Les bienfaits de la lecture sur la santé mentale

  Alaine Yu/Unsplash

Source : Alaine Yu/Unsplash

Malgré les récentes controverses sur les livres qui devraient occuper les étagères des écoles et des bibliothèques, il y a peu de débats sur le fait que la littérature élargit l’esprit. Mais le fait de lire peut-il aussi améliorer notre santé mentale et notre bien-être ?

Les chercheurs étudient l’impact des expériences de lecture et rapportent des preuves d’avantages prometteurs pour la santé mentale et sociale. Qu’ils lisent seuls ou avec d’autres, les gens trouvent un lien et un sens entre les pages, ce qui améliore leur santé mentale en cours de route. Aujourd’hui, les praticiens explorent de nouveaux modèles utilisant les arts littéraires pour soutenir la santé mentale dans les cliniques, les salles de classe et les communautés du monde entier.

Les avantages scientifiques de la lecture

Se plonger dans un bon livre est bon pour la santé.

L’expérience d’être immergé ou engagé lors de la lecture d’une histoire s’appelle l’absorption narrative et constitue plus qu’une expérience intrinsèquement agréable – elle peut également améliorer notre sentiment de bien-être. Les chercheurs pensent que nous transporter mentalement loin de notre environnement physique peut fournir une évasion ou une opportunité de contemplation significative.

La lecture offre non seulement ces opportunités, mais elle nous aide également à donner un sens à nos mondes. Dans une étude de neuroimagerie, les participants qui lisaient davantage de fiction narrative avaient une plus grande activation des parties du cortex préfrontal impliquées dans la prise de perspective lors de la lecture d’un texte contenant un contexte social. Cette plus grande activation peut expliquer en partie la corrélation entre la lecture à vie et la capacité à comprendre comment les gens pensent.

Une bonne histoire a tendance à rester avec vous, tout comme les avantages : les effets de la lecture sur la santé durent longtemps après que nous ayons posé le livre, certaines recherches montrant des réductions des symptômes de dépression persistant des mois, voire des années plus tard chez les adultes. Et la lecture peut non seulement aider à rendre la vie plus digne d’être vécue, mais est associée à une vie plus longue : une étude a révélé que les adultes plus âgés qui lisaient régulièrement des livres avaient une réduction de 20 % de la mortalité par rapport à ceux qui ne lisaient pas.

A lire aussi  Comment l'effacement de la dette étudiante rendra l'Amérique plus saine

La bibliothérapie : un traitement accessible pour la santé mentale

Les praticiens de la santé utilisent les livres et la bibliothérapie pour soutenir la santé mentale de groupes confrontés à divers défis, notamment l’anxiété, la dépression et le deuil. Bien qu’elle puisse prendre différentes formes, la bibliothérapie implique généralement l’expérience de la lecture, de la réflexion et de la discussion d’une littérature spécifique avec un thérapeute individuel ou dans un cadre de thérapie de groupe, bien qu’un thérapeute ne soit pas toujours impliqué. Certaines recherches suggèrent que les clients peuvent bénéficier de la bibliothérapie utilisée en conjonction avec une thérapie cognitivo-comportementale plus traditionnelle ou des conseils en cas de deuil.

Bien que l’efficacité de la bibliothérapie nécessite davantage de recherches, cette intervention a déjà montré des résultats prometteurs chez des personnes ayant différents problèmes de santé. Les chercheurs ont rapporté que les expériences de lecture partagées aidaient à atténuer les symptômes dépressifs chez les patients opérés, à réduire les symptômes cognitifs et émotionnels chez les patients atteints de démence et à améliorer le fonctionnement cognitif et psychologique chez les patients atteints de psychose.

Des recherches plus récentes suggèrent que la bibliothérapie pourrait être une intervention peu coûteuse et accessible pour améliorer la santé mentale des travailleurs de la santé et du grand public vivant dans l’incertitude de la pandémie de COVID-19. La revue systématique a cité les effets positifs de la bibliothérapie dans 13 études, indiquant que le traitement a contribué à promouvoir l’autonomie, donnant aux gens un sentiment d’agence et de contrôle sur leur vie.

