Pourquoi le non-attachement peut être la clé de votre succès

Je n’ai pas réalisé que j’étais attaché à mon identité de coureur jusqu’à ce que je me blesse. Je me souviens que le médecin m’a assis et m’a suggéré de faire de l’aquagym, de la marche ou du pilates. “Mais je suis un coureur !” Je pensais. J’étais tellement réticent à essayer d’autres formes de mouvement que j’ai passé quelques semaines sans bouger du tout parce que je refusais de me voir autrement que comme un « coureur ».

C’est là que réside le problème de l’attachement : vous devenez inflexible. Pour moi, mon attachement à être « un coureur » a fait obstacle à mes valeurs de mouvement et de soin de mon corps.

A quoi êtes-vous attaché ? Cela vous empêche-t-il de vivre de manière flexible ?

Pièces jointes courantes

On peut s’attacher à toutes sortes de choses. Par exemple, vous pouvez vous attacher à certains résultats, tels que le montant d’argent que vous gagnez, les abonnés sur les réseaux sociaux ou l’obtention de l’approbation de quelqu’un. Ou, vous pouvez vous attacher à votre corps – rester jeune, avoir les bons cheveux ou avoir un certain poids. Et vous vous attachez à des croyances – vos opinions politiques, le fait d’avoir « raison » ou même des croyances auto-limitantes sur vous-même.

En fin de compte, ce à quoi vous êtes attaché n’est pas l’élément matériel ou le résultat, mais votre sens de vous-même, votre ego, par rapport à cette chose. Par exemple, vous pouvez avoir l’impression que vous avez de la valeur si vous avez un certain titre au travail, ou croire que vous êtes aimable si votre corps a une certaine apparence.

Ce qui est délicat à propos de l’attachement à l’ego, c’est que nous n’en voyons souvent pas les conséquences jusqu’à ce que le sol tombe sous nos pieds. Comme Joseph Ciarrochi l’a partagé avec moi dans un podcast récent que j’ai fait avec lui sur le non-attachement : « Le problème avec l’ego, c’est que vous ne savez pas que vous l’avez jusqu’à ce qu’il soit écrasé ; jusqu’à ce que quelqu’un vous traite comme si vous n’étiez vraiment rien de spécial.

La pièce jointe peut ressembler à :

  • Souhaitant que les choses restent les mêmes
  • Se concentrer sur les résultats futurs
  • Définir votre valeur par votre travail, votre relation, des objets matériels ou votre corps
  • Être coincé dans des croyances rigides
  • Être incapable de voir plusieurs perspectives
A lire aussi  Revisiter Arieti sur la schizophrénie

La valeur du non-attachement

Le non-attachement vous permet de voir que vous êtes plus que vos réalisations ou vos biens matériels. Vous évoluez et changez constamment et êtes interdépendant avec le monde qui vous entoure. Lorsque vous pratiquez le non-attachement, vous pouvez mieux vous adapter aux changements inattendus, nouer des relations plus profondes et ressentir un sentiment plus profond d’estime de soi.

Le non-attachement peut également vous aider à mieux réussir dans ce que vous faites. Lorsque vous pratiquez le non-attachement, vous pouvez mieux encaisser les coups de la vie, vous connecter avec votre but et votre sens, et évoluer en prenant en compte les commentaires.

Soi en tant que contexte vs soi en tant que contenu

Le concept de non-attachement est au cœur de nombreuses traditions spirituelles. Dans le bouddhisme, l’attachement est considéré comme une source de souffrance dans les 4 Nobles Vérités. L’un des principes éthiques des 8 membres du yoga de Patanjali est Aparigraha, traduit par « non-avidité » et « non-attachement ». Dans le christianisme, il y a des enseignements sur le non-attachement dans l’évangile de Luc.

Dans la thérapie d’acceptation et d’engagement (ACT), le principe d’attachement est ancré dans la flexibilité psychologique. Lorsque vous pouvez observer les pensées, les sentiments et les croyances, vous êtes mieux à même de répondre efficacement aux demandes du moment, plutôt que de manière rigide aux règles de votre esprit, aux vieux schémas ou aux devoirs.

ACT fait une distinction entre « soi en tant que contenu » et « soi en tant que contexte ». Lorsque vous êtes pris dans le soi en tant que contenu, vous croyez que les histoires que votre esprit vous raconte sur qui vous êtes sont vraies et que vous les négligez. Par exemple, vous pouvez croire que vous êtes « bonne en maths et mauvaise en écriture » ou que vous êtes une « bonne mère ». Cependant, ce type d’attachement à l’ego peut vous envoyer sur le côté lorsque vous ne répondez pas à vos attentes ou que les circonstances changent. Qu’en est-il d’un moment où vous n’étiez pas aussi efficace avec vos enfants ? Ou de ce document que vous avez écrit et qui nécessitait beaucoup de modifications. • Lorsque vous êtes coincé dans l’auto-contenu, vous pouvez négliger les commentaires importants qui peuvent vous aider à apprendre.

