3 fausses croyances sur le mariage

Le mariage n’est plus ce qu’il était. Près de la moitié des mariages se terminent par un divorce. Pour éviter ce résultat, de nombreux couples décident de cohabiter pendant un an ou plus pour tester leur compatibilité pour le mariage. Et pourtant, ces couples sont tout aussi susceptibles de divorcer que ceux qui n’ont pas cohabité en premier finalement.

Dans le même temps, le mariage reste idéal pour de nombreuses personnes, et environ 90 % des adultes se marieront à un moment donné de leur vie. Sommes-nous alors condamnés par des pulsions biologiques et des pressions sociétales à entrer dans des relations engagées qui ne manqueront pas de nous rendre malheureux ?

Les psychologues de l’Université de Californie à Los Angeles, Benjamin Karney et Thomas Bradbury, doutaient que ce soit le cas, arguant plutôt que le mariage reste un mode de vie satisfaisant pour la grande majorité des couples. Dans un article récent qu’ils ont publié dans le Journal du mariage et de la famille, ils ont passé en revue les recherches qui remettent en question trois hypothèses communément admises sur la nature du mariage.

Fausse croyance 1 : la satisfaction conjugale décline inévitablement avec le temps

L’une des découvertes les plus cohérentes de la science des relations a été la baisse inévitable de la satisfaction conjugale au fil des ans. Ce « fait » est présenté même dans les manuels d’introduction à la psychologie, et je l’enseigne à mes étudiants depuis de nombreuses années. Le mieux que l’on puisse espérer est de s’installer ensemble dans une vie confortable, voire passionnante, mais de nombreux couples n’y arriveront même pas, du moins c’est ce que l’on croit.

Ce résultat provient d’études longitudinales dans lesquelles la satisfaction relationnelle des couples est mesurée plusieurs fois sur plusieurs années. Lorsque les chercheurs ont calculé une moyenne à chaque fois, ils ont obtenu une pente descendante de la satisfaction relationnelle tout au long de l’étude.

A lire aussi  Nouveau combo antipsychotique approuvé par la FDA pour le trouble bipolaire

Cependant, selon Karney et Bradbury, une analyse plus fine des données remet en cause cette hypothèse. Si l’on compare les trajectoires des couples qui démarrent leur mariage avec un niveau de satisfaction relativement élevé avec ceux dont le niveau de départ est relativement bas, on obtient une image différente. Ceux qui commencent haut ont tendance à le rester au fil des ans, tandis que ceux qui créent bas ont tendance à chuter rapidement, tirant la moyenne vers le bas pour tout le monde.

Mais alors, comment expliquer le taux de divorce élevé ? Certes, les couples malheureux courent un risque accru de divorce, mais Karney et Bradbury ont souligné que même les couples heureux peuvent finir par divorcer. Cela suggère qu’un événement majeur soudain, comme l’infidélité, peut ébranler le fondement de ce qui avait été un mariage satisfaisant.

Fausse croyance 2: une mauvaise communication provoque une détresse dans le mariage

C’est une croyance générale parmi les chercheurs et les praticiens que les styles de communication négatifs sont à l’origine de nombreux mariages malheureux. Ainsi, l’un des objectifs communs de la thérapie conjugale est d’enseigner aux couples des styles de communication plus efficaces. Pour définir ce que nous entendons par schémas de communication négatifs, la plupart des psychologues s’appuient sur les « quatre chevaux de l’apocalypse » du célèbre spécialiste des relations John Gottman : la critique, le mépris, la défensive et l’obstruction.

Selon Karney et Bradbury, cependant, les résultats de recherches récentes ont remis en question cette hypothèse. Premièrement, les styles de communication négatifs ne conduisent pas toujours à des problèmes conjugaux. Parfois, les problèmes conjugaux viennent en premier et une mauvaise communication résulte de tentatives frustrées de résoudre le problème.

A lire aussi  Pourquoi nous mentons à nos médecins et pourquoi ils nous mentent

D’autres fois, les modèles de communication négatifs peuvent profiter aux couples à long terme, même s’ils sont associés à des niveaux élevés de détresse à court terme. Cela est particulièrement vrai pour les couples qui font face à de graves problèmes comme la toxicomanie. Dans de tels cas, les « quatre cavaliers » peuvent être le seul moyen de communiquer la gravité du problème au partenaire fautif.

False Belief 2 est également basé sur l’hypothèse que les gens peuvent changer leur style de communication. Bien qu’il existe de nombreuses preuves que les couples peuvent apprendre à utiliser des styles de communication positifs pendant la période de thérapie, des études de suivi montrent que la plupart des couples reviennent à leurs anciennes habitudes dans les mois ou les années qui suivent la fin de la thérapie. Une conclusion cohérente, cependant, est que la réduction de la négativité est généralement plus efficace à long terme que l’augmentation de la positivité.

Fausse croyance 3 : les conclusions des couples blancs aisés s’appliquent à toutes les relations

Au cours du dernier demi-siècle, les relations ont été étudiées scientifiquement et presque tous les participants à la recherche étaient des couples hétérosexuels blancs, bien éduqués, de la classe moyenne. Nous en savons maintenant beaucoup sur la dynamique de telles relations et comment aider de tels couples en détresse. Cependant, nous devons être prudents en supposant que ce que nous avons appris de ces couples peut être appliqué aux couples minoritaires ou à faible revenu.

À titre d’exemple, Karney et Bradbury ont fait référence à la Strengthening Healthy Marriages Initiative, un programme financé par le gouvernement pour fournir aux couples à faible revenu une formation en communication. Malgré le coût considérable du programme, les couples formés n’ont montré aucune amélioration à long terme de leur mariage par rapport à ceux qui n’ont reçu aucune formation. Au lieu de cela, l’amélioration des compétences de résolution de problèmes en collaboration s’est avérée plus efficace, quel que soit le style de communication.

A lire aussi  La recherche sur le cerveau gauche et le cerveau droit n'est plus ce qu'elle était

Bien que des recherches supplémentaires soient nécessaires sur la dynamique des mariages de minorités raciales et sexuelles, le statut socioéconomique (SSE) a considérablement influencé les résultats des relations. Par exemple, une facture de médecin ou une réparation de voiture inattendue peut être un coup financier inconfortable pour une famille de la classe moyenne. Pourtant, cela peut entraîner la ruine financière, voire l’itinérance, pour les couples à faible revenu. Les familles à faible SSE subissent de plus en plus de stress externes importants dans leur vie que les couples plus aisés, qui peuvent rassembler les moyens d’y faire face.

En d’autres termes, de bonnes compétences en communication ne signifient rien s’il n’y a pas de nourriture sur la table ou sur le toit au-dessus de votre tête. Ce dont les couples à faible revenu ont donc besoin, ce n’est pas d’une thérapie mais plutôt des moyens de vaincre la pauvreté.

Pour résumer, Karney et Bradbury ont souligné que les comportements ne “parlent pas d’eux-mêmes”. C’est-à-dire que vous ne pouvez pas prédire le résultat d’un style d’interaction particulier sans d’abord comprendre le contexte dans lequel il se déroule. Certains couples avec des styles de communication «négatifs» semblent assez heureux dans leur mariage, tandis que d’autres masquent leur misère avec une façade de conversation agréable. Ensuite, l’objectif du thérapeute est d’aider le couple à trouver une façon d’interagir qui fonctionne pour eux.