Les choix maternels peuvent engendrer l’inauthenticité chez les filles

« Celui qui a surmonté ses peurs sera vraiment libre. » Aristote

L’authenticité est une réalisation clé du développement, depuis l’Antiquité considérée comme une vertu et un marqueur de la vie « eudémonique » bien vécue, selon Aristote. Surtout depuis le milieu du siècle dernier, les approches psychothérapeutiques occidentales, notamment celles fondées sur la pensée psychanalytique, ont mis en évidence le rôle central de l’authenticité pour la satisfaction dans les relations, dans le travail, par rapport à soi en tant que sine qua non d’une existence significative et engagée1.

Sans authenticité, nous nous sentons coupés de notre vrai moi (ou de nous-mêmes pour ceux d’entre nous avec de multiples facettes de qui nous sommes vraiment), perdus dans le doute et remettant en question nos propres actions. Cette « mauvaise foi » en soi est associée à un manque d’estime de soi, un manque d’intégration et une susceptibilité à la dépression, à l’anxiété, aux difficultés relationnelles et à la lutte existentielle.

La recherche clinique sur l’authenticité répond aux attentes culturelles

La recherche soutient la reconnaissance intuitive et philosophique du rôle critique de l’authenticité dans le bonheur et la souffrance humains. Par exemple, l’authenticité s’est avérée être un prédicteur significatif de la santé mentale (Grijak, 2017) : l’inauthenticité était associée à des taux plus élevés d’anxiété et de dépression et l’authenticité à la santé mentale et au bien-être psychologique.

De même, l’authenticité atténue l’impact des facteurs de stress, notamment la solitude, l’abus d’alcool, les symptômes corporels, la dépression et l’anxiété (Bryan, Baker et Tou, 2015). Enfin, une étude sur des patients atteints de cancer a révélé qu’une plus grande authenticité était associée à une anxiété réduite face à la mort (Nazari et al., 2021)2.

Étant donné que l’authenticité est au cœur du développement, il est essentiel de nourrir le sens du « vrai » plutôt que du « faux » soi (Winnicott, 1960). Reportage dans la revue Psychologie psychanalytique, les chercheurs Goldner et ses collègues se sont concentrés sur la relation mère-fille dans le développement de l’authenticité des jeunes femmes. Ils ont examiné l’impact de la « parentification » maternelle et de l’« auto-silence » des filles qui en découlent sur leur sentiment d’authenticité.

Surtout dans les foyers en détresse, la parentification est un processus par lequel les parents sont incapables de garder des rôles et des limites appropriés avec les enfants ; ils recherchent un soutien affectif et matériel auprès de leurs enfants plutôt que de compter sur leurs propres ressources et celles des autres adultes et de la communauté. Des travaux antérieurs ont montré que la parentification des enfants est associée à une moins bonne santé mentale et à une moins bonne fonction relationnelle lorsqu’ils sont adultes.

Les enfants parentifiés se sentent souvent gratifiés, fiers d’être autosuffisants, à la fois spéciaux et pleins de ressentiment s’ils sont conscients des façons dont ils ont pu manquer les opportunités de développement offertes aux autres. De plus, les enfants parentifiés s’en sortent souvent en se taisant eux-mêmes, en gardant leurs pensées et leurs sentiments pour eux-mêmes face aux soignants qui répondent mal à leurs désirs et besoins.

La parentification dans la relation mère-fille

Pour rechercher comment la parentification et l’auto-silence influencent l’authenticité dans les relations mère-fille, Goldner et ses collègues ont interrogé plus de 200 adolescentes, âgées en moyenne de 15 ans. Les adolescentes ont rempli des questionnaires mesurant :

  • Parentification (Questionnaire de Parentification), via des réponses à des affirmations telles que « J’aide beaucoup mes frères ou sœurs dans leurs devoirs », « Je me sens souvent plus comme un adulte que comme un enfant dans ma famille ».
  • Séparation-individuation (Separation-Individuation Test of Adolescence), qui examine à quel point l’anxiété et la détresse sont associées à la perte de connexion avec les autres et à la peur d’être perdu ou « englouti » dans les autres.
  • Vrai contre faux soi (Questionnaire Vrai/Faux Self), en examinant dans quelle mesure les participants cachent qui ils pensent être afin de s’adapter aux autres, dans ce cas la mère (par exemple « J’ai peur qu’ils n’aimeront ou ne comprennent pas le moi’ », « J’agis ainsi pour leur faire plaisir »).
  • Authenticité (Échelle d’authenticité), en examinant trois aspects, notamment l’aliénation de soi, l’acceptation des influences extérieures et la vie authentique.
  • Se faire taire (Silencing the Self Scale), examinant quatre facteurs, notamment le silence de soi, la perception de soi extériorisée (en se concentrant sur ce que les autres pensent), les soins en tant qu’abnégation (liés aux soins compulsifs) et le soi divisé (le sentiment d’avoir deux ou plus parties de soi en conflit, par exemple la dissonance entre prendre soin des autres et honorer ses propres besoins et souhaits).

Les chercheurs ont découvert qu’une plus grande parentification prédisait une augmentation de l’auto-silence. De plus, l’impact de la parentification sur l’auto-silence a été amplifié par une plus grande séparation-détresse individuelle, probablement parce que garder le silence sur les besoins réels maintiendrait la relation ensemble en évitant les conflits. La difficulté avec la séparation-individuation des mères était associée à une authenticité réduite et à une augmentation des comportements faux-soi des filles par rapport aux mères.

Dans l’ensemble, l’auto-silence était le seul prédicteur d’une authenticité réduite, soulignant le rôle critique de la relation avec soi-même et la capacité d’un autodialogue sain représenté par l’ouverture à ses propres sentiments, pensées, désirs, besoins et aspirations valables.

Surmonter la parentification pour cultiver une autoparentalité saine

En fin de compte, les enfants parentifiés ont tendance à développer des dialogues intérieurs autocritiques, sont incapables de reconnaître ou d’exprimer leurs propres besoins ou désirs, et sont incapables d’entendre la voix de leur « enfant intérieur » – ou de répondre à cet enfant avec une auto-parentalité saine.

Sans la capacité de reconnaître et de poursuivre leurs propres besoins, et avec la stratégie interpersonnelle de privilégier les besoins des autres, les enfants parentifiés souffrent d’une satisfaction de vie diminuée, d’une santé mentale diminuée et d’une authenticité diminuée. Il n’est pas clair si les résultats s’appliquent à d’autres relations parentales, bien qu’il semble probable que des facteurs tels que la parentification et l’auto-silence affectent généralement l’authenticité pour les adultes et les enfants.

La recherche a des implications importantes pour la parentalité, la thérapie familiale et individuelle, et le développement personnel en général3. Reconnaître l’impact de la parentification tant pour les adolescents que pour les adultes est nécessaire pour la croissance thérapeutique. Comprendre comment les problèmes d’enchevêtrement conduisent à un sacrifice de soi excessif, y compris la tendance à utiliser des stratégies de faux-soi dans les relations, est une première étape utile.

Plus clairement, arrêter de se faire taire par soi-même est cruciale. S’écouter pleinement est une compétence qui fonde une solide conscience de soi, favorise l’authenticité et répare les divisions internes pour atteindre une plus grande fonction et satisfaction dans de nombreuses sphères différentes.