La TCC peut être un traitement efficace contre la misophonie

Victoria_Borodinova/Pixabay

Source : Victoria_Borodinova/Pixabay

Dans une étude publiée dans le numéro de juillet 2021 de Dépression et anxiété, Jager et ses collègues présentent les résultats du premier essai contrôlé randomisé de thérapie cognitivo-comportementale pour le traitement de la misophonie. Avant de résumer les conclusions de l’enquête, permettez-moi de décrire ce qu’est la misophonie et ses causes.

Qu’est-ce que la misophonie ?

La misophonie signifie la haine de certains sons. Les déclencheurs typiques de la misophonie sont des bruits de respiration et de nourriture – respiration lourde, reniflement, mastication, claquement des lèvres, déglutition, raclement de la gorge, succion, siphonage, soupir et bâillement. Cependant, les déclencheurs de la misophonie ne sont pas les mêmes pour tout le monde (ou à des moments différents). En effet, tout son à motifs et répétitif (par exemple, un clic, un tapotement), en particulier les sons difficiles à éviter, pourrait être déclencheur.

Les réactions émotionnelles aux déclencheurs de la misophonie peuvent inclure le stress, l’anxiété, l’inconfort, l’irritation, le dégoût et en particulier la colère et la rage. La misophonie est associée non seulement à de fortes réactions émotionnelles, mais aussi à des réactions physiques (p. ex., tension musculaire, accélération du rythme cardiaque) et à des réactions comportementales (p. ex., crises d’agressivité). Diverses maladies mentales peuvent coexister avec la misophonie, la plus courante étant le trouble obsessionnel-compulsif (TOC).

Qu’est-ce qui cause la misophonie?

On sait peu de choses sur les causes de la misophonie. La misophonie n’est pas reconnue comme une maladie psychiatrique ou une maladie neurologique, ce qui signifie qu’il n’y a pas de critères de diagnostic standard. Néanmoins, la misophonie semble être davantage un trouble psychiatrique que neurologique. Par exemple, la sensibilité auditive semble être normale chez les personnes atteintes de misophonie, bien que la En traitement du son peut être anormal, peut-être en raison du système nerveux autonome et de l’excitation limbique.

A lire aussi  BATNA pour les débutants

Certaines recherches suggèrent que ce qui sous-tend la misophonie est une combinaison de « la saillance anormale attribuée à des sons par ailleurs inoffensifs » et altérés. intéroception, ce qui signifie une perception anormale des états internes.

La misophonie se développe souvent dans l’enfance ou au début de l’adolescence. Dans une enquête, un tiers des personnes atteintes de misophonie avaient des membres de leur famille atteints de misophonie, suggérant l’existence de facteurs de risque génétiques ou de causes génétiques. Et près de la moitié de l’échantillon avait des problèmes de santé mentale concomitants (p. ex., acouphènes, TSPT, TDAH, troubles de l’alimentation).

Près de 4 % avaient également hyperacousie-une condition souvent confondue avec la misophonie. L’hyperacousie se caractérise par une sensibilité élevée aux sons ressentis comme étant insupportablement et douloureusement forts (par exemple, les moteurs de voiture, les aspirateurs, les chiens qui aboient, les ventilateurs de réfrigérateur). La misophonie diffère de l’hyperacousie en ce qu’elle se caractérise davantage par des réactions émotionnelles à des sons spécifiques que par une intolérance à des sons perçus comme trop forts.

Dans l’étude ci-dessus, la moitié de l’échantillon a également connu Réponse du méridien sensorielle autonome (ASMR) – sensations de picotements sur le cuir chevelu, le cou et le dos, accompagnées de sensations de relaxation et d’euphorie. La signification de ce lien entre l’ASMR et la misophonie n’est pas claire.

Thérapie cognitivo-comportementale pour la misophonie

Permettez-moi maintenant d’aborder les traitements de la misophonie ; spécifiquement, l’étude de la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) pour la misophonie par Jager et al.

Méthodes

Les personnes atteintes de misophonie ont été recrutées dans une clinique externe. Les critères diagnostiques utilisés ont été proposés par Schroder et al. Les critères d’exclusion comprenaient la prise de certains médicaments, un diagnostic récent de troubles psychiatriques (p. ex., anxiété, dépression, schizophrénie, autisme, trouble bipolaire) et un accident vasculaire cérébral ou des troubles du système nerveux structurel.

