Le procès pour meurtre de Chauvin et la culpabilité obsédante des témoins

  Sceau de l'État de Minneapolis, photo de Tony Webster / Flickr

Source: Sceau de l’État de Minneapolis, photo de Tony Webster / Flickr

Plusieurs témoins afro-américains indignés, témoignant dans le procès de l’officier blanc Derek Chauvin concernant la mort torturée de George Floyd, ont exprimé leur culpabilité et leur regret de ne pas avoir fait plus le 25 mai 2020 pour prendre en charge une situation traumatisante pour eux. Au contraire, ils ne pouvaient que regarder avec horreur Floyd étendu sur le sol immobile alors que Chauvin continuait à s’agenouiller sur son cou pendant pas moins de 9 minutes, 29 secondes.

Regardons ce que plusieurs témoins avaient à dire, qui, collectivement, se résument soit à (1) «J’aurais dû faire plus», soit (2) «J’aurais dû faire quelque chose de différent.» Je considère toutes ces réponses comme des vœux pieux nés d’un désespoir moral. Car dans les circonstances qui les contraignaient, leurs options étaient sévèrement limitées. Néanmoins, leur fausse croyance que – d’une manière ou d’une autre – ils auraient pu sauver la vie de Floyd est ce qui, malheureusement, sous-tend leur culpabilité. Et après avoir cité leur témoignage, ce post expliquera pourquoi.

Témoignage de témoin

Commençons par la lycéenne Alyssa Nicole Funari (18 ans), qui se sentait comme un échec car malgré sa volonté d’intervenir, 1 des 4 présidents obligeait la foule à reculer pour les maintenir à une distance inaccessible de l’étranglement fatal de Floyd. Par la suite, elle a témoigné qu’elle se sentait juste «engourdie». L’engourdissement est une réaction d’évitement extrême entreprise inconsciemment pour calmer les sentiments accablants. Ainsi, le fait que tous ces témoins de la salle d’audience aient dû endurer – à travers une exposition vidéo répétée – leur expérience inquiétante encore et encore ne fait qu’amplifier la possibilité qu’ils souffrent tous de symptômes de SSPT de longue durée.

Technicienne médicale d’urgence (EMT) et pompier hors service, Geneviève Hansen, 27 ans, blanche, qui est arrivée sur les lieux, a fondu en larmes lorsqu’elle a témoigné comment, aussi insistante qu’elle l’était, les policiers ne permettaient pas elle de prendre le pouls de George Floyd alors qu’il était immobilisé dans la rue. Elle a plaidé pour quelqu’un pour prendre son pouls, donc si nécessaire, elle pouvait administrer des compressions thoraciques, mais la police a catégoriquement refusé de le faire. Ce qui la laissait se sentir «impuissante» et «totalement angoissée», incapable d’exécuter ce qu’elle se sentait obligée de faire professionnellement dans ce qu’elle percevait comme une situation de vie ou de mort.

A lire aussi  Respiration, cerveau et voie de la mémoire

Un autre témoin oculaire, Donald Williams (33 ans) – un lutteur formé aux arts martiaux mixtes qui n’osait pas exercer ses compétences physiques mais qui était toujours celui qui a finalement appelé le 911 après avoir observé que Chauvin mettait Floyd dans ce qu’il identifiait comme un «étouffement de sang» – a également fortement exprimé son objection à l’usage horriblement excessif de la force de l’officier, exigeant également que le pouls de Floyd soit vérifié. Et il est remarquable qu’à travers ses larmes déplorables dans la salle d’audience, il a témoigné que, si alarmé par ce qu’il avait observé, il ressentait l’urgence «d’appeler la police à la police».

Dans un enregistrement fourni aux jurés, le spectateur Charles McMillian (61 ans) – alors que le corps déjà mort de Floyd était chargé dans une ambulance et après avoir été témoin du traitement brutal de l’officier à son égard – s’est approché de Chauvin. Indigné mais maîtrisé, il fit part avec insistance à Chauvin de sa forte désapprobation.

Faisant preuve de courage – car lui aussi considérait les officiers comme racistes, facilement offensés et trop prêts à riposter contre les affrontements des Noirs, il lui a néanmoins dit: «Je ne respecte pas ce que vous avez fait.» Et il a littéralement éclaté en larmes lorsque les procureurs l’ont appelé à témoigner, rapportant que ce qui le marquait le plus était le cri désespéré de Floyd: «Je ne peux pas respirer! et “Maman, ils me tuent, ils me tuent!”

Darnella Frazier, 17 ans à l’époque et celle qui a capturé toute la scène sur son téléphone portable – qui, dans le monde entier, est rapidement devenue virale – a parlé avec émotion aux jurés, faisant écho aux paroles de McMillian:

J’ai entendu George Floyd dire: «Je ne peux pas respirer. S’il vous plaît, lâchez-moi. Je ne peux pas respirer. Il a pleuré pour sa mère. Il souffrait. . . . On aurait dit qu’il savait que c’était fini pour lui. Il était terrifié. Il souffrait. C’était un appel à l’aide.

