Se remettre de troubles neurologiques fonctionnels

Sruilk/Shutterstock

Source : Sruilk/Shutterstock

Je vois souvent des patients qui, après des années de traitement infructueux, croient que la guérison d’un trouble neurologique fonctionnel (TNF) est impossible. Ce sont les patients que j’aime voir. Leur traitement commence par cette simple réalisation : malgré ce que la vie semble nous apprendre, parfois les leçons apprises sont fausses. La récupération de FND est possible avec la bonne aide.

Explications confuses

L’histoire des troubles neurologiques fonctionnels (TNF) est compliquée; ce que nous appelions autrefois troubles de la conversion (ou classé comme symptômes psychogènes) ont maintenant reçu un nom plus clinique. En effet, ces dernières années, les soins de santé ont privilégié un modèle biologique pour expliquer les troubles, diminuant ainsi les facteurs sociaux et psychologiques qui y contribuent.

Les FND sont décrits comme un ensemble de symptômes physiques résultant d’une perturbation de la communication entre le cerveau et le corps. C’est-à-dire que bien qu’il n’y ait rien de mal physiquement avec le matériel du cerveau, le logiciel fonctionne mal. Pour comprendre le problème logiciel, il faut regarder au-delà de la composante biologique ; nous devons également examiner les aspects psychologiques et sociaux de qui nous sommes.

Un bon point de départ est de considérer comment notre cerveau devrait fonction. Un cerveau sain crée une prise de conscience de qui nous sommes et de ce que nous faisons. Nous expérimentons cela en tant que conscience. Avec des connexions de travail appropriées, nous intégrons penser, ressentir et faire d’instant en instant pour former la conscience de soi.

Pour expliquer la conscience à mes patients, j’utilise un simple dessin d’un cercle avec trois sections représentant penser, ressentir et faire. Lorsque nous fonctionnons bien, nous sommes conscients de ce que nous pensons et pouvons identifier comment nos émotions sont liées ; notre comportement suit de manière prévisible.

Lorsque le logiciel du cerveau fonctionne bien, nous savons qui nous sommes, ce que nous pensons et ressentons, et pourquoi nous faisons ce que nous faisons.

A lire aussi  Instagram dans l'actualité : risques pour la santé mentale des adolescentes

Dans un état de conscience altéré, cependant, ce processus d’intégration est perturbé ; nous appelons cet état dissociation. Dans un état dissociatif, notre conscience devient désordonnée : nos sentiments, nos pensées et notre comportement sont détachés les uns des autres. Bien que notre comportement observé semble être sous un autre type de contrôle, il n’est certainement pas sous notre propre contrôler.

Dans un état dissociatif, il y a une profonde perte de conscience. Nous perdons le lien avec nos sentiments et nos pensées et avec les raisons pour lesquelles nous agissons comme nous le faisons. Un exemple bien documenté : pendant la Seconde Guerre mondiale, il n’était pas rare que des pilotes alliés se préparant à des bombardements massifs au-dessus de l’Europe perdent complètement la vue en attendant de décoller.

Evan Parcs

Dissociation

Source : Parcs Evan

Face à une détresse psychologique accablante, le cerveau du pilote a déconnecté de manière protectrice ses pensées, ses sentiments et son comportement. Dans les jours qui ont suivi, alors qu’ils étaient encouragés à identifier les pensées et les sentiments liés à leur mission, leur vision revenait. Une fois les processus d’intégration normaux du cerveau restaurés, leur symptôme a disparu.

Restauration des connexions

Dans un article récent sur les troubles neurologiques fonctionnels, j’ai souligné l’importance de comprendre comment le cerveau établit des connexions inutiles en tant qu’élément clé pour initier un traitement. Nous luttons tous contre des pensées inutiles et un esprit bruyant ; en aidant les patients à normaliser les processus perturbateurs qui se produisent dans le cerveau FND, un pas positif vers le changement peut être franchi.

La douleur physique, l’anxiété, la dépression et les symptômes neurologiques peuvent être dévorants. Mais lorsque notre attention est rivée par ces états angoissants, autre chose se produit. Nous devenons beaucoup moins conscients de tout ce qui se passe dans nos vies. Nous sommes moins connectés au moment présent. Par exemple, lorsque l’anxiété s’installe, nous sommes moins conscients et moins connectés à ce qui et qui sont importants pour nous et concentrons notre attention sur notre détresse interne.

A lire aussi  Le cas pour être bon

Se reconnecter aux valeurs

Dès le début du traitement, l’une des étapes que j’accompagne les patients est un processus d’identification de ce qui est important dans leur vie. L’examen de ce qu’ils apprécient révèle une source de leur détresse—l’écart entre où ils sont et où ils veulent être. En aidant les patients FND à renouer avec leurs valeurs, ils sont en mesure de mieux comprendre leurs émotions et leurs sources de stress.

Se concentrer sur les valeurs aide également les patients à revenir en arrière et à voir la « grande image » de la vie. Lorsque nos problèmes deviennent notre objectif principal, le lien avec ce qui est vraiment important est perdu. Une focalisation étroite sur les symptômes peut conduire au sentiment que nous sommes définis par notre maladie. Mais cette focalisation étroite peut changer lorsque nous faisons un zoom arrière et commençons à regarder tous les domaines de notre vie qui la rendent riche et significative.

Identifier les pensées inutiles

En utilisant les principes de la théorie du cadre relationnel et l’approche thérapeutique de la thérapie d’acceptation et d’engagement (ACT), les patients FND peuvent voir une voie à suivre, même s’ils se sentent coincés.

Un processus clé de l’ACT consiste à apprendre comment notre cerveau établit des connexions inutiles. Nos pensées et nos sentiments, ainsi que les événements qui nous arrivent, sont colorés par les explications, les jugements, les prédictions et les règles du cerveau. Par exemple, qu’est-ce que le mot « dentiste » évoque pour vous ? Pour de nombreuses personnes, le mot lui-même suffit à augmenter leur tension artérielle, leur fréquence cardiaque et leur tension musculaire.

Dans FND, les connexions existantes (et inutiles) doivent être examinées. Par exemple, des déclencheurs dans l’environnement (sons, odeurs, événements) peuvent être liés à des pensées et des sentiments qui conduiront à l’apparition soudaine de symptômes, tels qu’un tremblement ou une paralysie. Ce sont ces connexions qui doivent d’abord être identifiées et ensuite remplacées par des connexions utiles. Des connexions utiles nous permettent d’avancer vers ce qui est important dans la vie, tel que défini par nos valeurs identifiées, plutôt que de nous maintenir coincés et consumés par ce qui est pénible.

A lire aussi  Hit-and-Run, pas de plaisir ! Psychologie d'un accident de vélo de mort imminente

Avancer

Nous restons coincés dans la vie en partie parce que nous supposons que nos pensées et nos sentiments sont vrais et parce que nous croyons que nous devons nous débarrasser de notre détresse avant nous pouvons avancer. Mais, il y a un autre chemin à suivre. L’aboutissement de plusieurs stratégies et modifications du comportement peut changer radicalement le logiciel du cerveau. Il s’agit notamment d’apprendre à abandonner la lutte avec nos pensées et nos sentiments, à rester connecté au moment présent et à nous diriger vers ce qui est important pour nous.

Alors que les patients atteints de FND commencent à abandonner leur lutte contre les pensées inutiles et la peur d’être coincés avec leur état, la physiothérapie et l’ergothérapie d’appoint peuvent alors jouer un rôle important pour aider à retrouver la fonction perdue et à avancer dans la vie. Ce sont les clés qui apportent espoir et liberté aux personnes aux prises avec le FND.