Les dangers et les inconvénients du temps passé devant un écran ont-ils été exagérés?

Rawpixel[dot]com / Shutterstock

Source: Rawpixel[dot]com / Shutterstock

Selon une revue systématique et une méta-analyse de 47 études réalisées par une équipe internationale, les avertissements sur les dangers de l’utilisation des médias numériques soi-disant «problématiques» ou de la dépendance à Internet peuvent être mal informés en raison de données de recherche erronées.

Cet article (Parry et al., 2021) a été publié le 17 mai dans la revue à comité de lecture
Comportement humain de la nature.
Avec la crise de réplication en cours, tous les matériaux nécessaires pour reproduire les résultats de cet article préenregistré sont disponibles via l’Open Science Framework.

L’objectif de Parry et al.était d’étudier dans quelle mesure les estimations subjectives autodéclarées de l’utilisation du temps d’écran correspondaient aux journaux non autodéclarés qui suivaient objectivement l’utilisation réelle des médias numériques par quelqu’un. Après avoir identifié et extrait 106 comparaisons basées sur des échantillons de 52 007 personnes, les chercheurs ont identifié des écarts importants entre la durée exacte de connexion des personnes sur divers appareils numériques et leurs estimations autodéclarées.

Les mesures autodéclarées du temps passé devant l’écran sont souvent des estimations peu fiables

Moins de 10% des données autodéclarées évaluées pour cette revue systématique et méta-analyse correspondaient à moins de 5% du temps réel passé à utiliser les médias numériques. Pris ensemble, les résultats suggèrent que 95% des études sur le temps d’écran estiment inexactement l’utilisation.

«Les auto-évaluations du comportement sont un indice de ce que les répondants croient faire – leurs perceptions de leur propre comportement – et pas nécessairement de ce qu’ils font réellement», Parry et al. Explique. « Le but de cette méta-analyse, par conséquent, est de développer une compréhension plus profonde de la validité convergente des mesures d’auto-évaluation pour l’utilisation des médias numériques. »

Des recherches antérieures sur la fiabilité des données autodéclarées (Schwarz et Oyserman, 2001) suggèrent que les limitations cognitives de la mémoire autobiographique font qu’il est très difficile pour les répondants de déclarer avec précision les comportements quotidiens fréquents et habituels qui se répètent d’innombrables fois au cours de la journée.

« Les écarts de temps d’écran mettent en évidence que nous ne savons tout simplement pas encore assez sur les effets réels (positifs et négatifs) de notre utilisation des médias », a déclaré le premier auteur Doug Parry de l’Université de Stellenbosch dans un communiqué de presse. « Les chercheurs, les journalistes, les membres du public et, de manière cruciale, les décideurs politiques doivent remettre en question la qualité des preuves lorsqu’ils considèrent la recherche sur les utilisations et les effets des médias. Nous ne pouvons plus simplement prendre les allégations d’effets néfastes au pied de la lettre. »

«Pendant des décennies, les chercheurs se sont appuyés sur des estimations de la façon dont nous utilisons diverses technologies pour étudier la façon dont les gens utilisent les médias numériques et les résultats potentiels que ce comportement peut entraîner. Nos résultats suggèrent qu’une grande partie de ce travail peut être sur des bases instables», a-t-il ajouté.

Parmi les autres chercheurs impliqués dans cette revue systématique et cette méta-analyse figuraient Brit Davidson de la University of Bath School of Management, Craig Sewall de l’Université de Pittsburgh, Jacob Fisher de l’Université de l’Illinois à Urbana-Champaign, Hannah Mieczkowski de l’Université de Stanford et l’Université de Stanford. de Daniel Quintana d’Oslo.

« Ces études très imparfaites exagèrent les relations entre l’utilisation des médias numériques et les résultats généralement négatifs, tels que les symptômes de santé mentale et les troubles cognitifs, ce qui explique bien sûr l’opinion générale selon laquelle les smartphones, entre autres technologies, sont mauvais pour nous, » Davidson dit dans le communiqué de presse.

« L’utilisation des médias et de la technologie est responsable de tout, de l’augmentation de la dépression et du suicide chez les adolescentes à une incidence plus élevée de trouble d’hyperactivité avec déficit de l’attention (TDAH) et de violence », a-t-elle ajouté. «Si nous voulons enquêter correctement sur les préjudices, nous devons d’abord nous attaquer aux hypothèses sur le temps d’écran et démêler la façon dont les gens utilisent réellement leurs téléphones ou d’autres technologies d’intérêt.

