Les limites de la moralité dans l’explication et la résolution des conflits

L’une des enquêtes psychologiques persistantes implique l’effort de découvrir des règles mentales expliquant et déchiffrant les conflits dans l’interaction humaine. Les gens ont tendance à utiliser la moralité ou certaines croyances normatives pour expliquer et gérer les conflits humains (par exemple, Wheeler et Laham, 2016). En particulier, cette approche morale considère la cause psychologique du conflit ou du désaccord dans les processus interpersonnels ou intergroupes comme engendrée par la déviance d’un côté (généralement des autres) par rapport aux normes morales du bien et du mal. Par conséquent, la solution psychologique du conflit consiste à transmettre des messages moraux aux opposants au sujet de leurs violations éthiques dans l’espoir que les contrevenants acquerront une nouvelle conscience morale et assumeront la responsabilité de discerner et de rectifier leurs attitudes ou leur comportement.

Cependant, les individus semblent capables d’annuler les jugements moraux des autres

Par exemple, une étude récente de Wang et Inbar (2020) a montré que les politiciens du Congrès américain ont largement utilisé des langages moraux identiques ou similaires (y compris cinq groupes de concepts moraux fondamentaux: attention, équité, loyauté, autorité et sainteté) plusieurs décennies, bien que les rivaux aient des attitudes polarisées ou des opinions tribales et des intérêts politiques concernant les problèmes.

Dans le domaine public, l’échange intensif d’accusations et de reproches moraux via une variété de médias au cours de l’année écoulée n’a apparemment pas clos la profonde dissension entre les gens à travers le spectre politique. Une enquête menée par PEW (novembre 2020) a révélé que les Américains étaient polarisés sur diverses questions, notamment les soins de santé, la migration, la pandémie et la direction du pays.

De plus, malgré la persuasion morale des expéditeurs ou la condamnation des destinataires, certaines personnes trouvent qu’il est facile de rationaliser ou même de justifier les actes répréhensibles ou les fautes de l’accusé (y compris le déni de responsabilité, trouver des excuses, blâmer les autres / situations pour leurs transgressions). Par exemple, les étudiants qui trichent se considèrent toujours comme moralement justes (Edutopia.org). Même les criminels sont connus pour utiliser les techniques de neutralisation pour justifier leurs délits odieux. Il est évident que les gens possèdent divers mécanismes de défense compatibles avec leurs propres croyances et standards normatifs.

Les exemples ci-dessus indiquent que bien que les avocats moraux considèrent leurs messages comme objectivement valides pour permettre aux destinataires de discerner et de modifier leurs aberrations, le contenu moral est en fait interprété individuellement en ce qui concerne leur validité par rapport aux problèmes ou à la conduite visés. Les jugements moraux sur les autres semblent sans effort, mais ce qui est facile pour vous est également facile pour l’adversaire de faire de même. Les autres ne sont pas des récepteurs passifs de vos jugements moraux. En fait, ils sont capables d’invalider vos communications en réciproquant des jugements moraux ou autres.

A lire aussi  Vous voulez l'aura d'un compétiteur coriace ? N'agissez pas trop modestement

Comment la cognition ou les représentations mentales de la réalité médiatisent et restreignent les effets des croyances morales

À savoir, les gens éprouvent des conflits ou des frustrations dans l’interaction humaine, parce qu’ils ont utilisé la réalité mal perçue comme guide pour leurs engagements. En d’autres termes, plus la cognition des plus précis représente ou correspond à la réalité et ils agissent en conséquence, moins ils connaîtront de conflit (Sun, 2019). En effet, plus nous comprenons avec précision la réalité en évolution, qui comprend les mondes physiques et sociaux, les contextes et les systèmes mentaux les uns des autres et leurs opérations, plus nous nous unirons probablement à des ressources telles que des opportunités et des individus de bon augure; et pendant ce temps, pour échapper ou transformer les difficultés situationnelles et les personnes incompatibles. Par conséquent, nous pouvons répondre à nos besoins en matière de sécurité, de développement physique, mental, social, interpersonnel, intellectuel, de relations et dans d’autres domaines (par exemple, Sun, 2019). Néanmoins, les gens négligent souvent le facteur sous-jacent de la façon dont leur esprit déforme la réalité; au lieu de cela, ils attribuent à tort leur expérience d’invalidation dans divers contextes à la violation des règles morales fondées sur des valeurs concernant le bien et le mal.

La réalité perçue intervient et limite les effets des jugements moraux de trois manières:

Premièrement, selon Piaget et Kohlberg, parvenir à un véritable raisonnement moral avancé n’est possible qu’en obtenant des représentations mentales plus complexes et plus précises de la réalité humaine, y compris la compréhension des relations réciproques des individus avec les autres, la communauté et la société, et les intentions des autres.

Deuxièmement, les évaluations morales, les justifications et les décisions des individus reposent souvent sur l’hypothèse erronée que ce qu’ils savent des sujets et des personnes concernées est complet et exact. Ils choisissent des faits, mais ce qu’ils peuvent sélectionner est contrôlé par ce qui est disponible dans leurs spectres cognitifs concernant la réalité pertinente, qui comprend des faits présumés liés aux problèmes cibles, aux contextes en évolution, aux cognitions, aux motivations, aux besoins, aux sentiments, aux attentes et aux attentes des uns et des autres. comment et pourquoi ils traitent, interprètent et réagissent aux messages des autres. Une fausse représentation de ces faits entraînera une erreur des jugements moraux connexes.

