Plaisir et douleur | La psychologie aujourd’hui

J. Kruegere

Plus que content

Source: J. Kruegere

¡Gracias a la vida, que me ha dado tanto! – Violeta Parra

Ulysse, “ homme aux multiples appareils ” (polytropos), avait la plupart de ses aventures épiques derrière lui 3 ans après avoir quitté Troie. Puis, tous ses navires ayant coulé et tous ses amis morts, il se retrouve sur l’île d’Ogygie, seul avec la déesse Calypso, ‘elle qui cache,’ Pendant 7 ans, il aspire à sa maison, Ithaque, et il crie aux dieux à l’aide. Zeus envoie Hermès pour demander à Calypso de laisser partir Odysseus. Elle ne le prend pas bien, au début, car elle aime Ulysse et elle lui avait promis la vie éternelle (et l’amour) en sa séduisante compagnie. Odysseus, insistant et soutenu par les plus grands cuivres olympiques, l’emporte. Calypso lui fait un vêtement et lui permet de construire un radeau, mais non sans l’avertir que s’il connaissait seulement les ennuis et les chagrins que le destin lui réservait, il pourrait mieux penser à son plan.

Il y a beaucoup de psychologie ici, la question centrale étant de savoir pourquoi Ulysse choisit la façon dont il le fait. Il est facile de moraliser l’histoire et de conclure que manquer sa famille et ressentir la responsabilité de la rejoindre sont des instincts vertueux, si nobles, en fait, que la béatitude éternelle dans la version de l’âge du bronze du Club Med ne peut les émousser. Moralité 1: Hédonisme 0. Critiquant les récits occidentaux reçus, Horkheimer et Adorno (2002/1944) considéraient l’Odyssée comme un récit ethnographique de la montée du patriarcat, où l’institution du mariage bourgeois vient ancrer la société. Ils affirment que «la femme reste impuissante en ce que son pouvoir ne lui est transmis que par l’intermédiaire de son mari. Quelque chose de cela se reflète dans la défaite de la déesse courtisane de l’Odyssée [Calypso], tandis que le mariage pleinement évolué avec Penelope, [. . .], représente une étape ultérieure dans la structure objective des arrangements patriarcaux »(p. 56). Penelope, la ménagère dévouée, l’emporte sur la déesse courtisane, mais sa victoire est vaine. Il faut se soumettre à son mari réintégré.

Peut-être qu’Ulysse choisit de quitter l’île d’Ogygie pour des raisons de véritable aspiration et d’amour uxorieux. Là encore, il a passé 10 ans aux portes de Troie, intriguant et luttant pour saccager la ville sans céder pour un retour rapide à Ithaque. Peut-être alors sa vraie raison de son retour à la maison est-elle un désir de réaffirmer son pouvoir de roi et de paterfamilias. Il n’y a rien dans l’Odyssée pour réfuter directement cette idée. Il existe cependant une explication alternative: Ulysse s’ennuie! Chaque jour avec le magnifique Calypso est, après tout, à peu près le même: des délices sensuels le matin, des fruits de mer frais, suivis de délices plus sensuels l’après-midi, À l’infini et à satiété.

Des décennies de recherche ont montré que les humains et d’autres organismes (même les moisissures visqueuses sans neurones; Boisseau et al.2016) s’habituent à une stimulation constante et s’adaptent à leurs circonstances. Théorie du niveau d’adaptation (ALT, Helson, 1947) donne une expression mathématique à la relativité de l’expérience subjective. Les organismes réagissent principalement aux changements de stimulation. Une stimulation inchangée devient rapidement non informative. Nous cessons d’en tirer une augmentation. Bien qu’Ulysse sache que les plaisirs d’aujourd’hui se renouvelleront demain, à quoi ça sert? En fin de compte, il peut en venir à voir la valeur même dans les épreuves et les souffrances, car cela lui dit qu’il est vivant et en évolution, et, avec les douleurs vaincues, il (et ensuite Homer) auront une bonne histoire à raconter (est-ce qu’ils ont jamais!) .

A lire aussi  Les étudiants universitaires sont plus diversifiés que jamais

La plupart d’entre nous n’arrivent pas à faire des choix là où une option inclut l’immortalité et la félicité éternelle. Nous vivons dans un monde fini. Le principe de base de l’hédonisme est que nous recherchons le bonheur en maximisant le plaisir et en minimisant la douleur. Dans l’ensemble, la plupart d’entre nous vivent selon cette règle de fer; cela nous aide à apprendre, à survivre et à laisser les descendants derrière nous pour recommencer. Nous avons cependant des sensibilités et des sensibilités supplémentaires qui vont au-delà de la simple sommation de tous les plaisirs (+) et douleurs (-). Une propriété supplémentaire de l’expérience est que les événements hédoniques peuvent différer par leur intensité et leur fréquence. Il peut y avoir un superbe moment de bonheur ou plusieurs petits plaisirs totalisant la même valeur d’échelle hédonique totale, et de même pour les douleurs. Une autre propriété est la séquence des expériences. Le plaisir précède-t-il la douleur ou vice versa?

