Les personnes en relations ouvertes sont-elles plus heureuses ?

Le mariage n’est plus ce qu’il était. Pendant la majeure partie de l’histoire de l’humanité, le mariage était considéré comme un arrangement économique dans lequel le mari et la femme remplissaient des obligations spécifiques centrées sur l’éducation des enfants et le maintien des biens familiaux. Au 19ème siècle, la notion de mariage par amour était considérée comme l’idéal, et au 20ème, c’était la norme.

Au 21e siècle, cependant, nous attendons encore plus de nos mariages. Nous voulons que notre conjoint soit notre âme sœur, la seule personne au monde qui réponde à tous nos besoins sociaux, émotionnels et sexuels.

Fournir « de l’oxygène » à un mariage « étouffant »

Selon le scientifique relationnel Eli Finkel, nous attendons tellement d’une seule personne que nous finissons par « étouffer » le mariage. Lorsque notre « âme sœur » ne parvient pas à répondre à l’un de nos besoins, nous sommes perdus car nous n’avons personne d’autre vers qui nous tourner. Pour donner plus d’oxygène à nos mariages, nous devons compter davantage sur d’autres personnes pour nous servir de compagnons et de confidents. Mais que se passe-t-il lorsque notre partenaire ne veut pas ou ne peut pas répondre à nos besoins sexuels ?

Les relations intimes commencent avec des niveaux élevés de désir sexuel pour les deux partenaires, mais après quelques années, ce désir brûlant se transforme en la lueur chaleureuse de l’attachement. À ce stade, un partenaire – généralement mais pas toujours le mâle – veut beaucoup plus de relations sexuelles que l’autre. Certains couples parviennent à négocier un compromis convenable, mais souvent la fréquence des rapports sexuels est déterminée par le partenaire à faible désir, laissant l’autre perpétuellement frustré.

Si les partenaires peuvent répondre à d’autres besoins psychologiques en dehors du mariage, ils devraient également pouvoir sortir de la relation pour répondre à leurs besoins sexuels. C’est la logique derrière la non-monogamie consensuelle, dans laquelle les couples mariés s’autorisent mutuellement à prendre des partenaires sexuels supplémentaires. Mais les personnes en relations ouvertes sont-elles plus heureuses que leurs homologues monogames ? C’est la question que la psychologue de l’Université York (Toronto) Amy Muise et ses collègues ont explorée dans une étude publiée dans le Journal des relations sociales et personnelles.

La dynamique de la non-monogamie consensuelle

En discutant de la non-monogamie consensuelle, ou CNM en abrégé, nous devons faire la distinction entre la relation primaire, qui fait référence aux deux partenaires d’origine dans une relation engagée, et la relation secondaire que chaque partenaire construit avec ses amants extraconjugaux. CNM se décline en trois variétés :

  • Mariages ouverts. Chaque partenaire peut prendre un ou plusieurs partenaires sexuels, généralement selon un ensemble de règles convenues à l’avance. En règle générale, les partenaires principaux ne socialisent pas avec les partenaires secondaires les uns des autres.
  • Balançant. Les couples échangent leurs partenaires avec un ou plusieurs autres couples pour la soirée, mais ils rentrent généralement à la maison ensemble. Les partenaires primaires et secondaires se connaissent tous, mais les relations sexuelles extraconjugales ne se produisent que dans des situations d’échangisme spécifiées.
  • Polyamour. Ceci est similaire à un mariage ouvert, sauf que les partenaires primaires et secondaires se connaissent et se socialisent. Certains praticiens forment même des familles poly étendues appelées « polycules ».

Les praticiens vantent les vertus de la CNM, et les recherches du début des années 1980 suggèrent qu’une relation secondaire peut augmenter la satisfaction dans la relation primaire. Néanmoins, tant le public profane que les spécialistes des relations ont souvent des attitudes négatives à l’égard de cet arrangement.

Ce que la recherche nous dit

Muise et ses collègues ont interrogé plus de 1 000 personnes dans des relations CNM. Ces répondants ont indiqué dans quelle mesure leur partenaire principal et secondaire répondait à leurs besoins sexuels. Ils ont également indiqué une satisfaction sexuelle et relationnelle pour les deux partenaires.

L’étude a abouti à trois conclusions principales. Premièrement, lorsque les personnes dans les relations CNM étaient sexuellement épanouies par leur partenaire principal, elles rapportaient également une plus grande satisfaction de leur relation secondaire. Cette découverte suggère qu’au moins certains praticiens du CNM ne recherchent pas de relations secondaires pour compenser les lacunes de leur relation primaire. Au contraire, ils le font pour élargir leur expérience sexuelle de manière plus générale.

Deuxièmement, les hommes qui étaient plus épanouis sexuellement par leur partenaire secondaire ont également indiqué qu’ils étaient plus satisfaits en général de leur relation principale. Cette constatation appuie l’idée que « décharger » le sexe vers une relation secondaire peut libérer le partenaire principal pour répondre à d’autres besoins, tels que la compagnie et le soutien émotionnel. Cependant, il est important de noter que seuls les hommes ont bénéficié de cette façon.

Sans aucun doute, ce modèle est apparu parce que les hommes ont généralement des pulsions sexuelles plus élevées que les femmes. Ainsi, l’ouverture du mariage leur offrait d’autres moyens de répondre à leurs besoins sexuels et, par conséquent, ils étaient plus satisfaits des autres types de soutien que leurs épouses leur fournissaient. Il se pourrait que les femmes ayant des pulsions sexuelles plus élevées que leurs maris puissent également bénéficier d’un exutoire sexuel alternatif.

Troisièmement, les femmes qui étaient plus épanouies sexuellement par leur partenaire secondaire ont indiqué moins de satisfaction sexuelle dans leur relation principale. Il est important de garder à l’esprit que ces données sont de nature corrélationnelle, il n’est donc pas clair ce qui cause quoi. Il se peut qu’une fois qu’une femme trouve un amant épanouissant, elle réalise à quel point son mari est décevant au lit. Cependant, je pense qu’il est plus raisonnable d’interpréter cette association dans le sens inverse. À savoir, les femmes (comme les hommes) recherchent des partenaires secondaires précisément parce qu’elles sont sexuellement insatisfaites dans leur relation principale.

La non-monogamie consensuelle vous convient-elle ?

Dans l’ensemble, ces résultats soutiennent l’idée que la non-monogamie consensuelle peut fournir « de l’oxygène » pour les mariages « étouffants ». Lorsque le désir sexuel s’effondre dans les relations établies, le partenaire ayant la libido la plus élevée peut répondre à ses besoins sexuels avec un partenaire secondaire, libérant le partenaire principal pour qu’il fournisse davantage ce qu’il fait le mieux : la compagnie et le soutien émotionnel. En supprimant l’obligation de satisfaire les besoins sexuels de votre partenaire, vous réduisez le stress dans le mariage et permettez à des émotions plus positives de prévaloir.

Alors que le CNM confère des avantages à beaucoup de ceux qui le pratiquent, il existe également des difficultés considérables à surmonter, ce qui rend difficile pour de nombreuses personnes d’y parvenir. La plus évidente d’entre elles est la jalousie, qui doit être remplacée par vos propres sentiments de bonheur pour le bonheur de votre partenaire, une expérience émotionnelle connue sous le nom de « compression ». Et enfin, les praticiens du CNM doivent être compétents en communication, car les règles de base doivent être clairement établies à l’avance et rien ne peut être secret ou caché. Pour ceux qui peuvent sauter ces obstacles, la non-monogamie consensuelle peut être une expérience revigorante.