Troisièmement, les croyances et les connaissances des individus sur la réalité changeante (les mondes physique et social, les contextes interpersonnels, les structures et processus mentaux individuels) sont, dans une certaine mesure, toujours déformées et incomplètes. Les gens peuvent minimiser les conflits vécus en discernant constamment et en comblant un décalage entre l’esprit et la réalité. Cependant, trois facteurs peuvent produire ou exacerber les cognitions déformées des individus sur la réalité. Ils comprennent: (1) les limitations cognitives individuelles telles que des expériences d’apprentissage insuffisantes, des capacités linguistiques limitées, un biais de confirmation, des intérêts politiques et la conviction que ce qu’ils savent sur la base de catégories apprises représente une compréhension complète du monde humain. Cette croyance est fausse, car la recherche a montré que la catégorisation sociale, bien que pratique, sert de source de préjugés, de sur-généralisation et de stéréotype (par exemple Fiske et Taylor, 2008): (2) Désinformation ou désinformation accompagnée de l’absence d’informations concurrentes, et (3) Interactions humaines non authentiques qui empêchent les participants de discerner et de réviser ou de falsifier des cognitions déformées les uns des autres.

A lire aussi  La guerre en Ukraine : un pôle d'attraction pour les trafiquants d'êtres humains

Ce n’est qu’en rencontrant une nouvelle réalité que les individus peuvent réviser leur connaissance de la réalité. Les jugements moraux, cependant, sont impuissants à les faire agir et penser au-delà de leurs niveaux cognitifs actuels. En effet, les jugements fondés sur des valeurs sur le bien ou le mal ne peuvent pas dire aux individus si l’information est vraie ou fausse, et l’utilisation de jugements bons ou faux ne peut pas non plus déterminer les lois régissant le comportement humain.

C’est un processus ardu pour une société ou un individu d’obtenir une nouvelle cognition et de comprendre l’évolution de la réalité, car découvrir une nouvelle réalité implique de découvrir de véritables multiples dimensions des problèmes cibles en observant, en collectant et en analysant des données ou des faits testables et vérifiables et c’est un processus sans fin. traiter.

Trois raisons pour lesquelles les croyances morales sont mal interprétées comme cognition de la réalité

Premièrement, contrairement au processus de découverte d’une nouvelle réalité externe, l’application des règles morales semble beaucoup plus facile parce que les percepteurs peuvent atteindre un sentiment de certitude sur le monde en comparant simplement les problèmes cibles avec leur norme bidimensionnelle interne du bien ou du mal.

Deuxièmement, le mot «vérité» est souvent associé sémantiquement à certaines doctrines religieuses ou morales. Cette confusion s’est également produite dans la littérature psychologique. Par exemple, les recherches sur la question des préjugés ont tendance à utiliser le terme «préjugé» pour désigner des cas de déformation de la réalité et de violation des normes normatives. Comme le suggère l’analyse de Sun (1993), la violation des croyances normatives et les fausses perceptions de «ce qui est» sont deux types différents de préjugés. L’utilisation d’une valeur morale ou d’un principe de justice (ce qui devrait être) est incapable de rectifier le préjugé en tant que type de distorsions cognitives de la réalité, parce que les normes morales ne peuvent pas déterminer l’inexactitude de la cognition.

A lire aussi  Ne laissez pas les fantômes vous hanter

Troisièmement, l’utilisation des croyances morales et l’utilisation de la cognition de la réalité dans la régulation des interactions mentales et interpersonnelles peuvent correspondre respectivement aux stades bas et haut du développement individuel. Par exemple, l’une des idées de Freud suggère que le surmoi (règles morales intériorisées des parents et d’autres figures d’autorité) en tant que régulateur interne est dominant au stade précoce du développement, alors que l’ego qui fonctionne sur le principe de réalité en tant que régulateur indique la maturité mentale dans l’âge adulte. Concernant la société humaine en tant que système de développement, August Conte considère également le progrès sociétal comme défini par trois étapes évolutives concernant la source de la connaissance: du stade théologique fondé sur les valeurs, au stade métaphysique et au stade positif ou scientifique dans le monde moderne. la société, où de nouvelles connaissances et de nouveaux paradigmes sont générés par l’observation de la réalité en évolution, des méthodes scientifiques, des expériences et des comparaisons.

Comprendre les distinctions entre les croyances morales et la connaissance de la réalité est important, parce que certaines personnes dans l’histoire avec des convictions et des intentions morales ont traité ce qui est vrai comme «faux». De l’incendie de documents écrits dans l’Empire romain il y a 2000 ans pour persécuter Galilée et Giordano Bruno, et aux révolutions culturelles désastreuses dans plusieurs nations à l’époque contemporaine, il y a toujours des personnes qui peuvent trouver une justification morale pour supprimer et exclure tous les faits et idées jugées moralement ou idéologiquement nuisibles ou intolérables.

En résumé, bien que les croyances morales jouent un rôle important dans l’autorégulation, elles ont des limites pour expliquer les conflits humains. Cette analyse examine les conflits humains dans une perspective qui considère les individus comme les systèmes cognitifs opérant à des degrés divers de conscience de soi et des autres et des mondes physique et social. Pour reprendre les termes de Capra (2000), tous les concepts ou catégories que nous utilisons pour décrire le monde et réguler nos activités font partie de la carte et non du territoire. Les gens vivent des conflits parce qu’ils considèrent ce qui est faux ou partiellement vrai comme étant complètement vrai et utilisent la croyance comme ligne directrice pour les interactions. Cependant, la conscience de la réalité de chaque personne est évolutive et évolutive dans l’interaction avec la nouvelle réalité.