Le jugement du roi Salomon, reconsidéré pour aujourd’hui

La plupart des gens, même ceux qui sont profondément laïques, connaissent l’histoire du jugement de Salomon. Deux femmes qui partagent une maison et qui ont récemment accouché à quelques jours d’intervalle se présentent au roi Salomon pour trancher un différend. Un de leurs bébés est mort dans la nuit. La première femme affirme que l’enfant mort appartenait à la deuxième femme, qui a ensuite changé les bébés. La deuxième femme nie cette accusation, affirmant que l’enfant vivant est le sien. Le roi Salomon demande une épée, résolvant de régler le problème en coupant le bébé en deux afin que chacun puisse posséder la moitié de l’enfant. La deuxième femme accepte ce jugement; la première femme dit qu’elle abandonnera le bébé plutôt que de voir son enfant tué. Salomon se rend compte que la première femme doit être la mère.

Guiseppe Cades, domaine public / Wikimedia Commons

Le jugement de Salomon

Source: Guiseppe Cades, domaine public / Wikimedia Commons

Le roi Salomon prédit avec précision qu’une «vraie» mère, une bonne mère, préfère donner son enfant plutôt que de le voir blessé. Si elle est prise à la lettre, la réponse de la deuxième femme est en effet horrible, indiquant une psychopathie plutôt qu’un faible attachement. Mais comme une grande partie de la Bible, elle n’est peut-être pas censée être lue littéralement, et nous pouvons certainement la lire comme une allégorie applicable aux batailles pour la garde à notre époque. Dans ce cas, les deux mères représentent les parents qui se battent pour la garde, et le roi Salomon représente le juge qui décidera de la question. Cependant, les juges ne possèdent pas tous la sagesse de Salomon, et des facteurs simples, comme la décision d’un sage, ne décident pas du résultat. Dans cette expérience de pensée, faisons vieillir les enfants, au moins cinq ans.

A lire aussi  Droits psychologiques : un nouveau concept en santé mentale

Le jugement de Salomon sous cette forme allégorique n’est que trop commun. Un couple décide de mettre fin à leur relation. Un parent veut la garde complète et est prêt à se battre pour cela jusqu’au bout, entraînant les enfants dans une longue bataille judiciaire qui les «déchire» en les impliquant dans la lutte des parents. L’allégeance aux deux parents, un refus de choisir, devient presque impossible pour les enfants dans ces circonstances. Le procès, pour lequel leurs opinions pourraient bien être sollicitées (selon l’âge), ainsi que la connaissance de l’animosité insoluble entre les parents, est traumatisante, même dans les cas où les enfants ont clairement une préférence parce qu’un parent est violent . Les litiges et un avenir incertain génèrent également un stress énorme.

Un parent, généralement une personne qui a des «problèmes» psychologiques – par exemple, est aux prises avec une dépression, un trouble de l’alimentation ou un problème de toxicomanie – décide qu’il vaudrait mieux abandonner les enfants plutôt que de les faire subir le traumatisme d’un procès. Mais voici le hic: le tribunal ne dit pas à ce parent: «Votre attitude montre que vous êtes le vrai et le meilleur parent. Je vous donne les enfants. Le tribunal donne les enfants à la «deuxième femme». La «première femme» renonce à ses droits.

Elle vit souvent pour regretter cette décision. Salomon avait raison: un parent qui verrait son enfant coupé en deux n’est pas un «vrai» parent, pas une personne qui peut fournir l’amour et la nourriture, la sécurité et le ravitaillement dont les enfants ont besoin. Soit ce parent est tellement investi dans la lutte de pouvoir avec l’autre parent que les sentiments des enfants n’ont pas d’importance; gagner est tout ce qui compte. Ou le parent n’a pas la capacité d’adopter le point de vue d’autrui (théorie de l’esprit) ou la capacité de faire preuve d’empathie, de ressentir aussi bien que de penser d’une autre perspective, ou des deux, et ne parvient donc pas à réaliser les effets qu’une bataille judiciaire aura sur les enfants . Les dommages qui pourraient résulter d’une affaire judiciaire sont évidents. Mais les dommages cumulatifs d’être sous le contrôle d’un parent prêt à sacrifier ses enfants pour gagner une bataille, ou d’un parent incapable de prendre le point de vue des autres, sont susceptibles d’être beaucoup plus nuisibles à long terme. Il est hautement improbable qu’un parent qui ne voit pas ce qu’une bataille pour la garde pourrait faire à ses enfants puisse bien être parent dans d’autres situations.

A lire aussi  Prioriser la santé dans l'exercice | La psychologie aujourd'hui

Il n’y a pas autant de roi Salomon dans nos tribunaux ou ailleurs d’ailleurs. Mais ces thérapeutes, tuteurs légaux, avocats et autres personnes impliquées dans des affaires de garde pourraient apporter un peu de sa sagesse à la table en demandant aux parents prêts à renoncer à leurs droits pour le bien de leurs enfants de réfléchir à ce que signifierait donner la garde exclusive. à un parent avec si peu d’intelligence sociale et émotionnelle que le parent non compromettant le montre. Est-il probable qu’après avoir obtenu gain de cause, la «deuxième femme» développera soudainement les qualités nécessaires à une parentalité efficace? Est-elle susceptible d’être une mère assez bonne? Ou va-t-elle sacrifier son enfant encore et encore de multiples façons, moins évidentes que celle offerte par la solution du roi Salomon, mais terriblement nuisibles néanmoins?

Loi sur les blessures de Tingey / Unsplash

Source: Loi sur les blessures de Tingey / Unsplash

Le stress rend la réflexion claire difficile et peu de choses sont plus stressantes que de se battre pour le bien-être de ses enfants. Les parents qui ont de multiples sources de stress ne pensent probablement pas clairement et ne pensent pas aux conséquences à long terme. La première femme n’avait vraiment pas le choix car une fois l’enfant coupé en deux, l’histoire était terminée. Mais les effets d’une décision de garde sont indéfiniment. La morale du jugement de Salomon pour aujourd’hui pourrait bien être qu’un parent disposé à sacrifier un enfant pour gagner une lutte de pouvoir ne sera probablement pas un parent adéquat. Ceux d’entre nous qui ont un peu de responsabilité et, espérons-le, un peu de la sagesse du roi Salomon feraient bien de le souligner.

A lire aussi  La science méconnue de la psychologie