le blâme. Lorsque nous pouvons générer de la compassion pour nous-mêmes, il peut être plus facile d’éviter de s’engager dans des lignes de pensée nuisibles qui n’existent que pour aggraver la souffrance émotionnelle. L’empathie et la compassion ne sont pas un « laissez-passer » ; nous pouvons toujours évaluer s’il existe des possibilités de changer de comportement qui pourraient améliorer notre situation. Au contraire, une approche « d’abord empathique » permet une meilleure compréhension et la possibilité d’apporter des changements qui sont enracinés dans l’acceptation plutôt que dans la honte.

Reconnaître la complexité

Le monde est un endroit complexe. Bien que nous ayons envie de croire que ce qui nous arrive peut toujours être expliqué, la réalité est que nous sommes parfois confrontés à des situations qui échappent totalement à notre contrôle. Soyez conscient de la tendance à trop simplifier les circonstances et soyez plutôt curieux. Restez ouvert à l’idée qu’il vous manque peut-être certaines informations ou que vous pourriez avoir des angles morts dans votre façon de penser et résistez à l’envie de porter des jugements hâtifs.

A lire aussi  Les antidotes à l'incertitude: structure et empathie