J. Krueger

scénarios de plaisir et de douleur

Source: J. Krueger

Mes étudiants collaborateurs Anna Cohenuram, Erin Gresalfi, Zachary Mulligan et Tanushri Sundar, et moi avons créé 6 scénarios simples, chacun montrant un cours différent d’une semaine de plaisir / douleur qu’une personne pourrait ressentir. Le schéma de gauche montre les scénarios. Le plaisir est indiqué par des colonnes vertes et la douleur par des colonnes rouges. Une colonne mesure 1 ou 5 points de hauteur ou de profondeur. La somme totale sur les 6 jours est de 0 dans chaque scénario. Nous avons demandé à 260 étudiants d’un cours sur le bonheur de classer les scénarios selon leur désir ou leur attractivité, 1 étant le meilleur et 6 le pire. L’hédonisme simple fournit l’hypothèse nulle. Si seule la somme totale importait, les classements moyens seraient statistiquement les mêmes, oscillant autour de 3,5.

Cette hypothèse nulle n’a pas bien fonctionné. Comme le montre le graphique de gauche, les classements moyens variaient de plus de 2,5 points, du plus bas (meilleur) au plus élevé (pire). Un examen plus attentif de la commande révèle des modèles intéressants. Le premier principe de différenciation est l’ordre. Les 3 principaux scénarios ont une chose en commun. Le plaisir suit la douleur. Leur rang moyen est de 2,66, ce qui est statistiquement inférieur (meilleur) que le rang moyen attendu (hypothèse nulle) de 3,5, t(779) = 15,85, [the standardized effect size] = 0,57. Cette découverte reproduit un phénomène bien connu selon lequel les gens se souviennent des épisodes par la manière dont ils se terminent (Redelmeier et Kahneman, 1996). Nos répondants ont préféré les séquences hédoniques qui se terminent par le plaisir. La séquence la plus populaire est également cohérente avec les prédictions d’ALT. Une fois que la douleur intense mais brève est passée, chaque jour apporte un peu de plaisir. L’adaptation génère une moyenne mobile, mais cette moyenne est mise à jour quotidiennement. Bien que ce soit un tapis roulant hédonique (Brickman & Campbell, 1971), il pourrait être préférable à un simple «tapis roulant». En effet, Brickman & Campbell se sont demandé si «l’adulte le plus heureux est celui qui a eu une enfance modérément malheureuse». Cependant, contrairement à leur affirmation selon laquelle le plaisir subjectif est une illusion parce qu’il est transitoire, ce n’est qu’un plaisir durable – ou chronique – qui est illusoire.

Le deuxième principe est une préférence pour le plaisir distribué (par opposition au plaisir court et intense) (scénarios 1 et 4 vs 2, 3, 5, 6), M = 2,87, t(519) = 8,34, = 0,37. Cette constatation soutient le Théorie gamme-fréquence (RFT) du jugement, selon lequel les plaisirs «renouvelables» l’emportent sur les plaisirs intenses mais éphémères (Parducci, 1965). Le dernier principe est une préférence pour les douleurs courtes et intenses par rapport aux douleurs fréquentes, quoique plus légères (1, 2, 4, 5 vs 3 et 6), M = 3,29, t(1039) = 4,03, = 0,12. Le troisième principe est le revers du second, à nouveau supportant RFT.

A lire aussi  Mes cheveux ont leur propre psychologie : un parcours personnel

Ces résultats se sont avérés comme ils le devraient parce que les théories du jugement psychophysique sont des modèles quantitatifs décrivant les modèles de données observées. Il y a des circonstances où ces théories font des prédictions concurrentes, mais le but de cet exercice n’était pas de faire une expérience cruciale. nous pouvez disent, cependant, que les scénarios se terminant sur une note de grand plaisir n’ont pas pris la première place, comme une interprétation stricte de Kahneman règle de pointe aurait pu prédire. Il n’est pas non plus vrai que seule la somme totale du bonheur compte, comme l’ont fait les premières théories, l’hédonisme. Finalement, nos répondants ont catégoriquement refusé de suivre le chemin de l’hédonisme impatient; ils ont rejeté les deux scénarios en commençant par un plaisir intense.

Ulysse a rejeté l’hédonisme illimité pour une vie finie, qui comprenait la souffrance ainsi que la joie. Certains disent que les joies de la vie sont douces parce qu’elles doivent être conquises (Russell, 1930) et parce qu’elles ne peuvent se répéter à volonté. Peut-être Ulysse, un homme de mythe, a-t-il prévu que la béatitude éternelle est la vraie dreadmill et cette vie éternelle ne peut pas se terminer sur une bonne note.