A lire aussi  Reconnaître le trouble factice / de Munchausen par procuration

Les participants (54 ; 38 femmes ; âge moyen de 33 ans) ont été assignés au hasard à un traitement contre la misophonie et à une condition de liste d’attente.

L’intervention était une version de groupe CBT. Il comportait les éléments suivants : exercices de concentration de tâches, manipulation de stimulus (manipulation des sons déclencheurs sur un ordinateur), éveil et réduction du stress, étiquetage des affects positifs, réévaluation des normes alimentaires, psychoéducation pour la famille et les amis, et pratique des techniques apprises avec les famille.

Lectures essentielles de la thérapie cognitivo-comportementale

L’intervention comprenait sept séances hebdomadaires de psychothérapie et de thérapie psychomotrice, plus une séance de suivi trois semaines plus tard.

Les principaux critères de jugement étaient les symptômes de la misophonie, qui ont été évalués à l’aide de l’échelle révisée de la misophonie d’Amsterdam (AMISOS-R).

Les critères de jugement secondaires, principalement liés à la santé mentale et physique et au fonctionnement, comprenaient l’échelle de gravité CGI (CGI-S), la liste de contrôle des symptômes-90-Révisée, l’EuroQol à cinq dimensions (EQ5-D), la qualité de vie de l’OMS-BREF (WHOQoL-BREF) et l’échelle d’incapacité de Sheehan (SDS).

Résultats

L’analyse des données a montré que « la TCC a entraîné statistiquement moins de symptômes de misophonie à court terme (-9,7 AMISOS-R ; IC à 95 %, -12,0 à -7,4 ; p < 0,001, d = 1,97). »

Une amélioration clinique des symptômes, opérationnalisée comme CGI‐I < 3, a été notée chez 37% des individus atteints de misophonie dans le traitement TCC, contre 0% chez ceux dans la condition de contrôle de la liste d'attente (p < 0,001).

Outre l’amélioration des symptômes de la misophonie, il y a eu une réduction des dysfonctionnements mentaux et physiques, en particulier en termes d’altération et d’incapacité du fonctionnement social et familial. Les effets bénéfiques de la thérapie cognitivo-comportementale se sont maintenus un an plus tard.

asundermeier/Pixabay

Source : asundermeier/Pixabay

Comment gérer la misophonie

Comme indiqué, la misophonie est généralement définie comme la haine du son, en particulier certains sons alimentaires (par exemple, siroter) et les sons respiratoires (par exemple, bâiller). Diverses méthodes d’auto-assistance et thérapeutiques sont utilisées pour gérer la misophonie : bouchons d’oreille, écouteurs, bruit blanc, distraction, anxiolytiques (par exemple, benzodiazépines), antidépresseurs (par exemple, les ISRS), certaines thérapies (par exemple, thérapie de rééducation des acouphènes). ), etc. Cependant, ces approches ont eu un succès limité.

A lire aussi  Le respect (ou son absence) dans les relations

Les résultats examinés aujourd’hui – du premier essai contrôlé randomisé de la TCC pour le traitement de la misophonie – indiquent que la TCC peut être une intervention efficace pour la misophonie digne d’un examen sérieux.

Si vous avez déjà un diagnostic de misophonie et que vous consultez un thérapeute, demandez si la TCC pourrait être utile pour gérer vos symptômes.

En termes de stratégies d’auto-assistance, il est important de suivre un mode de vie sain : activité physique régulière, sommeil suffisant, alimentation saine et utilisation de techniques efficaces de gestion du stress (par exemple, exercices de relaxation, pratiques de méditation).

Enfin, quelle que soit la nature des déclencheurs et des causes de la misophonie, parfois la solution la plus rapide et la plus simple est de sortir d’une situation déclenchante. En dehors de la situation, vous pouvez travailler à réduire votre stress et votre tension (par exemple, en vous engageant dans des techniques de respiration, une méditation de pleine conscience ou une relaxation musculaire progressive). Ne revenez que lorsque vous vous sentez plus centré, calme et détendu.