Les enfants font bien s’ils le peuvent

Amanda Kain/Harper

Source : Amanda Kain/Harper

Ross Greene est un psychologue clinicien qui a travaillé avec certains des enfants les plus difficiles au monde, ceux des centres de détention pour mineurs et des unités psychiatriques pour patients hospitalisés. Il a également travaillé avec des familles et des écoles luttant pour gérer des enfants et des adolescents incontrôlables, et a fait partie des facultés de la Harvard Medical School, de Virginia Tech et de l’Université de technologie de Sydney.

Une méthode qui fonctionne avec les enfants difficiles

Dans L’enfant explosif : une nouvelle approche de la compréhension et de la parentalité Des enfants facilement frustrés et chroniquement inflexibles, Greene décrit une approche qui s’est avérée efficace même avec les enfants les plus troublés et les plus gênants : des solutions collaboratives et proactives. Dans ce livre sage, pratique et compatissant, il décrit son modèle fondé sur des preuves pour aider les enfants à dépasser les comportements concernant.

Ce n’est pas parce qu’ils sont paresseux, en quête d’attention ou mauvais

Le fondement de cette approche consiste à se rendre compte que les enfants réussissent bien quand ils le peuvent, que les enfants dont le comportement est problématique ne sont pas paresseux, contrôlants, provocateurs, en quête d’attention, manipulateurs ou tout autre jugement fréquemment utilisé à leur sujet. Au lieu de cela, ils ont des déficits de compétences. Ils ont besoin d’aide pour acquérir certaines des compétences de base qui viennent plus facilement aux autres enfants, notamment la flexibilité, l’adaptabilité, la tolérance à la frustration et la résolution de problèmes.

Tout est question de déficits de compétences

Comprendre qu’il s’agit de déficits de compétences transforme une situation de conflit pouvant s’aggraver (l’enfant se comporte mal, les parents critiquent ou réprimande, l’enfant réagit mal à cela, le parent se met en colère, etc.) en une opportunité d’apprentissage. Lorsqu’un parent se pose la question : « Quelles compétences mon enfant a-t-il besoin d’aide qui l’empêchent de bien faire les choses ? » au lieu de « Comment faire pour que mon enfant se comporte mieux ? » c’est un changeur de jeu. Le parent et l’enfant peuvent commencer à travailler ensemble pour une meilleure autorégulation, moins de stress et plus d’harmonie familiale, en plus d’interactions plus réussies et plus satisfaisantes à l’école et partout ailleurs.

Dans L’enfant explosif, Ross Greene utilise des études de cas pour montrer comment les choses peuvent mal tourner entre parents et enfants, et comment les parents peuvent travailler lentement et patiemment pour renverser la vapeur. Il n’édulcore pas les défis et les chagrins impliqués, mais son ton et son message sont fortement positifs et rassurants. Il décrit en détail comment les parents peuvent commencer à travailler de manière proactive et collaborative avec leur enfant pour trouver et résoudre les problèmes qu’ils rencontrent.

« Perdre un ennemi et gagner un partenaire pour la résolution de problèmes »

Lorsque les parents montrent à leur enfant qu’ils sont aussi investis pour s’assurer que les préoccupations de l’enfant sont prises en compte que pour s’assurer que leurs propres besoins sont pris en compte : « C’est ainsi que vous perdez un ennemi et gagnez un partenaire qui résout les problèmes. C’est comme ça qu’on passe d’adversaire à coéquipier. Greene explique également dans ce livre comment gérer les problèmes avec les frères et sœurs et l’école, en montrant comment le modèle de solutions collaboratives et proactives fonctionne également dans ces situations.

Greene est aussi compatissant avec les parents qu’il le recommande lorsqu’il s’agit d’enfants difficiles, les rassurant que même s’ils ont tout fait de travers jusqu’à présent, ils peuvent commencer dès aujourd’hui à faire mieux. À partir d’un lieu d’expérience réelle avec des enfants et des adolescents gravement en difficulté, il observe sans équivoque que les enfants sont résilients, déclarant qu’« ils reviennent si nous commençons à faire la bonne chose ».