Relations familiales suite à la formation d’un mariage mixte

La récente interview d’Oprah avec le prince Harry et Meghan Markle soulève de nombreuses questions sur les relations raciales, y compris celles au sein des familles après la formation d’unions interraciales. Que dit la littérature sur les mariages mixtes sur les relations familiales après la formation des unions interraciales?

Des travaux antérieurs montrent que les attitudes à l’égard des unions interraciales sont devenues beaucoup plus favorables au fil du temps.1 Bien qu’une majorité écrasante de personnes expriment des attitudes favorables à l’égard des unions interraciales, un petit segment de la population continue d’avoir des attitudes défavorables à l’égard des unions interraciales.1 De plus, avoir une attitude favorable à l’égard des mariages mixtes en tant qu’institution sociale n’empêche pas nécessairement les gens de s’opposer aux mariages mixtes de parents proches, ni ne signifie nécessairement qu’ils percevront les mariages mixtes comme un choix de partenaire viable pour eux-mêmes.2 Cela peut expliquer en partie pourquoi environ 90% des individus déclarent approuver les mariages mixtes, mais seulement 17% des nouveaux mariages aux États-Unis impliquent des partenaires de différents groupes raciaux et ethniques.1

Malgré des attitudes plus favorables à l’égard des unions interraciales, de nombreux couples interraciaux continuent de signaler qu’ils ont connu l’opposition de leurs familles et amis avant et après le mariage.2 Le degré d’opposition, cependant, diffère selon la nature de la relation. Les familles désapprouvent plus le mariage interracial et la procréation interraciale que les rencontres interraciales, ce qui reflète peut-être le fait que le mariage et la maternité sont perçus comme des relations plus durables que les fréquentations.2

A lire aussi  Comment prospérer quand la vie devient insupportable

Le degré d’opposition familiale dépend également de la race du partenaire. L’opposition familiale semble être particulièrement forte pour les unions interraciales impliquant un partenaire noir.1, 3 Selon le rapport Pew 2017, 14% des non-Noirs ont déclaré qu’ils s’opposeraient à un parent épousant un conjoint noir, contrairement à 4% des non-blancs qui déclarent qu’ils s’opposeraient à un parent épousant un conjoint blanc.1

Quelles sont les conséquences de l’opposition familiale?

L’opposition de la famille et des amis semble être une source importante de détresse émotionnelle chez de nombreux couples interraciaux.4,5 Les personnes en union interraciale, en particulier les non-Noirs avec des partenaires noirs, sont plus susceptibles que celles des unions de même race de signaler des symptômes dépressifs et une détresse émotionnelle élevée par rapport à celles des unions de même race.4,5

Les couples interraciaux peuvent également limiter leurs contacts avec les membres de la famille désapprobateurs, choisissant plutôt d’interagir avec les membres de la famille qui les acceptent. 6 Un rapport Pew de 2015 a montré que les personnes d’origine blanche et asiatique ont déclaré se sentir plus acceptées par les membres de leur famille qui étaient blancs que par les membres de leur famille qui étaient asiatiques. Ils ont également eu plus de contacts avec les membres de la famille blanche.7 De même, les personnes d’origine blanche et noire ont déclaré avoir eu beaucoup plus de contacts avec des membres de leur famille qui étaient noirs qu’avec des membres de leur famille qui étaient blancs. La proximité peut également être la raison pour laquelle les enfants d’origine blanche et noire ont déclaré avoir plus en commun avec les Noirs.7

A lire aussi  Faites de bonnes affaires avec vous-même et les autres

Personne en dehors des murs du palais ne sait avec certitude ce qui est arrivé à Meghan Markle et au prince Harry Plus précisément. Cependant, plusieurs aspects de leur histoire sont cohérents avec la large les résultats de la littérature sur les mariages mixtes suggèrent que de nombreux couples interraciaux peuvent continuer à éprouver des difficultés à une époque où les gens ont des attitudes extrêmement favorables à l’égard des mariages mixtes en tant qu’institution sociale.