La lecture jette des ponts pour nous comprendre et comprendre les autres

À une époque d’isolement et de déconnexion prononcés causés par la pandémie, la lecture de fiction, en particulier, peut également contribuer à favoriser une plus grande empathie et une cognition sociale.

A lire aussi  3 leçons clés pour gérer une crise

Une étude fondamentale a révélé que les lecteurs de fiction fréquents étaient associés à une meilleure capacité sociale et que la tendance à être absorbé par une histoire était corrélée à des scores d’empathie plus élevés. Ces résultats ont été reproduits et une méta-analyse a révélé que l’exposition à vie à la fiction narrative était associée à plus de prise de perspective et d’empathie.

Lire et répondre à la fiction peut favoriser la compréhension des jeunes de la nature humaine et de leur place dans le monde, surtout si les textes sont thématiquement pertinents et associés à des activités d’écriture qui reflètent des expériences personnelles liées à la lecture. S’identifier à des personnages traversant des expériences similaires peut réconforter les lecteurs, sachant qu’ils ne sont pas seuls dans leurs luttes ou leurs douleurs.

Un programme de lecture à l’échelle de la ville pour soutenir la santé mentale des jeunes

S’appuyant sur ces leçons, des organisations locales se sont associées pour développer One Book Baltimore, un programme de lecture à l’échelle de la ville pour soutenir le bien-être mental et la connexion des jeunes. Une étude récemment publiée du programme dans le Journal de psychologie communautaire ont constaté que la littérature peut être utilisée pour générer des conversations productives sur des sujets complexes et sensibles, comme la violence et la santé mentale.

Des chercheurs de l’International Arts + Mind Lab (IAM Lab) de l’Université Johns Hopkins ont évalué les résultats du programme 2019, dans lequel 10 000 élèves de septième et huitième année de la Baltimore City Public School ont lu le même roman primé, Long chemin vers le bas par Jason Reynolds. Reynolds est actuellement ambassadeur national de la Bibliothèque du Congrès pour la littérature jeunesse.

“Long Way Down” dépeint avec force la violence des jeunes et ses conséquences à travers son protagoniste adolescent, Will.

Le sujet est familier à de nombreuses personnes inscrites au programme One Book Baltimore : dans les enquêtes avant et après le programme, la moitié des étudiants ont déclaré qu’eux-mêmes ou un membre de leur famille proche avaient directement subi des violences.

A lire aussi  Comment l'amour et le sexe lient nos gènes

“La littérature, comme de nombreuses formes d’art, nous aide à parler de questions difficiles ou sensibles, et elle nous donne un point de départ pour de nouvelles conversations”, a déclaré Tasha Golden, Ph.D., directrice de recherche à IAM Lab et auteur principal de l’étude. . “À une époque où les jeunes souffrent et recherchent le soutien – de leurs communautés et les uns des autres – nous devons réfléchir à la manière dont les arts peuvent aider à générer des liens, de la créativité et du dialogue.”

La pandémie a exacerbé l’isolement social et les taux de maladie mentale, en particulier chez les jeunes. Les responsables du programme ont développé l’intervention One Book Baltimore pour aider à atténuer les effets néfastes de l’isolement qui accompagnent souvent l’anxiété, la dépression ou les traumatismes.

La nouvelle recherche a révélé que la lecture Long chemin vers le bas influencé la façon dont les collégiens pensaient à la violence, avec un effet plus important sur ceux qui avaient des expériences personnelles avec la violence. L’étude a également rapporté que les étudiants qui ont lu le roman en entier ont eu plus de conversations sur la violence avec leurs amis et leur famille. Après le programme, près de 60 % des étudiants ont déclaré qu’ils souhaitaient davantage d’occasions de discuter de violence et de paix avec leurs pairs.

L’étude formule également des recommandations sur la mise en œuvre du programme dans d’autres endroits. Le Dr Golden a expliqué : « C’est une façon d’explorer de nouveaux soutiens en santé mentale pour les jeunes. Le modèle, qui s’appuie sur les écoles, les bibliothèques et la littérature, pourrait fonctionner dans n’importe quelle communauté.