Une approche intersectionnelle de la thérapie Kink

Il n’y a pas de norme de pratique formelle pour la thérapie de pliage. Il n’y a pas de manuel obligatoire dans notre programme d’études supérieures qui décrit une approche particulière fondée sur des données probantes pour travailler avec des personnes identifiées comme un problème. Il n’existe aucune modalité unique à laquelle tous les thérapeutes kink adhèrent, et il n’y a pas de guide étape par étape qui indique comment nous abordons notre travail avec nos clients kink. Ceux qui se sont donné pour mission de servir la communauté kink avec intégrité, humilité culturelle et meilleures pratiques fondées sur la recherche, ont passé d’innombrables heures à assister à des formations, à lire des recherches et à tirer des enseignements de l’expérience vécue.

Rotozey/ Adobe Stock

Source : Rotozey/Adobe Stock

Les lignes directrices de pratique clinique pour travailler avec des personnes ayant des intérêts Kink, créées par certains des esprits les plus respectés dans le monde de la thérapie sexuelle, ont sans doute établi les seules normes pour travailler avec Kink. Les lignes directrices décrivent les nombreux facteurs vitaux à prendre en compte lorsqu’on travaille avec des clients kink et devraient incontestablement être intégrées dans l’esprit et la pratique de tous les thérapeutes. La mise en place de cet ensemble de normes a certainement aidé de nombreux thérapeutes à fournir de meilleurs soins aux clients. Cependant, bien que ces lignes directrices soient essentielles pour la thérapie du kink, elles devraient fonctionner en conjonction avec l’orientation théorique par laquelle le thérapeute souscrit.

L’un des principes directeurs de la psychothérapie est que nous abordons nos clients à partir d’une modalité choisie. Cette orientation théorique fait écho à notre style de pratique ainsi qu’à notre population sélectionnée. Les thérapeutes revendiquent souvent une approche plutôt qu’une autre et s’accrochent fermement à la modalité choisie. Les thérapeutes spécialisés de Kink sont confrontés à un défi unique, car il n’y a pas de modalité unique qui est enseignée ou même encouragée lorsqu’ils abordent le travail avec cette population. Ils doivent souvent ajuster et adapter les différentes modalités pour s’adapter aux expériences nuancées de leurs clients pervers.

A lire aussi  Rolex et Mercedes Out : qui sont la nouvelle élite ?

Les thérapeutes Kink ne font généralement pas que défendre leurs clients dans la salle de thérapie, mais s’engagent dans la lutte continue contre les nombreux systèmes qui stigmatisent ce groupe déjà marginalisé. Tout comme les kinks eux-mêmes, il n’y a pas de modalité unique lorsqu’il s’agit d’aborder la thérapie kink. Cependant, il existe quelques perspectives qui se prêtent bien au travail avec kink.

Kink est fascinant en ce qu’il remet en question les notions de la norme conventionnelle. Cela entre directement en conflit avec la perspective de l’ère victorienne selon laquelle le sexe devrait être hétérosexuel, monogame, romantique, privé, marié et suburbain (Rubin, 1984/1993; Weiss, 2006). L’existence même du kink laisse perplexe tant de personnes qui voient le monde à travers une lentille binaire, désirant désespérément la catégorisation des personnes pour satisfaire leur propre confort. Les thérapeutes Kink et les chercheurs se battent constamment pour démanteler ces récits datés et limitatifs et le font le plus efficacement possible lorsqu’ils abordent Kink à partir d’une lentille intersectionnelle positive pour le sexe.

Perspectives multidimensionnelles en thérapie kink

Aborder le kink dans une perspective multidimensionnelle signifie que les thérapeutes doivent reconnaître les dimensions institutionnelles et sociales du pouvoir, des privilèges et de l’oppression. Ils doivent examiner les relations entre les diverses identités croisées des clients kink et comprendre l’impact des systèmes actuellement maintenus.

L’utilisation d’une modalité telle que la théorie queer permet aux thérapeutes et à leurs clients de remettre en question la notion de binaire. Il fait prendre conscience du pouvoir oppressif du récit et des normes dominants. De même, une perspective de théorie féministe encourage les thérapeutes à comprendre comment la discrimination et les préjugés sont au premier plan de l’oppression et fournit un cadre pour reconnaître comment ces expériences se croisent avec la détresse personnelle. Il réitère l’impact du maintien et de la perpétuation des normes et attentes socioculturelles, qui résulte souvent de la dissimulation de son identité perverse.

L’intersectionnalité et la thérapie du kink

Toutes ces théories et modèles ont un thème critique en commun ; intersectionnalité. Ce terme, inventé par le brillant professeur de droit et penseur de premier plan, Kimberlé Crenshaw, est défini comme « une lentille, un prisme, pour voir la manière dont diverses formes d’inégalité fonctionnent souvent ensemble et s’exacerbent mutuellement » (Crenshaw 2020).

L’utilisation du concept d’intersectionnalité comme fondement de la thérapie des plis est absolument essentielle. Lorsqu’il s’agit de kink, nous ne pouvons pas simplement examiner les désirs sexuels et érotiques par eux-mêmes ; nous devons l’aborder à partir d’un cadre qui englobe les nombreuses identités de nos clients et leurs expériences variées dans le monde.

L’obligation éthique des thérapeutes est de défendre leurs clients. Pour beaucoup, cela viendra de leur travail dans la salle de thérapie, mais pour certains d’entre nous, cela signifie changer les systèmes qui contribuent à leur détresse. Nos clients pervers sont déjà confrontés à un système qui les opprime, les stigmatise et les discrimine sans relâche. Il est de notre devoir d’utiliser les outils dont nous disposons pour sauter sur le ring et rejoindre le combat.

Pour trouver un thérapeute, veuillez visiter le répertoire des thérapies de Psychology Today.

A lire aussi  Les cinq langages de l'amour sont pour tout le monde, y compris vous