Quand il s’agit de perdre du poids, ce n’est pas seulement psychologique

Bien que de plus en plus de gens reconnaissent que l’industrie de l’alimentation est trompeuse, les programmes de perte de poids nous assurent toujours que manger certains repas préemballés et compter les calories conduira à une perte de poids.

Ces affirmations, cependant, négligent deux complexités importantes :

  1. Différents corps fonctionnent mieux à différents poids.
  2. Nos systèmes de réglementation uniques luttent pour nous maintenir à ces poids pour des performances optimales.

Théorie du point de consigne

La théorie des points de consigne suggère que chaque personne a un poids biologiquement prédéterminé (un « point de consigne ») où son corps fonctionne le mieux.1 Par conséquent, le corps de chaque personne s’efforce de les maintenir à leur point de consigne en modifiant divers systèmes biologiques; cela aide à réguler la quantité de nourriture qu’une personne mange et la quantité d’énergie qu’elle dépense en conséquence.

  Sean D/Unsplash

La théorie des points de consigne suggère que notre corps fonctionne mieux à un poids prédéterminé.

Source : Sean D/Unsplash

La théorie des points de consigne aide à expliquer pourquoi de nombreuses personnes, au fil du temps, regagnent le poids qu’elles ont perdu. Il clarifie également pourquoi les personnes souffrant de troubles de l’alimentation ne souffrent pas toujours d’une insuffisance pondérale grave : notre corps se bat pour nous maintenir au niveau ou au-dessus de nos points de consigne de poids.

Néanmoins, il y a encore tellement de choses que nous ne savons pas sur la façon dont notre corps régule le poids.

L’hormone leptine

Une hormone qui a récemment attiré l’attention pour son implication dans le maintien du poids est la leptine. La leptine existe dans les cellules adipeuses et est libérée en réponse à l’équilibre énergétique et aux changements de masse grasse.1

Une fois libérée, la leptine informe l’hypothalamus (le « centre de contrôle de l’alimentation » de notre cerveau) de ces changements ; l’hypothalamus aide alors à ajuster les signaux de régulation (c’est-à-dire les signaux de satiété) qui contribuent à réinitialiser nos niveaux de graisse et d’énergie.

Towfiqu barbhuiya/Unsplash

La leptine est une hormone de la satiété qui aide à réguler le poids.

Source : Towfiqu barbhuiya/Unsplash

On pense que les personnes dont le poids est malsain et élevé pourraient être résistantes à la leptine. Cela pourrait les empêcher de recevoir des signaux de satiété lorsque leur corps a suffisamment d’énergie.2

Néanmoins, la régulation du poids n’est pas si simple.

Premièrement, l’orchestration de la façon dont notre corps régule le poids est très complexe et complexe. Par exemple, la recherche suggère que la leptine ne nous empêche pas simplement de trop manger.1 Au contraire, il pourrait être faussé pour protéger notre corps contre la perte de graisse plutôt que de gagner. En d’autres termes, le travail principal de la leptine pourrait être de nous empêcher de tomber en dessous de notre point de consigne, en tenant moins compte de la prise de poids.

Cela pourrait être l’une des raisons pour lesquelles (biologiquement parlant) il est plus facile pour les gens de prendre du poids plutôt que de perdre du poids.

Deuxièmement, la régulation du poids implique de nombreux facteurs différents en plus de la biologie, y compris, mais sans s’y limiter, la génétique, la culture et la psychologie. Chacun de ces doit être pris en compte lorsqu’on discute du poids d’une personne.

Psychologie: une industrie de l’alimentation mise à jour

Un programme de régime récent a capitalisé sur la reconnaissance croissante que la psychologie contribue au maintien du poids.

Plus précisément, ce programme (qui prétend ne pas être un régime) souligne qu’en utilisant la psychologie, il peut « vous aider à perdre du poids pour de bon ». Il prétend que cette approche fonctionne parce que « lorsqu’il s’agit de perdre du poids, c’est psychologique ».

Jamie Matociños/Unsplash

La psychologie n’est qu’un élément de la régulation du poids.

Source : Jamie Matociños/Unsplash

Si cela semble trop simpliste, c’est parce que c’est le cas.

