Qui sommes-nous ?

Karim N’Diaye
Chercheur en neurosciences et psychologie
ICM - équipe BEBG
Hôpital de la Salpêtrière
47-83, boulevard de l'Hôpital
75013 Paris
Tel: +33 (0)1 57 27 43 98

karim.ndiaye@upmc.fr
Biographie

Je suis chercheur en neurosciences et psychologie à l'Institut du Cerveau et de la Moelle épinière (ICM) sur le site de l'Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, dans l’équipe "Comportement, émotion et ganglions de la base" (BEBG) du Dr Luc Mallet. Titulaire d’un diplôme d'ingénieur (ENSTA) et d’une thèse de doctorat en neurosciences cognitives de l'Université Pierre et Marie Curie (2006), j’ai effectué un séjour post-doctoral à l'Université de Genève puis rejoint l'ICM en 2009. Mes travaux portent sur les émotions, la décision, l'introspection et plus généralement sur ce qu'on définit comme la « méta-cognition » : c'est-à-dire, la capacité de tout un chacun à évaluer son propre fonctionnement mental. Pour élucider les bases cérébrales de ces processus, je mène donc des expériences de psychologie expérimentale et j’utilise les méthodes d'imagerie cérébrale (IRM, EEG). Par ailleurs, mes recherches comportent aussi un versant clinique en psychiatrie notamment autour du trouble obsessionnel compulsif et de l'addiction avec comme objectif de comprendre à la fois les dysfonctionnements cognitifs impliqués dans la maladie mentale et les mécanismes thérapeutiques mis en œuvre par les différentes formes de traitements, depuis la psychothérapie jusqu'à la stimulation cérébrale profonde. J’interviens par ailleurs dans différents enseignements et formations universitaires, ainsi que dans des conférences auprès du grand public ou de professionnels. 

Rôle dans le projet

La collaboration de Karim N’Diaye permet d’enrichir ce projet de sa grande expérience dans la conception de protocoles comportementaux pour l’exploration des fonctions mentales et des troubles psychopathologiques, notamment via le suivi longitudinal de patients souffrant de TOC.

Karim N’Diaye a participé à la conception de ce projet. Il développe actuellement des outils de type smartphones permettant aux patients atteints de TOC d’auto-évaluer leur trouble et son retentissement dans leur quotidien. Il réalisera une expérimentation inscrite dans le processus de conception participative qui permettra de tester des dispositifs innovants en laboratoire.