Tenir à la négativité peut mettre votre amygdale dans Hyperdrive

Ken Cook / Shutterstock

Source: Ken Cook / Shutterstock

Avez-vous tendance à vous accrocher à des émotions négatives lorsque quelque chose (ou quelqu’un) ennuyeux entre sous votre peau? Comme les clichés vont: êtes-vous enclin à “transpirer les petites choses” et “pleurer sur le lait renversé”? Ou faites “Grrr!” les moments et les petites aggravations que vous ressentez dans la vie de tous les jours ont tendance à se dissiper avant que quelque chose de négatif ne vous mette de mauvaise humeur?

De nouvelles recherches suggèrent que les personnes dans la quarantaine avec la capacité de laisser les émotions négatives rouler sur le dos pourraient créer une spirale ascendante d’un meilleur bien-être psychologique à long terme (PWB) en brisant le cycle de la «persistance de l’amygdale» cela semble être en corrélation avec une insistance sur la négativité.

Selon les chercheurs, la façon dont le cerveau d’une personne (en particulier la région de l’amygdale gauche) évalue les stimuli négatifs éphémères – soit en s’accrochant à la négativité ou en la lâchant prise – peut avoir un impact durable sur la PWB. Cette étude à comité de lecture (Puccetti et al., 2021) a été publiée le 22 mars dans le Journal des neurosciences.

Le premier auteur Nikki Puccetti et l’auteur principal Aaron Heller de l’Université de Miami ont mené cette recherche avec des collègues du Center for Healthy Minds de l’Université du Wisconsin-Madison, de l’Université Cornell, de Penn State et de l’Université de Reading. En plus d’être professeur adjoint de psychologie à l’UMiami, Heller est psychologue clinicien, neuroscientifique affectif et chercheur principal du Manatee Lab.

A lire aussi  Les jeux vidéo peuvent-ils apprendre aux enfants atteints de TDAH à faire attention ?

“La majorité de la recherche en neurosciences humaines examine l’intensité avec laquelle le cerveau réagit aux stimuli négatifs, et non la durée pendant laquelle le cerveau s’accroche à un stimulus”, a déclaré Heller dans un communiqué de presse. “Nous avons examiné les retombées – comment la coloration émotionnelle d’un événement se répercute sur d’autres choses qui se produisent.”

La première étape de cette étude interdisciplinaire a consisté à analyser les données basées sur des questionnaires collectées auprès de 52 des milliers de personnes impliquées dans l’étude longitudinale «Midlife in the United States» (MIDUS) qui a débuté au milieu des années 1990.

Deuxièmement, lors d’un appel téléphonique nocturne pendant huit jours consécutifs, les chercheurs ont demandé à chacun de ces 52 participants à l’étude de signaler des événements stressants spécifiques (par exemple, embouteillage, café renversé, problèmes informatiques) qu’ils ont vécus ce jour-là ainsi que l’intensité de leur état globalement positif. ou des émotions négatives tout au long de la journée.

Troisièmement, après environ une semaine de ces appels nocturnes en tête-à-tête, chaque sujet de l’étude a subi un scanner cérébral IRMf “qui a mesuré et cartographié leur activité cérébrale alors qu’ils regardaient et évaluaient 60 images positives et 60 images négatives, entrecoupées de 60 images de expressions faciales neutres. “

Enfin, les chercheurs ont comparé toutes les données des questionnaires MIDUS de chaque participant, les informations de son «journal téléphonique» nocturne et les neuro-images des scintigraphies cérébrales en IRMf.

S’accrocher aux émotions négatives et à l’activation persistante de l’amygdale gauche peut aller de pair

Pris ensemble, les résultats de la recherche suggèrent que «les personnes dont l’amygdale gauche s’est accrochée à des stimuli négatifs pendant moins de secondes étaient plus susceptibles de signaler des émotions plus positives et moins négatives dans leur vie quotidienne, ce qui s’est traduit par un bien-être plus durable au fil du temps. “

“Une façon d’y penser est que plus votre cerveau retient longtemps un événement négatif ou des stimuli, plus vous déclarez être malheureux”, Puccetti, Ph.D. candidat au département de psychologie de l’UMiami, a déclaré dans le communiqué de presse. “Fondamentalement, nous avons constaté que la persistance du cerveau d’une personne à s’accrocher à un stimulus négatif est ce qui prédit des expériences émotionnelles quotidiennes plus négatives et moins positives. Cela, à son tour, prédit à quel point elle pense réussir dans sa vie.”

“Les individus présentant des schémas d’activation moins persistants dans l’amygdale gauche à des stimuli aversifs ont rapporté des affections négatives (NA) positives plus fréquentes et moins fréquentes dans la vie quotidienne.” expliquent les auteurs. «De plus, l’affect positif quotidien (AP) a servi de lien indirect entre la persistance de l’amygdale gauche et le PWB. Ces résultats clarifient les liens importants entre les différences individuelles dans la fonction cérébrale, les expériences quotidiennes de l’affect et le bien-être.

Conseil à emporter: «Ne laissez pas les petites choses vous abattre».

“Il se peut que pour les individus avec une plus grande persistance de l’amygdale, les moments négatifs puissent être amplifiés ou prolongés par l’imprégnation de moments indépendants qui suivent une évaluation négative”, spéculent les auteurs. «Ce lien comportement-cerveau entre la persistance de l’amygdale gauche et l’affect quotidien peut éclairer notre compréhension d’évaluations plus durables et à long terme du bien-être.

A lire aussi  Avengers Inoculate: les super-héros utilisent la science et se vaccinent

La ligne de fondUne moindre persistance de l’amygdale suite à des événements indésirables dans la vie quotidienne peut prédire un effet plus optimiste et positif dans la vie quotidienne, ce qui, avec le temps, peut créer une spirale ascendante de bien-être psychologique à long terme. «Ainsi, les expériences quotidiennes d’affect positif constituent une étape intermédiaire prometteuse qui relie les différences individuelles dans la dynamique neuronale à des jugements complexes de bien-être psychologique», concluent les auteurs.

Image de «Humeur négative liée à une activité amygdale prolongée» (Puccetti et al., JNeurosci 2021) via EurekAlert