Bien qu’il ait été démontré que les interventions psychologiques (par exemple, la thérapie cognitivo-comportementale ou TCC) peuvent contribuer à une perte de poids à court terme, il n’est pas clair si les interventions psychologiques à elles seules peuvent aider les individus à maintenir un poids inférieur à long terme.3

Ceci est en partie dû à la biologie et en partie aux défis de changer nos comportements de santé.

Le cerveau et le changement de comportement de santé

Le programme de régime susmentionné prétend que la « psychologie » peut changer les pensées « conditionnées » que les gens ont depuis l’enfance, comme nettoyer son assiette pendant un repas ou manger en regardant la télévision.

À première vue, cela semble être une bonne approche. En fait, la recherche a montré que notre cerveau et nos expériences s’influencent de manière bidirectionnelle.3 Cela signifie que nos expériences (c’est-à-dire nos habitudes alimentaires ou nos pensées sur la nourriture) peuvent modifier la structure de notre cerveau. Cela signifie également que nous avons le potentiel de « recâbler » notre cerveau en utilisant la pensée et le changement de comportement.3 Cette approche s’est avérée efficace dans le traitement de nombreux troubles psychologiques, notamment l’anxiété, la dépression et les troubles de l’alimentation.3

Néanmoins, modifier le fonctionnement de notre cerveau avec un changement de comportement n’est pas facile.

Robina Weermeijer/Unsplash

Changer le fonctionnement de notre cerveau est complexe.

Source : Robina Weermeijer/Unsplash

Premièrement, un individu a besoin de pratiquer le comportement ou la réflexion souhaités encore et encore, dans différents environnements, pendant une période prolongée. Cela est nécessaire pour une fonction cérébrale altérée et durable et les changements comportementaux et émotionnels ultérieurs.3

Deuxièmement, la façon dont la personne se sent en adoptant le nouveau comportement influence la susceptibilité du cerveau au changement (c’est-à-dire la plasticité). Par exemple, le cerveau manque de l’énergie nécessaire pour se concentrer sur le changement de comportement et/ou de pensée habituel si quelqu’un s’ennuie. À l’autre extrême, une personne très excitée ou effrayée n’aura pas la chimie cérébrale ou corporelle adéquate pour un apprentissage efficace.

Enfin, les changements cérébraux durables dépendent de la taille de nos cellules cérébrales, de leur configuration et de leur disposition, ainsi que de leurs connexions avec d’autres cellules locales et distantes.

Étant donné que ces facteurs varient d’une personne à l’autre, le changement de comportement en matière de santé sera beaucoup plus facile pour certains que pour d’autres.

Par conséquent, s’il est vrai que la psychologie peut contribuer à des changements de comportement durables, il est trompeur de dire que la « psychologie » seule peut nous aider à « enfin perdre du poids pour de bon » en changeant nos « comportements conditionnés ».

Conclusion

L’industrie américaine de la perte de poids, qui comprend, mais sans s’y limiter, les aliments/boissons diététiques et les pilules, les chaînes de régime, les régimes alimentaires commercialisés et les clubs de remise en forme, vaut bien plus de 70 milliards de dollars américains par an.4

Vanessa Kintaudi/Unsplash

Le poids n’est pas toujours indicatif de la santé (ou du bonheur).

Source : Vanessa Kintaudi/Unsplash

De tels gains monétaires se font au détriment de ses consommateurs, qui se voient proposer des solutions de perte de poids faciles sans une explication approfondie de la complexité de la régulation du poids.

Par conséquent, le but de cet article est d’informer les gens que la perte de poids soutenue est un processus compliqué qui ne peut pas (et ne doit pas) être tenté par des astuces de l’industrie de l’alimentation. Au lieu de cela, il est toujours préférable de consulter des spécialistes (par exemple, des diététistes, des endocrinologues) et d’utiliser une variété d’approches sûres lorsqu’on envisage de perdre du poids.5

Il est également crucial d’écouter et d’apprécier notre corps à quelconque poids et accepter que notre santé et notre bonheur sont importants et valables. Parce que nous sommes des individus avec des systèmes biologiques uniques, nos poids ne sont pas nécessairement représentatifs de notre état de santé.