Des données auto-déclarées inexactes peuvent présenter des risques de sur-gonflage des téléphones intelligents

Certains chercheurs ont émis l’hypothèse que l’invention et l’utilisation généralisée des téléphones intelligents du 21e siècle – vendus pour la première fois par Apple Inc. le 29 juin 2007 – pourraient avoir «détruit une génération». D’un autre côté, d’autres (Orben, 2020) remettent en question la validité de ces préoccupations exagérées et postulent que les parents tout au long de l’histoire moderne ont craint les conséquences de nouvelles inventions sur leurs enfants dans le cadre du «cycle sisyphe. Des paniques technologiques».

Dans son récent article (2020), Amy Orben de l’Emmanual College de l’Université de Cambridge souligne «comment le cycle de Sisyphe de la technologie panique contrecarre le rôle positif de la psychologie dans la direction du changement technologique et le besoin omniprésent d’améliorer la recherche et les approches politiques des nouvelles technologies».

Elle déclare également: « Pour s’assurer que la psychologie ne devienne pas complice d’un cycle sisyphe interminable de paniques technologiques, le domaine de la recherche doit reconnaître la nécessité d’un changement radical. »

Se fier moins aux données autodéclarées pour mesurer l’utilisation des médias numériques pourrait être l’un de ces changements radicaux.

Pour ce qui est de briser le cycle sisyphéen des paniques technologiques, une autre nouvelle étude (Vuorre, Orben et Przybylski, 2021) portant sur 430000 adolescents aux États-Unis et au Royaume-Uni a révélé que l’engagement actuel de la technologie numérique n’est pas plus nocif pour la santé mentale des adolescents d’aujourd’hui que regarder la télévision était pour les jeunes dans les années 1990. Une équipe de chercheurs de l’Université d’Oxford a publié ces résultats le 3 mai dans la revue à comité de lecture
Science psychologique clinique
.

«Si nous voulons comprendre la relation entre la technologie et le bien-être aujourd’hui, nous devons d’abord revenir en arrière et regarder les données historiques – aussi loin que lorsque les parents étaient inquiets, trop de télévision donnerait à leurs enfants les yeux carrés – pour apporter le contemporain les inquiétudes que nous avons concernant les nouvelles technologies au centre de l’attention », a déclaré le premier auteur Matti Vuorre, chercheur postdoctoral à l’Oxford Internet Institute, dans un communiqué de presse.

«À mesure que de plus en plus de données s’accumulent sur l’utilisation par les adolescents des technologies émergentes, notre connaissance de celles-ci et de leurs effets sur la santé mentale deviendra plus précise», a ajouté le co-auteur Andy Przybylski. « Nous avons besoin de collaborations plus transparentes et crédibles entre les scientifiques et les entreprises technologiques pour débloquer les réponses. Les données existent au sein de l’industrie technologique; les scientifiques ont juste besoin de pouvoir y accéder pour une enquête neutre et indépendante. »

«Bien que nous ayons trouvé peu de preuves suggérant que la technologie devient de plus en plus nuisible au fil du temps, nous notons que les données accumulées par les plates-formes Internet et de médias sociaux sont nécessaires pour examiner ces possibilités», Vuorre et al. conclure plus rigoureusement. « Nous espérons qu’une science transparente et solide émergera en collaboration avec les parties prenantes de l’industrie pour mieux élucider les rôles changeants de la technologie dans la vie des jeunes. »

Les références

Douglas A. Parry, Brittany I. Davidson, Craig JR Sewall, Jacob T. Fisher, Hannah Mieczkowski, Daniel S. Quintana. « Un examen systématique et une méta-analyse des écarts entre l’utilisation des médias numériques enregistrée et autodéclarée. » Comportement humain de la nature (Première publication: 17 mai 2021) DOI: 10.1038 / s41562-021-01117-5

Matti Vuorre, Amy Orben, Andrew K. Przybylski. « Il n’y a aucune preuve que les associations entre l’engagement des adolescents dans la technologie numérique et les problèmes de santé mentale se sont accrues. » Science psychologique clinique (Première publication: 3 mai 2021) DOI: 10.1177 / 2167702621994549

Amy Orben «Le cycle sisyphe des paniques technologiques». Perspectives sur la science psychologique (Première publication en ligne: 30 juin 2020) DOI: 10.1177 / 1745691620919372