Le soi en tant que contexte est une manière plus flexible de se voir. Plutôt que d’être rigidement attaché à l’ego, vous vous voyez comme contextuel. Vous êtes “bon en maths et mauvais en écriture” parfois. Tu es une “bonne mère” parfois. Le soi en tant que contexte vous permet de vous observer avec une conscience ouverte et de prendre plusieurs perspectives à la fois. Le soi en tant que contexte vous aide également à trouver un sens plus profond de soi qui transcende le temps, les objets matériels ou les rôles de la vie – un sens de soi qui est interconnecté avec le monde qui vous entoure et aussi uniquement avec vous.

A lire aussi  Qu'est-ce que la maladie du cœur vide ?

Comment cultiver le non-attachement avec le soi comme contexte

  1. Entraînez-vous à penser « parfois ». Vous savez que vous êtes pris dans l’ego lorsque vous commencez à croire des déclarations comme « je suis » ou « je ne suis pas » ou « je ne peux pas ». La prochaine fois que vous avez cette pensée, ajoutez la clause de non-responsabilité, “parfois”. Je suis un coureur, parfois. Je suis anxieux, parfois. Remarquez l’espace que vous obtenez de l’attachement à l’ego lorsque vous reconnaissez le contexte et l’impermanence. Lorsque vous êtes pris dans des histoires inflexibles telles que “je suis” ou “je ne peux pas”, vous finissez par chercher des preuves pour étayer votre point de vue (biais de confirmation) ou votre croyance devient une prophétie auto-réalisatrice parce que vous n’explorez jamais d’options ou prendre des risques. Essayez plutôt de penser «parfois» et voyez-vous comme plus que l’histoire que votre esprit crée.
  2. Voyez-vous comme interdépendant. Même si nous voulons croire au mythe selon lequel nous sommes autonomes et indépendants, les humains sont des créatures hautement sociales qui dépendent des autres pour survivre. Lorsque vous vous voyez interdépendant, vous reconnaissez que votre bien-être interagit avec le bien-être des autres. Choisir la coopération peut en fait conduire à de meilleurs résultats et à de meilleurs succès, même dans des environnements compétitifs comme le milieu universitaire. Plutôt que de rivaliser avec des amis, des collègues ou des frères et sœurs, essayez de collaborer avec eux et voyez si vous pouvez vivre un style de vie gagnant-gagnant au lieu d’un style de vie gagnant-perdant.
  3. Soyez ouvert aux commentaires. Si vous avez des croyances rigides sur vous-même et que vous fermez les idées des autres, vous êtes moins susceptible de grandir et de vous adapter avec le temps. La rétroaction est essentielle à l’apprentissage et souvent, lorsque les gens deviennent plus établis dans leur travail ou vieillissent, ils accordent moins d’attention à l’intégration de la rétroaction. Pratiquer le non-attachement implique de changer votre comportement lorsqu’il nuit à une autre personne, est inefficace ou ne correspond pas à vos valeurs et à votre objectif. Abandonnez l’attachement à avoir raison et demandez des commentaires sur la façon dont vous pouvez changer et grandir.
  4. Abandonnez-vous à la normale. Dans “Je suis normal et d’autres mensonges que nous nous disons”, Steven Hayes écrit qu’il n’y a pas de score “moyen” de santé mentale ou de QI. Notre concept de normalité est récent et il nie les différences individuelles entre les gens. Plutôt que d’essayer de vous comparer à une personne “normale”, comparez-vous à vous-même, en tant qu’individu unique. Êtes-vous un joueur de tennis plus fort que vous ne l’étiez l’année dernière ? Êtes-vous de plus en plus à établir des limites avec votre mère? Lâchez votre attachement à « l’idéal » et trouvez un moyen de « faire votre vie, à votre façon » comme le suggère Joseph Ciarrchi.
  5. Affinez votre calendrier. J’ai demandé à Joseph Ciarrochi comment pratiquer le non-attachement tout en travaillant sur un livre que je veux écrire. Il m’a recommandé de réduire mon échéancier à aujourd’hui et demain. Pendant une heure, concentrez-vous sur l’écriture de ce livre et rien d’autre, pas sur le résultat futur du livre, pas sur ce que vous avez écrit ou sur ce qu’il reste à écrire, juste sur le processus d’écriture. Souvent, lorsque nous sommes pris dans l’attachement, nous ne sommes pas non plus dans le moment présent. En réduisant votre temps à cette heure seulement, vous pouvez sortir de l’ego et entrer dans le processus.
  6. Ayez plusieurs points de vue. Lorsque vous êtes attaché à l’ego, vous ne voyez votre monde qu’à travers le prisme de l’histoire de votre ego. Essayez de regarder votre expérience sous de nombreux angles différents. Quel est le point de vue de vos collègues, de vos enfants, des étrangers, de quelqu’un avec qui vous n’êtes pas d’accord ou même de votre animal de compagnie ? En permettant de multiples perspectives, vous élargissez votre conscience au-delà de votre ego et voyez qu’il existe plusieurs points de vue, et que vous pouvez avoir plusieurs points de vue différents à la fois.
A lire aussi  Comment vous exciter : conseils pour une vie érotique