Lorsque l’un des procureurs a demandé comment sa vision de ce spectacle tragique l’avait affectée, elle a répondu qu’en regardant George Floyd, qui ne vivait plus, elle avait vu son père, son frère, ses cousins, oncles et amis parce qu’ils étaient tous noir aussi, ajoutant tristement: “Je regarde comment cela aurait pu être l’un d’entre eux.” De toute évidence, elle ne pouvait s’empêcher de percevoir ce dont elle avait été témoin comme un acte raciste et était donc hantée par un sentiment de vulnérabilité encore plus grand qu’auparavant.

A lire aussi  Pouvez-vous prendre votre retraite et ne pas abandonner le travail que vous aimez ?

De plus, bien qu’en enregistrant consciencieusement tout ce qu’elle voyait, elle faisait tout ce qu’elle pouvait, elle éprouvait toujours de la culpabilité de ne pas être en mesure d’arrêter ce qui était si mal et effrayant pour elle:

Cela faisait des nuits que je restais debout pour m’excuser et m’excuser auprès de George Floyd de ne pas en faire plus et d’interagir physiquement et de ne pas lui avoir sauvé la vie. Mais c’est comme, ce n’est pas ce que j’aurais dû faire. C’est ce qu’il [presumably, Chauvin] aurait dû faire.

Notez ici que même si rationnellement elle ne se blâme pas, elle ne peut toujours pas se débarrasser entièrement de la culpabilité ressentie en étant confinée au statut de spectateur.

Enfin – et surtout – à la barre des témoins se trouvait Christopher Martin, 19 ans, qui travaillait au dépanneur de Minneapolis à l’époque. Il a partagé avec les jurés qu’il était en proie à la culpabilité pour la façon dont il avait géré la situation de Floyd (par inadvertance? – nous ne le saurons jamais) en le payant pour un paquet de cigarettes avec un faux billet de 20 $. Au départ, il a décidé d’accepter le faux paiement de Floyd. Mais après avoir réalisé que lorsque le gérant du magasin a découvert ce qui s’était passé, il se verrait déduire ce montant de son salaire, il a alors signalé l’incident, ce qui a conduit le gérant à appeler rapidement la police.

Dans ses propres mots: “Si je n’avais tout simplement pas accepté la facture, cela aurait pu être évité” [emphasis added]. Et, bien sûr, cela a été dit avec le recul de 20/20. Mais à l’époque, Martin avait simplement utilisé le meilleur jugement dont il disposait, et cette alternative plus raisonnable ne lui était tout simplement pas venue à l’esprit.

Alors pourquoi toute cette culpabilité?

Il est certainement compréhensible que quiconque se trouve à proximité de cet événement choquant, ainsi que sympathique envers la victime sans défense, mais n’étant pas en mesure d’arrêter le comportement sans principes de Derek Chauvin, vivrait la mort de George Floyd comme émotionnellement écrasante. Et cela serait particulièrement vrai pour les Noirs qui, compte tenu de leurs antécédents de discrimination systémique par la police, ne pourraient guère s’empêcher de considérer les agents comme moins susceptibles de les aider que de leur faire du mal.

A lire aussi  Dix façons dont les limites peuvent changer votre vie pour le mieux

Ainsi considérée de manière réaliste, la culpabilité que presque tous les témoins ont explicitement rapportée ressentir, à la fois à l’époque et plus tard, semble malheureusement gratuite. Ajoutez à cela, leur probable «culpabilité du survivant», le sentiment qu’ils ont dû faire quelque chose de mal puisque – par simple hasard – ils ont survécu à ce que Floyd n’a pas fait, peut facilement être déduit de la plupart d’entre eux en disant qu’ils auraient dû faire plus pour aider lui.

L’essentiel ici est que leur culpabilité auto-tourmentante découle du fait de ne pas agir conformément à leur système de valeurs. Certes, ils étaient impuissants à le faire. Pourtant, dans la mesure où (à l’exception de l’EMT Genevieve Hansen) ils étaient tous noirs, ils avaient absorbé le message implicite de leur culture selon lequel ils devraient assumer la responsabilité de l’un des leurs.

Ainsi, même si dans les circonstances, ils n’auraient pas vraiment pu le sauver, ils étaient toujours soumis aux diktats éthiques de leur communauté qu’ils auraient dû essayer. Néanmoins, contrairement à aucun des policiers, aucun d’entre eux n’était armé. Et aucune quantité de cris contre les officiers n’était suffisante pour que l’un d’eux arrête le comportement incontrôlable de Chauvin.

Comme souligné dans un article que j’ai écrit sur la culpabilité inutile (2015): «C’est. . . il est essentiel de déterminer à quel moment les sentiments de culpabilité sont rationnellement fondés et quand ils sont plus ou moins arbitraires – non fondés sur les faits, et donc inutilement auto-punitifs. “

Je ne peux donc qu’espérer que ces témoins recevront suffisamment d’empathie et de soutien (et éventuellement des conseils) pour que, bien qu’ils restent indéfiniment tristes à propos de la mort prématurée de Floyd, ils se libéreront de la culpabilité qu’ils en sont personnellement venus à associer.

© 2021 Leon F. Seltzer, Ph.D. Tous les droits sont réservés.